La saga du LIT
17H16 - samedi 27 mars 2021

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Ce n’est pas une légende, ni une tradition disparue avec le temps, l’évolution, les banques : les gens gardent vraiment de l’argent sous leurs matelas, parfois dedans aussi, ou encore dans la literie, comme en témoignent régulièrement des articles de presse.

La crise Covid a manifestement poussé le phénomène jusque dans des proportions inégalées.

Au printemps dernier, par exemple, deux petits Parisiens qui, pour fuir le confinement rigoureux de la capitale, avaient avec leurs parents, rejoint la maison familiale, à Vendôme dans le Loir-et-Cher, ont découvert entre les draps de leur grand-mère décédée deux lingots d’or d’une valeur de 100 000 euros environ. En novembre de la même année, dans la commune de Morez dans le Jura, un autre trésor était trouvé lors de la démolition d’une ferme. Plus loin, beaucoup plus loin, à Schevchenkovo en Ukraine, une dame qui fouillait la décharge à la recherche d’objets à récupérer remarqua une couture sur le côté d’un matelas. Elle déchira le tissu, libérant des liasses de billets…

Cependant, ce phénomène n’est pas réservé aux campagnes. Ainsi, en septembre 2019, selon un rapport de la Banque centrale européenne, 600 milliards d’euros – la moitié des liquidités circulant dans la zone euro –, dormaient sous les matelas. Du coup, vous avez raison, elles ne circulaient pas. 24 % des Européens déclaraient à cette occasion conserver à leur domicile une « réserve de précaution ». Parmi eux 15 % de Français seulement, selon un autre rapport, de la direction des affaires fiduciaires de la Banque de France, daté de 2017. De trois choses l’une, ou nous, les Français, mentons par omission, n’étant pas assez fous pour aller crier sur les toits qu’on garde des fortunes chez soi. Ou nous sommes imprudents, fidèles à notre réputation d’épicuriens invétérés, et vivons dangereusement, sans recours au moindre filet. Ou encore, modernes et naïfs, nous faisons confiance aux banques. Enfin, nous moins 15 % qui ne sont pas d’ailleurs les plus malavisés. Car d’après les économistes, posséder du liquide limiterait les dégâts en cas de crash boursier. On ne s’étonnera donc pas d’apprendre que pendant la pandémie de coronavirus, entre les seuls mois de mars et juin 2020, 16 milliards d’euros supplémentaires sont sortis des circuits pour se cacher sous nos matelas. Des sommes faramineuses !

Mais pourquoi sous nos matelas ? Qu’ont-ils donc fait, les malheureux, pour qu’on les charge, les yeux fermés, (puisqu’on y dort) de la responsabilité de veiller sur nos deniers ? D’où vient cette tradition, paysanne à ce qu’il paraît ?

Je ne peux que supposer, puisque je n’y étais pas, mais les témoins du passé n’en reviendront certainement pas juste pour me contredire. De plus, je n’ai trouvé nulle part de théorie à ce sujet. Enfin, il n’est pas désagréable de se laisser aller au gré de son imagination :

Avant les banques, tout le monde gardait l’argent chez soi. On n’avait pas le choix. Il appartenait à chacun de protéger son bien contre envieux et voleurs. Sauf que la nuit, on dormait, alors comme aujourd’hui. Comment pendant les quelques heures où on quittait ce monde pour un autre souvent meilleur s’assurer que personne ne viendrait nous dérober nos biens les plus précieux ? En se couchant dessus, bien sûr. C’est normal, instinctif. Tous ceux qui ont eu le plaisir de passer une nuit dans un wagon couchette le savent. Avant de s’abandonner aux joies incontournables de la promiscuité, ils ont forcément réfléchi aux risques de se faire dépouiller de leurs papiers, cartes de crédit, et de l’argent liquide qu’ils avaient emporté. Et ont naturellement décidé de dormir dessus. Leur sacoche sous la tête, ils auraient presque réussi à dormir sur leurs deux oreilles s’il n’y avait pas eu le reste…

Et même si, aujourd’hui, les épargnants disposent de coffres-forts où abriter leurs billets, diamants ou lingots, même si leurs appartements sont équipés d’alarmes et de portes blindées, psychologiquement, il est toujours plus rassurant de rester près de ses sous…

 

Catherine Fuhg

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er