La saga du LIT
06H57 - dimanche 16 mai 2021

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

 

Bernard Buffet (1928-1999) est le peintre de l’intranquillité. C’est devenu presque un jeu pour les connaisseurs, voire les amateurs de l’artiste : trouver une scène qui respire la joie calme de deux êtres humains, ensemble, a fortiori dormant ensemble. Elles sont si excessivement rares qu’il semblerait qu’il n’en existe pas. La biographie de l’artiste peut expliquer en grande partie cette tension de ses semblables, cette tension entre ses semblables, une tension qui jamais ne cesse.

unnamed (1)
unnamed (2)
unnamed (3)
unnamed

Orphelin de mère dans des circonstances dramatiques – elle meurt après quinze jours de maux de tête incoercibles-, renvoyé du lycée Carnot, dans ce quartier parisien de la plaine Monceau que ce gamin des Batignolles abandonne alors, il est vite remarqué pour sa juvénilité, son style d’une singularité   incontestable. Très vite, il est adulé ou conspué. Pas d’indifférence à son égard. Ce ne sont pas les traits acérés, les couleurs acides, ou au contraire délavés, mais la profondeur du champ, la puissance de la déréliction que trahissent ses toiles. Ses détracteurs disaient de lui que sa peinture était existentialiste, ou huguenote. En un mot, triste, ou plutôt, désenchantée. Le temps, ce grand maître, permet de replacer Bernard Buffet en perspective. Il est possible que, bien que passé par les Beaux-Arts de Paris et classé « expressionniste » (cette manie des classifications… des écoles !), Buffet soit d’abord un homme qui, par un paradoxe qui n’étonnera que ceux qui confondent peinture et morne photographie, exprime avant tout la profondeur des choses : un peintre. Et c’est tout. Plus proche de Van Gogh (1853-1890) et de Nicolas de Staël (1913-1955) – il a grandi dans le quartier de l’atelier du baron russe, rue Nollet – il partagera avec eux la même fin, la mort qu’on se donne.

Le lit, pour lui, n’est pas un espace de quiétude. D’ailleurs, l’enfant Bernard dort très mal. Le lit sera un lieu d’interrogation, de tourment, d’électricité. Quitte à devenir fortement sexualisé. Marié à la chanteuse Annabelle, née Schwob de Lure (1928-2005) -aux deux parents suicidés-, il intègre son monde, celui des figures de Saint-Trop des années soixante et des quartiers « in » de Paris, avec les mœurs qui s’y rattachent. La dolce vita n’a rien de doux. Et les thèmes, les traits, les coups de pinceau du peintre rendent compte de cette vérité qui s’impose : Annabelle et lui, frappés d’un coup de foudre, abandonnant leurs liaisons (lui, en 1958, avec Pierre Bergé) jusqu’alors affichées, traverseront la vie comme deux êtres trop exposés, trop écorchés, et résolument… distincts. Bien qu’Annabelle ait pu écrire après que Buffet ait rejoint -volontairement – l’au-delà : « La vérité est que je ne sais pas vivre sans toi, alors je fais semblant d’être. » Ensemble, ils avaient descendu la route de l’alcool, mondain ou pas, et ensemble ils l’avaient remonté. Ils avaient pas mal déménagé. On peut se demander d’ailleurs si Bernard Buffet, dont les œuvres sont parcourues d’angles, qui rejetait l’impressionnisme et surtout l’abstraction, bref la « peinture dominante » et se réclamait de Géricault (1791-1824) et Courbet (1819-1877), ne sera pas – par-delà son immense succès sa vie durant et son entrée à l’Académie des Beaux-Arts-  un jour reconnu pour ce qu’il est : un homme qui recherchait, par-delà la composition très classique de ses sujets, l’exposition des tensions extrêmes qui animent une peinture, et pour finir l’harmonie de ses toiles – un être humain qui recherchait pouvoir simplement, un jour, dormir en paix.

Dans son lit.

 

Jean-Philippe de Garate

Le lit de reines en impératrice

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »