La saga du LIT
06H40 - dimanche 7 mars 2021

De bons lits pour la paix des ménages


Qu’il est beau l’amour éternel ! Pour le meilleur et pour le pire. Ce qui est à moi est à toi. Mi casa es tu casa. Du moins, en théorie. En pratique, certains tiquent sur le partage des comptes bancaires, de leur dessert au restaurant ou de leurs brosses à dents, plus ou moins ouvertement, mais le lit, c’est tabou, du moins les premiers temps. Comment avouer à l’autre, notre cher, tendre et unique, à qui l’on a promis de traverser ensemble les épreuves avec courage, qu’une fois l’affaire conclue, on préfèrerait qu’il dégage de sous nos drap et couverture, pour rejoindre ses quartiers, sinon dans une pièce éloignée, au moins sur un autre sommier ?

Parce que dormir sur une même couche est un sacré challenge. Si le concept de chambre à part manque cruellement de sex appeal et aussi de romantisme, question confort de sommeil, excusez, mais y a pas photo. Je me demande d’ailleurs ce que donnerait un sondage sur le nombre de ruptures dont les lits partagés et leur comptant d’insomnies seraient à l’origine.

Citons pour commencer, une injustice avérée dans la dynamique des couples, en matière de sommeil : c’est toujours celui qui ronfle comme une locomotive qui s’endort en premier. Pour le partenaire silencieux – le plus souvent la partenaire – dormir près de l’être cher revient à passer la nuit à écouter siffler ou rugir ses narines. Les plus chanceux qui sont parents migrent vers le lit de leurs enfants, les prétendant sujets à des terreurs nocturnes. Une stratégie moins dangereuse pour la paix du ménage que celle de se réfugier avec couette et oreiller sur le canapé du salon ou enroulé sur deux tours dans la corbeille à chien, au risque d’être découvert chiffonné au petit matin.

Dans ce genre de situations, notre destin réside entre les menottes du destin (menottes dans tous les sens du terme). En revanche, dans d’autres cas, la qualité de la literie peut nous sauver du pire.

Ainsi, il n’y a pas si longtemps, pour les petits gabarits, dormir en couple comportait des dangers non répertoriés dans les contrats de mariage. Un mouvement de travers du plus corpulent des deux, et l’autre se trouvait emporté dans un glissement de terrain, risquant de se faire écraser. Mais maintenant, il est possible d’échapper à la catastrophe, grâce à la présence d’esprit des fabricants de matelas qui ont lancé sur le marché des matelas couple d’un nouveau genre. Séparés au milieu pour un meilleur sommeil – avec, de chaque côté, un garnissage adapté aux sensibilité et morphologie du dormeur – et solidaires pour permettre les retrouvailles plus sportives.

Les tailles de nos matelas aussi ont évolué – les lits doubles affichaient une largeur standard de 140 centimètres, il y a cinquante ans, pour 160 à 200 aujourd’hui – diminuant drastiquement les risques de collision.

Désormais, donc, nuit partagée ne rime plus fatalement avec sommeil foutu.

Catherine Fuhg

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er