La saga du LIT
18H13 - samedi 20 février 2021

Le lit de père en fille

Au commencement de l’aventure Maison de la Literie, on trouvait exposés dans les boutiques des lits dans leur plus simple appareil : cadre, matelas, sommier. La direction de l’entreprise avait choisi comme stratégie de se concentrer sur le lit, un meuble mais pas seulement, à ne pas prendre à la légère.

En lançant son enseigne, Pierre Elmalek, pionnier de cette spécialité en France, ne s’est pas contenté de « vendre de l’équipement litier ». Il s’y est investi, étudiant en profondeur les différents styles de couchage et leurs particularités, afin de développer un sens de ce qu’il pouvait exiger en termes de qualité. Son objectif était de satisfaire une clientèle la plus large possible. Et toujours dans cette perspective, il insistait par ailleurs sur la formation spécifique de ses auxiliaires de vente pour garantir aux acheteurs un service conseil adapté à leurs besoins et leurs souhaits.

La première étape franchie, il s’est intéressé aux possibilités d’améliorer les produits, de les adapter mieux encore aux aspirations des clients. Ainsi, est-il avec le temps, devenu incontournable tant au sein de la profession qu’aux yeux du grand public.

Une fois ces bases posées, bien qu’ayant élargi son offre, la maison, résolument, restait des quatre pieds de lit dans l’univers du meuble, effleurant sans s’y attarder la partie accessoire. Jusqu’à ce jour où Deborah, fille cadette du patron, artiste peintre de son métier, prend conscience qu’il y a là un domaine à explorer. « De passage au magasin, j’ai surpris une conversation entre un client et un vendeur, et brusquement, j’ai compris. Toutes les enseignes investissent le secteur de l’accessoire. On devait y aller aussi. » Aussitôt, elle se met à l’œuvre. Et, à l’instar de son père, elle ne laissera rien au hasard.

Quelques années plus tard, sa ligne de linge de lit a fait son bonhomme de chemin. Fidèle à l’enseigne mère, ou devrais-je dire enseigne père ?, la qualité est à l’honneur. Qualité des tissus, depuis l’entrée de gamme, en percale de coton, au luxe du plus beau satin, fabriqués au Portugal dans une entreprise familiale, respectueuse des hommes et de l’environnement.

Le parti pris pour le moment est de rester dans l’uni paré de broderies discrètes, et toute en élégance, dont les motifs sont dessinés par Déborah Sportes, dont la marque porte le nom. Et parce que l’élégance, c’est aussi le souci d’autrui et de notre planète, toutes les parures de lits – draps, housses de couettes, taies d’oreillers, de traversins – sont joliment empaquetées dans des pochons en tissu, utilisables ensuite au gré des envies et des goûts.

 

Catherine Fuhg

Quand le Lit prend vie

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller