La saga du LIT
19H12 - samedi 8 mai 2021

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Cabanel, La naissance de Vénus

Opinion Internationale inaugure une série mensuelle : « Le lit dans la peinture »

Le monde ne se réduit pas aux horreurs que nous traversons. Il y a tant de joies, d’espoirs, d’amour dans le cœur des hommes ! et une telle intensité de beauté dans certaines de leurs réalisations. Pas seulement celles auxquelles nous pensons habituellement, mais d’autres qui nous sont plus étrangères, étranges… Je n’en veux pour preuve que la part minime qui leur est réservée. Dans le musée d’Orsay, qui portera bientôt le nom d’un amiral guillotiné – d’Estaing (1729-94) – et celui d’un président défait – Giscard (1926-2020) -, après avoir été une gare pour filer à Versailles, l’unité de façade est pourtant de mise. Le dix-neuvième siècle éclate dans ses œuvres, qu’on a d’autant plus contestées le siècle suivant qu’elles signaient la grandeur, la pompe, l’assurance de l’époque : on pense à La naissance de Vénus (1863), toile de Cabanel (1823-1889) achetée le soir-même de son exposition par l’empereur Napoléon III. La mer y figure un lit, et les vagues les plis des draps qu’une si belle femme a froissés. Vénus n’a pas d’âge, et elle ne peut naître qu’allongée, et dans l’éclat de sa féminité.

À Orsay figurent nos gloires désormais assises, en oubliant le discrédit qui frappa ces géants leur vie durant : Van Gogh, Gauguin, tant d’autres.

Ophélie de John Everett Millais

Mais il est un domaine de la peinture, dont on parle pour ainsi dire jamais et dont de rares toiles figurent à Orsay. Les Préraphaélites. Diverses causes concourent à cette mésestime. En premier lieu, cette « école » de peinture n’est pas française. Pour autant, des artistes, William Holman Hunt (1827-1910) et John Everett Millais (1829-1896) se rebellant dans les années 1840 contre les méthodes acquises, le conformisme régnant, redécouvrent l’Art avant Raphaël. D’où l’appellation de « Préraphaélites ». Millais et Hunt allaient être rejoints par des dizaines de peintres britanniques et donner à l’Angleterre victorienne des merveilles qu’on veut oublier, au sud de la Manche.

Orsay ne possède pas le « talisman » de cette confrérie, Ophélie (1851-52, Tate Gallery, Londres) dont l’influence allait se révéler si essentielle à l’art anglais en particulier et à l’Art en général. Pour l’acidité naturelle des couleurs, la recherche de la perfection dans le trait, et surtout le thème d’Ophélie.

Avant les « pompiers » français, dont Cabanel constitue avec William Bouguereau un des artistes majeurs (nous en reparlerons dans une prochaine chronique), voici Ophélie, une femme aux traits pâles, alanguis et dont le corps est porté par les flots d’un ruisseau, qui figure telle une couche. Un lit d’eau. Derrière cette apparence, se drapent Shakespeare et son tragique Hamlet. Lits d’amour, lits de douleurs, les flots artistiques du dix-neuvième siècle mêlent les deux … et si la naissance de Vénus du français Cabanel est pleine de puissance, de joie, les Préraphaélites ont pour leur part souvent privilégié la grâce aiguisée par la douleur. Ou plutôt, leur art consiste précisément à dépasser les simples sentiments, la réalité trop classifiée. C’est peut-être la meilleure définition de l’art. Dépasser nos petites cases, si étroites.

Pour preuve, dans une autre réalisation d’un Préraphaélite, John William Waterhouse, celui-là plus tardif (1849-1917), le lit d’Ophélie est celui d’une pelouse forestière. La clairière fait jaillir la robe, blanche tel un drap de lit, et l’herbe sauvage et généreuse semble lui être confortable alors même qu’elle-même semble l’être si peu. Si l’art a un sens, c’est bien de faire jaillir l’âme des « choses », des femmes, des hommes. Un peu de beauté ne nuit pas. Même au lit.

 

Jean-Philippe de Garate

La sieste d’Hugo

La sieste, oui, mais quelle sieste ?

La sixième heure

Le sommier-coffre, un gain de place pour tous !

Solution ultime pour les petites chambres et les petites...

Comment se lever du bon pied ?

Se lever tôt peut vite devenir un parcours du combattant....

Les secrets de la Maison de la Literie : 40 ans de succès à la française

Depuis 1975, la Maison de la Literie a su se hisser...

À quoi le lit du futur ressemblera-t-il ?

Burton and Cross, ou les nouvelles technologies des matelas

Le sommier-coffre, un gain de place pour tous !

De la chambre à la politique : le duc d’Orléans fait le grand écart

Qui aurait crû que le lit pouvait refléter notre...

Faut-il vraiment faire son lit ?

Selon certains spécialistes, il n'est pas bon de faire...

Fake news : la mort de Léonard de Vinci

Un lit de génie

Tout à Amboise rappelle le génial Léonard de Vinci...

Depuis quand dort-on à deux ?

Le lit et l’enfant : des bienfaits du cododo (sauf en France ?)

Le sommeil dans le monde : le hamac mexicain

Parmi les préjugés que les Occidentaux ont sur des...

Confidence pour confidence

Mata Hari, l’espionne fatale

Saga du lit : confessions sur l’oreiller. Mata Hari aurait-elle fait parler James Bond ?

Dormir comme des Inuits

Fais dodo, Colas mon p’tit frère… Éternelles berceuses (en 4K – Dolby 5.1)

Le changement d’heure perturbe-t-il votre sommeil ?

Manque de concentration, irritabilité, appétit perturbé...

Changement d’heure à la sauce européenne

Quand le Lit prend vie

Lit médicalisé : Innover sans cesse pour le confort du patient

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur