La saga du LIT
19H15 - samedi 3 avril 2021

L’enfumage du Made in France ?

Dans notre belle Europe unie, tout semble faire l’objet de réglementations. Pour ne pas se perdre dans la jungle des textes pondus par ses instances, une solide formation de juriste ne suffit pas. Ni une longue expérience de surfeur sur le web. Ni le sens de l’orientation d’un randonneur chevronné. Et les trois combinés ? Mystère. Quoi qu’il en soit, patience et endurance constituent l’équipement de base dont il faut se doter si l’on veut espérer arriver quelque part. Bien sûr, il y a des concepts qui peuvent prêter à confusion, des principes ou pratiques qui, changeant selon les pays, méritent de se voir ajustés, explicités, réglementés. Mais certains autres semblent si simples qu’on se demande naïvement pourquoi légiférer.

Par exemple, qu’y a-t-il d’ardu, de complexe, d’ambigu, dans le « fabriqué en France » revendiqué fièrement à coups de drapeaux bleu blanc rouge, estampillés sur les produits ? Comme ça, bêtement, a priori, on pourrait croire que ces produits sont « fabriqués » « en » « France ». Sauf qu’en réalité le terme « fabriquer » n’a rien d’élémentaire, mon cher Watson. Car si l’on s’en réfère à la définition de l’Académie française, il signifie « réaliser, confectionner, créer de ses mains » et aussi – c’est là que ça se corse – « produire en quantité, par la transformation de matières premières ou de produits usinés ».

Mais à partir de quand une transformation peut-elle être considérée comme de la fabrication ? Ce point, le dictionnaire ne l’élucide pas. Pas plus que la taille et le nombre des « produits usinés » utilisés… Questions de bon sens, me direz-vous ? Pas seulement, et loin de là, lorsque des fortunes sont en jeu, comme avec le label « fabriqué en France » justement, très prisé dans le monde pour diverses raisons. Dans ce cas, il s’agit plutôt d’une question d’honnêteté, ô combien épineuse, qu’il reste aux législateurs à résoudre.

Ainsi, dans le Code des douanes communautaire de l’Union Européenne, l’article 24 stipule, je résume, que si le processus de fabrication se déroule dans plusieurs pays, on donnera comme pays d’origine celui de la dernière transformation « substantielle ». Voilà qui est tranché. Non, pas encore. Pas tout à fait. D’ailleurs, attention spoiler, d’un point de vue moral, ça ne le sera jamais. Conscients de la difficulté, les auteurs de ce Code ont ajouté immédiatement après cet article 24, un article 25 (ben oui !) qui établit que si l’on peut prouver que la dernière transformation n’est là que pour justifier l’appellation revendiquée selon l’article précédent, alors, ça ne marche. Faut pas exagérer.

Pourtant, selon Pierre Elmalek, président-fondateur de Maison de la Literie, beaucoup des matelas vendus « fabrications » françaises par les autres grandes marques sont en réalité presque complètement fabriqués à l’étranger, et parfois seulement mis en housse ou emballés en France. Vous avez dit « substantiel » ?

De quoi crier à l’injustice, car, à l’inverse, les matelas de son enseigne sont fabriqués de A à Z dans ses usines françaises où travaillent deux cents personnes. Pour lui, fabriquer français n’est pas seulement un label, mais un engagement auprès de sa clientèle et de la société française, en termes de qualité, de respect de l’environnement et de créations d’emploi.

 

Catherine Fuhg

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er