La saga du LIT
06H55 - dimanche 16 mai 2021

Proust, l’infini depuis son lit

Tiré de « ‘Dans la tête de Proust », Texte et mise en scène de Sylvie Moreau, Production de la compagnie Omnibus, Canada

 

La chambre et le lit ont joué un rôle essentiel dans la vie et l’œuvre de Marcel Proust, l’un des plus connus des écrivains français au monde.

Né un 10 juillet 1871, à Paris, dans une famille aisée, Proust est asthmatique et donc de santé fragile. Enveloppé de gilets de laine, la poitrine protégée de coton, il compose un original hypersensible que Jean Cocteau a si bien croqué. Vivant de la fortune familiale, il entreprend, à 24 ans, l’écriture d’un roman, « Jean Santeuil » qui ne paraitra, à titre posthume », qu’en 1952.

Son œuvre principale demeure « A la recherche du temps perdu », commencée en 1907, avec 7 tomes publiés entre 1913 (« Du côté de chez Swann) et 1927, après sa mort.

Il obtiendra le prix Goncourt, en 1919, pour « A l’ombre des jeunes filles en fleurs ».

Son œuvre romanesque est une réflexion sur le temps et la mémoire ainsi que sur l’influence obsessionnelle du sommeil et les rêves sur nos vies mais aussi sur le talent du narrateur. Proust avait deux particularités, il vivait surtout la nuit, dormant peu le jour, et il écrivait surtout dans son lit !

Il s’allongeait dans son lit, repliait ses genoux, y posait un plateau d’argent sur lequel il posait ses feuillets et y écrivait, durant des heures, avec une plume qu’il trempait dans l’encre d’où sa très belle écriture manuscrite. Celui qui, dans un entretien au journal « Le Temps » prétendait vouloir écrire des « romans de l’inconscient », avait été marqué par la lecture de livres de psychologie, notamment de Freud, de l’anglais Ruskin, dont il avait traduit les ouvrages et par les livres de médecine de son père, ce qui lui permit de développer » son intuition de la mémoire involontaire ». D’où son « style proustien » dont Jean- Yves Tadié nous explique que son génie consista à réunir la profondeur de la connaissance et un style très original, style d’analyse, style poétique, style comique. La phrase, chez Proust est construite à la manière latine, à savoir structurée avec des images poétiques, des éléments de connaissance et comiques.

Et peu importe la longueur des phrases.

Le style de vie de Proust a impacté profondément son œuvre, alternant vie mondaine et retrait total pour écrire, entretenant la légende de deux vies, la mondaine et la recluse, le travailleur et le malade. En fait il a toujours balancé entre deux passions, l’une vers la chambre et le lit, l’autre vers le monde.

Bien que le mot « femme » soit d’après les experts de son œuvre littéraire, celui qu’il utilise le plus dans ses écrits et malgré plusieurs histoires d’amour, Proust était homosexuel et il avait des penchants « sadomasochistes ». Pour faciliter ses plaisirs, il alla même jusqu’à financer son ami Albert Le Cuziat, pour l’ouverture d’un bordel, l’hôtel Marigny où il passait de nombreuses nuits.

Il s’éteint, épuisé par l’écriture, d’une bronchite, en novembre 1922. Au même moment la Nouvelle Revue Française, publiait un extrait de la « Recherche sur le sommeil d’Albertine » qu’il avait intitulé « La regarder dormir. Mes réveils ». Le rêve étant un des thèmes majeurs de son œuvre, sa réelle méditation concerne en fait, le sommeil comme fabrique du rêve ou plus profondément le sommeil comme » accés à ce nulle part qui n’est que l’autre lieu de la littérature » pour citer Alain Vergnioux dans » le Télémaque 2007 ».

En somme, pour Proust, le sommeil est la surface qui sépare le visible de l’invisible, la frontière entre deux mondes, d’un côté, le réel, les activités mondaines, de l’autre, le monde des rêves ; d’un côté les certitudes du jour, de l’autre, les peurs de la nuit.

A ce propos, Proust à cette belle formule « le sommeil c’est comme un second appartement que nous aurions et où, délaissant le nôtre, nous serions allés dormir »  

 

Michel Scarbonchi

Le lit de reines en impératrice

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »