La saga du LIT
07H55 - dimanche 21 février 2021

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Elisabeth II est la reine depuis 68 ans du Royaume Uni, d’Irlande du Nord et de 15 Etats souverains au sein du Commonwealth.

Elle est le seul Chef d’Etat encore en vie à avoir servi dans les forces armées durant la deuxième guerre mondiale. Elle était dans l’Auxiliary Territorial Service, la branche féminine de la British Army. C’est là qu’elle a appris à réparer les moteurs, talent qu’elle a utilisé sur ses propres véhicules durant son règne.

Depuis son accession au trône, en 1952, elle a fait près de 270 visites à l’étranger dans près de 120 pays, remis 405 000 décorations et médailles, envoyé 45 000 cartes de Noël ; elle collectionne les poivrières, et dès qu’elle a des soucis, elle adore aller dans les champs de ses propriétés pour les nettoyer d’une mauvaise herbe appelée le « gaillet ». On sait donc de qui le Prince Charles tient « sa main verte ». 

Celle qui avait comme surnom Lilibeth a une autre particularité : dès ses noces royales, en 1947, elle n’a jamais partagé sa chambre avec son mari, le prince Philip. Comme le veut la tradition aristocratique, elle à presque toujours dormi seule.

Dès 1949, en aménageant à Clarence House, les deux époux bénéficient de deux chambres adjacentes qui communiquent par une porte. La future reine dispose dans sa chambre d’un lit double à baldaquin où elle reçoit souvent le Duc d’Edimbourg. 

Lorsqu’il s’installe à Buckingham Palace, le couple a donc deux chambres qui se font face et dort toujours séparé. Quelques péripéties cocasses vont agrémenter les nuits de la Reine dans l’immense palais de 700 pièces et où travaillent près de 600 employés.

 

Scandale au pied du lit

En effet, en 1982, Elisabeth se réveille à 7 heures du matin et découvre, rideaux tirés, au pied de son lit, un homme d’une trentaine d’années, une main en sang. Le rapport de Scotland Yard stipulera que l’homme qui voulait se trancher les veines devant sa Majesté, s’est, en fait, coupé un doigt avec un cendrier en verre. La reine lui demande ce qu’il fait là, appuie sur le bouton d’alarme que personne n’entend. Son valet est parti promener les célèbres corgis (depuis 1944, la reine en a eu une trentaine). Elle finit par appeler la police et le temps qu’elle arrive, le désespéré lui confie les raisons de son malheur. Sa femme l’a quittée et il voulait, après avoir bu une dizaine de whisky, demander conseil à la reine. L’irlandais Michael Fagan lui parle de ses enfants et Elisabeth II qui a réussi à prévenir sa femme de ménage, profite qu’il réclame une cigarette, pour le faire conduire au garde-manger. Elle s’échappe pieds nus. L’homme sera arrêté, passera en justice et ne sera pas condamné pour ce délit.

Le pays sera scandalisé et le ministre de l’intérieur démissionnera.

La reine, ayant souvent du mal à s’endormir, est une adepte des promenades nocturnes. Une nuit, alors qu’elle se promène, à 3 heures du matin, dans le palais plongé dans l’obscurité, un garde la surprend et lui lance : « qui va là » avant de constater, effrayé, qu’il s’agit de sa souveraine. « Bon sang ! votre majesté, j’ai failli vous tirer dessus », s’exclame le garde. Ce à quoi, suivant le Times, la reine aurait répondu : Tout va bien. La prochaine fois je sonnerai avant de sortir comme ça vous n’aurez pas à me tirer dessus ».

Depuis cet épisode, malgré des systèmes électroniques sophistiqués, il est néanmoins conseillé à tous les membres de la famille royale de porter un signe distinctif, en cas de sortie, après 22 heures.

« GOD SAVE THE QUEEN »

 

Michel Scabonchi

Consultant international, ancien député européen

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er