La saga du LIT
11H18 - samedi 10 avril 2021

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

Ne le confondez pas avec un vulgaire coussin, il pourrait vous en coûter des douleurs cervicales, des migraines ou des insomnies. Bien sûr, de loin ils se ressemblent. Mais leur parenté s’arrête là, à une ressemblance. Car l’un se cale négligemment entre dos et dossier, de chaise ou de canapé, ou discrètement sous le séant pour lui offrir du moelleux, ou encore se contente, futilement, de décorer. Alors que l’autre, précieux, assure votre sommeil, ainsi que son nom l’implique.

Comment ça, son nom l’implique ? Oreiller n’est pas sommeiller ! Certes, mais il n’est pas non plus simple têtier ou crânier – ni même capillarier, éliminé d’office par égard pour les chauves ; tiré par les cheveux ? Ça ne peut pas leur faire de mal… Bref ! Pourquoi donc « oreiller » alors que seules les oreilles de ceux qui dorment sur le côté reposent sur ce « coussin de lit » – si j’ose les appeler ainsi ? Parce qu’il n’est pas seulement un appui-tête pour la nuit, mais la clé du repos et de la sérénité qui s’accordent si bien avec les sens oubliés que le mot « oreiller » recèle.

Des sens que nous révèle le dictionnaire de français moyen, c’est-à-dire du Moyen Âge, qui attribue à « oreiller » pas moins de quatre définitions. Pour la première, il est « un coussin qui soutient la tête » et « un poisson ou coquille dont les ouïes ou les oreillettes sont d’un émail particulier » ; pour la deuxième, oreiller signifie « prêter l’oreille, chercher à entendre, écouter », et pour la quatrième « auriculaire », tout ce qui a trait à l’oreille. Vous l’aurez remarqué, j’en ai sauté une en chemin – ma manie de garder le meilleur pour la fin –, d’une grande portée symbolique, puisque selon elle « oreiller » signifie « couper l’oreille à ». Symbolique car de nos sens, l’ouïe est celui qui demeure le plus longtemps aux aguets après l’endormissement. Ce n’est qu’en accédant au plus profond du sommeil, dormant sur nos « deux oreilles », que nous coupons le son (ou l’oreille) et accédons à la paix.

Permettez-moi de m’attarder un instant sur cette expression, qui n’a de réalité qu’en son sens figuré. En effet, comment serait-il pratiquement possible de dormir sur ses deux oreilles ? D’ailleurs cet exercice physique n’existe qu’en français. Pour exprimer la même chose, on dit en anglais, allemand, espagnol, corse, hébreu, luxembourgeois… « garder le loup loin de la porte », j’y reviendrai une fois prochaine. Les Italiens qui comme nous aiment bien se distinguer disent « joindre les deux bouts ». Quant aux Chinois, apparemment, ils ne donnent pas cher de la peau de ceux qui dorment profondément. Jugez vous-même : la traduction littérale du chinois « dormir sur ses deux oreilles » est  « s’en sortir à peine ».

Ainsi, à défaut de données scientifiquement prouvées, je vous propose ici mon interprétation. Quand l’oreille dort, tout dort. C’est donc l’ouïe, ce sens réticent à l’endormissement, qui est à l’origine du nom de nos oreillers.

Et c’est aussi pourquoi ils méritent toute notre attention lorsque nous les choisissons. Quant à l’art et la manière de procéder à ce choix, avec les divers facteurs à considérer avec soin, je les expose pour vous dans un autre papier.

 

Catherine Fuhg

Quand le Lit prend vie

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller