La saga du LIT
06H40 - dimanche 20 juin 2021

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

L’homme passe sa vie dans ses chaussures ou dans son lit, dit-on souvent. Il est donc logique que de nombreuses scènes cinématographiques se déroulent dans ce dernier. Discussion de couple, scènes d’amour ou de dispute, le lit fait partie de la vie courante. Néanmoins, parfois, la fantaisie prend le dessus quand matelas et sommiers deviennent oniriques et que les réalisateurs laissent parler une imagination débridée. Alors, les lits se retrouvent dans les lieux les plus étranges, théâtre de situations bizarres ou angoissantes et autorisent les rêves les plus singuliers. 

Les lits fantastiques

Dans l’incontournable Magicien d’Oz, le lit de Dorothy se met à voler et à tourbillonner pour symboliser le passage dans le monde d’Oz. Pris dans la tempête, il est la bouée de sauvetage « over the rainbow ». 

De même, l’Apprenti Sorcier de Walt Disney, basé sur une nouvelle de Goethe, montre un Mickey dépassé par des lits planants. Dans la version plus moderne (1971) et plus féminine, intitulé L’Apprentie Sorcière, le lit est utilisé tel un tapis volant. 

Toujours côté aérien, le corps de Maria s’élève cette fois au-dessus du lit dans Le Miroir de Tarkovski dans une séquence mémorable. 

Mia Farrow, dans la première scène fantastique de Rosemary’s Baby, a l’impression que son lit flotte. Tout au long de ce classique de Polanski, la femme enceinte sera victime d’étrangeté de cet ordre. 

 

 

Encore façon mode de transport, les lits se mettent à rouler dans Le grand amour de Pierre Etaix. Le héros rêve et le voilà sur la route dans son véhicule magique. Il croise d’autres lits qui, en se percutant, forment bientôt un embouteillage sans fin. L’inventivité des réalisateurs va parfois se nicher dans les recoins les plus insolites…

Les lits de la peur

Dans un style très différent, le Sin City de Franck Miller, montre un lit en cœur rouge, qui, vu du haut, s’éloigne petit à petit dans les ténèbres. Dans ce film majoritairement en noir et blanc, le regard est alors attiré, la passion soulignée et le lit devient symbole de tentation et de mort. Plus anxiogène, Kubrick fait monter la tension entre Jack et son fils Danny dans The Shining. Nicholson est assis sur le lit et assure à l’enfant qu’il ne lui fera aucun mal. Le reflet dans le miroir, le sourire de l’acteur et les violons nous portent à croire que ce ne sera pas le cas. La suite nous donnera raison. 

Dans Gerald’s Game (Jessie en VF), toujours d’après Stephen King, la chambre à coucher est le lieu principal mettant en scène toute l’horreur psychologique dont est capable Mike Flannagan qui narre les aventures de l’actrice Carla Gugino se retrouvant seule et liée par son mari mort d’une crise cardiaque. 

Le lit n’est pas non plus fait pour rassurer dans Birdy. Alan Parker l’a apposé sur l’affiche avec un Matthew Modine perché dessus. De nombreuses séquences seront tournées autour de cet objet qui devient cage.

En parlant d’enfermement, l’exemple le plus flagrant est certainement le lit de Misery dans lequel se déroule une grande partie du long métrage. La groupie dérangée incarnée par Kathy Bates y attache en effet son idole romancier interprété par James Caan. 

C’est également le cas d’Antonio Banderas qui retient prisonnière Victoria Abril avant qu’elle ne cède au syndrome de Stockholm dans le Attache-moi de Pedro Almodovar. 

Dans Poltergeist de Tobe Hooper, écrit par Steven Spielberg ou Sixième Sens réalisé par M. Night Shyamalan, c’est sous le lit que la frayeur se terre.

Sans parvenir à de telles extrémités faites de revenants et de créatures étranges, l’une des dernières scènes du film d’Alfred Hitchcock, Rebecca, montre le lit brûlant du manoir de Mandalay en feu. Incarnant la fin du cauchemar pour le couple (Laurence Olivier et Joan Fontaine), l’incendie symbolise la nouvelle vie qui s’ouvre à eux. 

Les lits poétiques

Sur une note toujours fantastique, mais plus poétique, nous terminerons par le petit bijou qu’est Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Dans ce film, les personnages interprétés par Jim Carrey et Kate Winslet se retrouvent dans un lit sur une plage. Parfait exemple de scènes d’une poésie inouïe et d’une ode poignante à l’amour façon Michel Gondry (notre photo). À (re) voir sans modération, bien calé entre les oreillers de votre lit (normal). 

 

Deborah Rudetzki

La sieste d’Hugo

La sieste, oui, mais quelle sieste ?

La sixième heure

Le sommier-coffre, un gain de place pour tous !

Solution ultime pour les petites chambres et les petites...

Comment se lever du bon pied ?

Se lever tôt peut vite devenir un parcours du combattant....

Les secrets de la Maison de la Literie : 40 ans de succès à la française

Depuis 1975, la Maison de la Literie a su se hisser...

À quoi le lit du futur ressemblera-t-il ?

Burton and Cross, ou les nouvelles technologies des matelas

Le sommier-coffre, un gain de place pour tous !

De la chambre à la politique : le duc d’Orléans fait le grand écart

Qui aurait crû que le lit pouvait refléter notre...

Faut-il vraiment faire son lit ?

Selon certains spécialistes, il n'est pas bon de faire...

Fake news : la mort de Léonard de Vinci

Un lit de génie

Tout à Amboise rappelle le génial Léonard de Vinci...

Depuis quand dort-on à deux ?

Le lit et l’enfant : des bienfaits du cododo (sauf en France ?)

Le sommeil dans le monde : le hamac mexicain

Parmi les préjugés que les Occidentaux ont sur des...

Confidence pour confidence

Mata Hari, l’espionne fatale

Saga du lit : confessions sur l’oreiller. Mata Hari aurait-elle fait parler James Bond ?

Dormir comme des Inuits

Fais dodo, Colas mon p’tit frère… Éternelles berceuses (en 4K – Dolby 5.1)

Le changement d’heure perturbe-t-il votre sommeil ?

Manque de concentration, irritabilité, appétit perturbé...

Changement d’heure à la sauce européenne

Quand le Lit prend vie

Lit médicalisé : Innover sans cesse pour le confort du patient

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur