La saga du LIT
18H57 - samedi 27 mars 2021

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

« Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions. » Cette petite phrase nous fait bondir quand on nous l’assène en pleine crise, qu’on a besoin de se plaindre et d’être plaint aussi. « Et pas de se creuser la tête à la recherche de solutions ! » avez-vous envie de crier. Plus énervante encore, la gentille tape sur l’épaule qui accompagne ces paroles. Surtout que, soyons honnêtes, si des solutions existent toujours dans l’absolu, elles ne sont pas forcément à la portée de chacun. De plus, comme dans tous les domaines, nous ne sommes pas également égaux devant les problèmes. Car souvent il ne s’agit pas de trouver des solutions mais de les inventer. Ce qui demande un certain don, distribué par les cieux, ou les magasins de gènes, à quelques bienheureux. À ceux qui font la différence. Et Pierre Elmalek est l’un d’eux. L’un de ses coups de génie le prouvent.

Il y a quelques années, confronté à la tendance grandissante chez ses vendeurs à accorder aux clients des remises trop importantes, dans le but d’assurer une vente, Pierre Elmalek a pensé avoir recours au leasing, en français crédit-bail ou encore location-vente. Devenue populaire grâce à l’automobile dans les années 1980, cette formule a su s’étendre à de nombreux secteurs.

Permettez-moi, je vous prie, d’ouvrir une parenthèse. (Saviez-vous que, selon nos connaissances actuelles, les premiers leasings datent de 2020 avant notre ère ? En 1984, à Ur, en Mésopotamie, des archéologues ont découvert de tels contrats sur des tablettes, d’argile et pas d’Apple, pour des machines agricoles. Soixante-dix ans plus tard, en -1750, le roi de Babylone, Hammourabi, édictait une loi sur ce système de vente. Fermons la parenthèse.)

Le défi pour Pierre Elmalek fut d’adapter cette formule au monde de la literie. Et tout d’abord d’en vérifier la faisabilité. Cette idée a coûté des heures de réflexion, de travail, d’organisation – « Sur le plan juridique, c’était compliqué, explique-t-il –, mais cela en valait la peine. Comme en atteste le succès que la formule leasing rencontre depuis quatre ans auprès de sa clientèle.

Mais, vous demandez-vous, comme moi avant vous, comment marche cette formule ? Quel en est l’avantage ? Y a-t-il un piège et lequel ? Enfin, qu’est-ce que le commerçant peut bien avoir à y gagner ? Autant de questions, et d’autres, auxquelles Pierre Elmalek doit répondre régulièrement, lorsqu’il se déplace en région pour initier ses vendeurs à la vente de cette formule. Quoi ?! Un patron qui forme lui-même son personnel ? Oui, cela lui tient à cœur. D’abord parce que ça crée des liens, qu’il maîtrise le sujet et qu’il est, c’est moi qui l’ajoute, excellent pédagogue. En effet, j’en témoigne, moi qui suis hermétique à toute notion commerciale, avec lui j’ai tout compris.

Commençons par le B.A. BA, pour ceux qui ne le sauraient pas. Le leasing est une location sur une période déterminée, au terme de laquelle l’objet loué appartient au « louant ». Louer un lit, quelle drôle d’idée ! Pas si, et c’est le cas, il s’agit en réalité d’acheter le lit, en étalant les paiements. Quelle est la différence avec un crédit classique ? D’une part, le nombre de traites et, par conséquent, leur montant. Les contrats de leasing Maison de la Literie ont une durée de six ans – qui correspond à l’espérance de vie d’une bonne literie –, soit 70 échéances. Cette répartition des frais sur un temps aussi long donne lieu à des mensualités aisément supportées quel que soit le budget. Avec 15 euros par mois par exemple, et sans apport de départ, on s’offre une literie de 1 050 euros. Sans intérêts à régler, ni frais de livraison, pris en charge par la Maison. « Au client, cette formule ne coûte que le prix du matelas. Et zéro euro en plus », résume Pierre Elmalek.

Mais alors, quel est l’intérêt du commerçant, dans cette affaire ? Au vu du montant des paiements, le client ose plus facilement monter en gamme dans ses choix ; il ne demande plus de remises ; enfin, au bout de six ans, après avoir réussi à intégrer ces frais à son budget mensuel, il hésitera moins à changer de literie, et l’achètera au même endroit.

Il y a fort à parier que Maison de la Literie fera bientôt école et que son lits-ing s’imposera comme la formule souveraine pour un sommeil serein…

 

Catherine Fuhg

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

Le matelas des temps modernes

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er