La saga du LIT
18H54 - samedi 13 mars 2021

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

En planchant sur le sujet, j’ai repensé aux histoires que me racontaient mes vieux – ne vous offusquez pas, sous ma plume, c’est affectueux. Dans leur ville d’origine, avant les HBM, habitations bon marché ancêtres des HLM, ils vivaient avec leur famille dans une pièce unique qui faisait fonction à la fois de salon, salle à manger, chambre à coucher, atelier. Le reste se passait dehors, sur la terrasse qui, autour d’une petite cour commune, desservait les appartements. Le tout en un alors n’était pas un gadget mais une nécessité. À l’aube, ils empilaient les matelas contre un mur, et le soir ils les étalaient, pour s’y coucher côte à côte. Pas question de tirer sa flemme le temps d’une grasse matinée, de laisser son lit débraillé, ni de s’affaler pour une sieste digestive dans l’après-midi. Et pas question non plus de déserter la chambre, après une dispute conjugale, avec couette et oreiller pour se réfugier au salon. Ils réglaient, ou pas, le problème à coup de chuchotis – « Moins fort, Edmond, les enfants ! » –, puis se tournaient le dos. Rayon intimité, ils n’étaient pas gâtés. Mais ne s’en plaignaient pas. Ce mot était un luxe qu’on ne connaissait pas là-bas. En rêvaient-ils ? Je ne crois pas. Leurs récits gorgés de chaleur, de rires et de tendresse, respiraient une telle nostalgie, que parfois je les enviais.

Ce détour par la case souvenir-souvenir me donne envie d’attribuer à mes anciens orientaux, l’origine du canapé-lit. Mais la rigueur me l’interdit. En effet, après des recherches, j’ai découvert que nous devons cette invention formidable à un monsieur Ducrot, pas celui qui se décarcasse – qui étaient deux d’ailleurs, Gilbert et Marc, et portaient un « s » à la fin. Ce Ducrot-là, Albert, diplômé de l’école des Arts et Métiers de Châlons-sur-Saône, a commencé par convertir les fauteuils en méridiennes, et de fil en aiguille, puisqu’il était tapissier, il en est arrivé à la banquette Merveille, avec coffre intégré pour ranger le matelas. Banquette qui, en plus de faire lit, fit bientôt un tabac à la Foire de Paris. Le brevet en fut déposé.

Depuis, le monde a évolué, mais les problèmes de place ne se sont pas dissipés, loin de là. Les loyers crevant les plafonds dans les villes qui concentrent le plus de population, les familles se voient à nouveau obligées de s’entasser dans quelques mètres carrés. Optimiser l’espace devenu une priorité, l’intérêt du public pour les meubles pliables, ajustables, escamotables, va toujours grandissant. Les fabricants de lits ne s’y sont pas trompés. Conscients des exigences de la clientèle actuelle, ils se sont fixé l’objectif de développer des canapés dont la « conversion » pourrait s’opérer en un tour de main, et pas au prix d’un tour de reins, et le couchage offrirait un confort de vrai lit, sans négliger non plus le style. Cet objectif, ils l’ont atteint. Aussi, pourquoi s’en priver ? Même sans problème de place. Dans ce cas, il sera un atout convivialité, s’ouvrant à des amis fatigués, ou éméchés, après une soirée prolongée.

 

Catherine Fuhg

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er