La saga du LIT
06H57 - samedi 23 octobre 2021

Lit médicalisé : Innover sans cesse pour le confort du patient

Ils ont été l’un des indices incontournables de l’évolution de la pandémie dans les hôpitaux ces derniers mois. Permettant de porter assistance à un patient en perte d’autonomie, mais surtout d’évaluer la capacité d’accueil d’un hôpital en période de crise sanitaire, comme évidemment dans le cas de la pandémie de Covid-19, les lits médicalisés ont pâti d’une mauvaise réputation auprès des Français dans les médias. À tel point qu’on en oublierait presque son utilité principale tant il provoquait la grimace des téléspectateurs lors de son évocation dans les JT.

En 2020, la France comptait 386 835 lits d’hospitalisation complète, soit un lit pour 173 habitants à l’échelle du pays. Impressionnante, cette statistique démontre l’aspect essentiel de ce matériel dans le milieu hospitalier. Du côté des médias, cette importance a d’ailleurs bel et bien été mise en évidence, mais souvent en véhiculant une image pessimiste, souvent axée sur la pénurie de lits disponibles. De ce fait, on omet souvent le rôle de ces derniers, qui, au-delà de leur possibilité d’accueillir un malade, reste crucial dans la remise sur pied d’un patient.

Source : Drees

Un outil qui révolutionne la vie des patients… et des soignants

En 1935, le chirurgien américain Homer Stryker commence à bricoler les dispositifs médicaux de l’époque. La raison ? Les blessures subsidiaires que peuvent subir des patients pris en charge dans un lit ordinaire en raison de son manque de confort. Nommées « escarres », ces lésions cutanées surviennent à la suite d’une pression prolongée d’une partie du corps sur une surface, à l’instar d’un matelas. Pour éviter ce désagrément, Homer Stryker réfléchit à un outil capable de changer la position d’un malade sans qu’il ait à recourir à de périlleux mouvements susceptibles de le blesser et/ou de l’affaiblir davantage. Dans cet intérêt, l’Américain consolide le prototype du futur lit médicalisé.

À travers le temps, le modèle de Stryker se fait connaître. Plusieurs chercheurs vont tenter tour à tour de développer le projet jusqu’à créer le lit médicalisé que l’on connaît aujourd’hui.

Désormais, les risques d’escarres ont pratiquement disparu. Si un patient mal placé sur le matelas souffre en raison de sa position, l’automatisation du matériel permet d’ajuster la courbure du lit tout en douceur via une simple télécommande. La mécanisation permet également aux soignants de transformer le lit en table d’opération en cas d’urgence. Un corps fragile nécessitant une intervention expresse peut ainsi être placé rapidement dans la position requise à l’opération. Tout ça depuis son lit. Idem pour les risques concomitants aux chutes puisque le lit dispose dorénavant de rampes de sécurité empêchant la plupart des accidents. En finalité, l’arrivée du lit médicalisé dans le milieu hospitalier coïncide avec une hausse de confort et de sécurité pour les malades.

Mais si la vie des patients se montre aujourd’hui révolutionnée par le lit médicalisé, il va de soi que cette amélioration se constate aussi du côté des soignants. D’un point de vue logistique d’abord, puisque ces derniers peuvent, à titre d’exemple, transférer aisément une personne alitée de sa chambre à une ambulance grâce aux roulettes placées sous les pieds du lit. Une véritable plus-value. Dans la même logique, la gigantesque charge de travail des soignants s’est légèrement réduite par l’intermédiaire du lit médicalisé. Aujourd’hui, les bras des soignants servent davantage à intervenir sur le patient plutôt qu’à le tourner tant bien que mal de façon à prodiguer au mieux leurs précieux soins.

Le nombre de lits médicalisés en berne, vraiment ?

Or, depuis plus de vingt ans, le nombre de lits médicalisés dans les hôpitaux baisse d’année en année. Ce qui paraît surprenant au vu du progrès médical permis par la démocratisation de ce dispositif. Pourtant, le constat demeure sans équivoque du côté des lits d’hospitalisation complète : la France était équipée de 488 710 lits d’hospitalisation complète en 1998, c’est-à-dire de lits capables de prendre en charge un patient plus de 24h, contre 386 835 l’année dernière. Alors, pourquoi se séparer de tant d’unités quand on constate leur nécessité dans les hôpitaux, surtout en cette période de crise sanitaire ?

La réponse réside dans l’évolution des traitements médicamenteux, ou bien encore dans la modernité des nouvelles techniques chirurgicales. Grâce au progrès de la médecine, une hospitalisation pour cause d’appendicite durera moins de douze heures de nos jours, alors qu’elle demandait dans les années 70 plusieurs jours sur place. Les lits d’hospitalisation complète sont de facto moins demandés. On leur préfère aujourd’hui leurs cousins en hospitalisation ambulatoire ou à domicile (HAD), moins coûteux et tout aussi qualitatifs. Ce qui, en outre, démontre toute l’importance de cet équipement dans le milieu hospitalier.

 

Noé Kolanek

Journaliste Opinion Internationale

Fake news : la mort de Léonard de Vinci

Un lit de génie

Tout à Amboise rappelle le génial Léonard de Vinci...

Depuis quand dort-on à deux ?

Le lit et l’enfant : des bienfaits du cododo (sauf en France ?)

Le sommeil dans le monde : le hamac mexicain

Parmi les préjugés que les Occidentaux ont sur des...

Confidence pour confidence

Mata Hari, l’espionne fatale

Saga du lit : confessions sur l’oreiller. Mata Hari aurait-elle fait parler James Bond ?

Dormir comme des Inuits

Fais dodo, Colas mon p’tit frère… Éternelles berceuses (en 4K – Dolby 5.1)

Le changement d’heure perturbe-t-il votre sommeil ?

Manque de concentration, irritabilité, appétit perturbé...

Changement d’heure à la sauce européenne

Quand le Lit prend vie

Lit médicalisé : Innover sans cesse pour le confort du patient

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.