La saga du LIT
06H26 - dimanche 7 novembre 2021

Mata Hari, l’espionne fatale

Sur l’oreiller, se confient quelque fois des secrets qui feraient mieux de rester dans l’ombre. Mais quand on se laisse aller après une folle nuit d’amour, les langues se délient et l’on commet des erreurs parfois fatales. La belle Mata Hari, la plus célèbre des espionnes, en fera les frais : un peu l’histoire de l’arroseur arrosé.

 

Gertrude Margarete Zelle est née en 1876 aux Pays-Bas dans une famille aisée, mais lorsque sa mère décède et que son père fait faillite, elle est placée en pensionnat et en profite pour s’inventer un passé glorieux et commencer une vie de mensonges.

De peau mate et fascinée par l’Orient où elle vit quelque temps avec un mari rencontré par petite annonce, elle devient Mata Hari, « l’œil du jour » en javanais. De retour à Paris, elle danse lascivement sur scène où elle se forge une jolie réputation, notamment suite à une prestation effectuée en mars 1905 au Musée Guimet. Vêtue telle une princesse indonésienne, entourée de ses servantes, Mata Hari se déshabille en hommage au dieu Shiva et jette un à un tous ses voiles. Le public parisien est conquis et elle devient la coqueluche des médias qui se font les choux gras de ses tenues et de ses amants, tous célèbres, tous riches, homme politique ou compositeur tel Puccini en passant par des ambassadeurs et des banquiers. Mais la belle avoue une attirance particulière pour les officiers et la Première guerre mondiale lui donne l’opportunité de s’adonner à des ébats avec des uniformes.

La suggestion vient du consul allemand, Carl H. Cramer, qui saisit l’occasion d’enflammer la mythomanie de Mata Hari. Parlant plusieurs langues et pouvant facilement franchir les frontières, elle est originaire, de plus, d’un pays resté neutre pendant le conflit.

Elle est d’abord formée en Belgique avant d’être envoyée à Madrid où elle récupère quelques informations glanées auprès d’officiers alliés qui passent entre ses bras.

Mais sa folie des grandeurs sera stoppée nette par une erreur qu’elle commettra elle-même sur l’oreiller, confiant à l’attaché militaire allemand à Madrid, le Major Kalle, dont elle s’est éprise, être l’espion allemand H-21, son nom de code. Il transmet imprudemment un message pour vérifier ses dires, intercepté par les Français qui identifient alors Mata Hari. 

Lorsque sa chambre est perquisitionnée par les services secrets français, ils découvrent du matériel pour écrire à l’encre invisible ainsi que 20 000 francs pour prix de ses faveurs. Elle avoue le 22 mai 1917, après son arrestation, travailler pour l’Allemagne. Pour apaiser l’opinion publique, terrorisée par l’ennemi intérieur, la sulfureuse Mata Hari sera condamnée et fusillée, abandonnée de tous.

Alors, ennemie ou victime, pauvre fille ou manipulatrice ? Mata Hari reste et restera le symbole de la femme fatale qui saura vous extirper vos secrets sous les draps.

 

Deborah Rudetzki

Fake news : la mort de Léonard de Vinci

Un lit de génie

Tout à Amboise rappelle le génial Léonard de Vinci...

Depuis quand dort-on à deux ?

Le lit et l’enfant : des bienfaits du cododo (sauf en France ?)

Le sommeil dans le monde : le hamac mexicain

Parmi les préjugés que les Occidentaux ont sur des...

Confidence pour confidence

Mata Hari, l’espionne fatale

Saga du lit : confessions sur l’oreiller. Mata Hari aurait-elle fait parler James Bond ?

Dormir comme des Inuits

Fais dodo, Colas mon p’tit frère… Éternelles berceuses (en 4K – Dolby 5.1)

Le changement d’heure perturbe-t-il votre sommeil ?

Manque de concentration, irritabilité, appétit perturbé...

Changement d’heure à la sauce européenne

Quand le Lit prend vie

Lit médicalisé : Innover sans cesse pour le confort du patient

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.