La saga du LIT
13H58 - vendredi 30 avril 2021

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Les chanteuses, telle Dalida (1933-87) qu’un photographe avait saisie ensommeillée, dorment. Certains chanteurs aussi. Pas toujours ensemble. Qui l’ignore ? Leurs agendas ont peu à voir avec ceux des « travailleurs du jour », a fortiori les fonctionnaires du ministère du Temps Libre. La scène le soir, les enregistrements hors horaire syndical et autres after drinks les conduisent souvent au petit matin. Tel Jacques Dutronc (*1943) chantant en 1968 Paris s’éveille : « Les journaux sont imprimés, les ouvriers sont déprimés, les gens se lèvent ils sont brimés, c’est l’heure où je vais me coucher ».

Nombre d’entre eux ont magnifié la nuit et stigmatisé les horaires certifiés horizontaux : ainsi de l’increvable standard « My way », une reprise par Frank Sinatra (1915-1998) de la chanson « Comme d’habitude » écrite par Claude François et Gilles Thibault, autour d’une mélodie du chanteur et de Jacques Reveaux (1968). Tout tourne autour du lit. Une journée qui commence par la solitude : « Je m’lève, je te bouscule tu n’te réveilles pas, comm’ d’habitude, Sur toi je remonte le drap, j’ai peur que tu aies froid, comm’ d’habitude ». La journée passe mais, commencée par la solitude, elle se termine dans la déréliction : « Et puis le jour s’en ira moi je reviendrai comme d’habitude, Toi tu seras sortie pas encore rentrée comm’ d’habitude Tout seul j’irai me coucher dans ce grand lit froid… ». Rassurons-nous, la chanson continue ! Madame revient ! La température monte ! « Comme d’habitude tu te déshabilleras Comme d’habitude tu te coucheras… » mais non ! même l’amour se révèle un rite, pire ! un créneau programmé… et la vie, si fade, si insipide, si vide – celle d’un couple « faisant semblant » – se révèle, par-delà la poésie naissant de la répétition, du leitmotiv, du crescendo decrescendo, le plus aigu des réquisitoires contre « ça » : le quotidien… tant d’existences désenchantées ! Comme dans une toile de Hooper, tout y est froid. Même le lit.

Mais non ! Le soleil se glisse dans les draps, et Dalida, enfin éveillée – il est deux heures de l’après-midi – convoque le Sud. Et la jeunesse : il venait d’avoir dix-huit ans (1973), « pensait que les mots d’amour sont dérisoires Il m’a dit « j’ai envie de toi » Il avait vu au cinéma Le blé en herbe Au creux d’un lit improvisé J’ai découvert émerveillée un ciel superbe. » Dalida a raison : le lit constitue un paradoxe. On est allongé, on va bientôt sombrer dans le sommeil mais non ! Ce sont le ciel, les étoiles, les rêves éveillés et l’infinité de la beauté de ce monde qui vous envahissent.

D’ailleurs, la couche elle-même semble se faire discrète, fondre, comme le chante encore Dutronc, noctambule s’il en est : « J’aime les filles qui font la grève, J’aime les filles qui vont camper » (1967). Et celles qui campent sur les grèves et autres plages ! Car le matelas – le camping a révolutionné les tapis de sport portables ! – peut se transformer en tapis volant, transportant troubadours, Aladin et sirènes au-delà des nuages…

La chanson du Chanteur (Daniel Balavoine, 1952-86), composée entre lit et salle de bains, renaît de l’horizontale, en adoptant une forme de rage :

Pour les anciennes de l’école
Devenir une idole
J’veux que toutes les nuits
Essoufflées dans leurs lits
Elles trompent leurs maris
Dans leurs rêves maudits.

Balavoine n’est pas seul. Nombre d’artistes, cherchant à l’aveuglette un crayon -qui inévitablement se dérobe- ont composé au sortir du sommeil. Mademoiselle lit au lit le soir, la nuit, mais Madame, ayant récupéré Monsieur et le crayon, compose au réveil. Mille artistes, français ou pas, pourraient trouver leur place dans cette chronique…

Ainsi, le premier bonheur du jour (1965), pour Françoise Hardy (*1944), « c’est un ruban de soleil Qui s’enroule sur ta main Et caresse mon épaule C’est le souffle de la mer Et la plage qui attend ». La journée est abolie et le soir « quand tu me reviens Quand ma vie reprend son cours Le dernier bonheur du jour C’est la lampe qui s’éteint ». Pour autant, tout n’est pas rose-bonbon. Ne pas confondre ! Patrick Bruel (*1959) lorsqu’il veut « casser sa voix » pour éviter les « filles de la nuit / Qu’on voit jamais le jour/ Et qu’on couche dans son lit /En appelant ça d’l’amour » laissera là ces impasses. Et demeure celui qui a remis au goût du jour une valse, mon amant de Saint Jean (1942 !) avec ces vers qui résument : « Car l’on croit toujours aux doux mots d’amour / Quand ils sont dits avec les yeux. » Allez, il est temps que la tête s’efface dans l’oreiller, et le doux printemps qui s’annonce, nous porte à nous lover dans un lit moelleux. Pour retrouver notre propre musique.

 

Jean-Philippe de Garate

Quand le Lit prend vie

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller