La saga du LIT
06H54 - dimanche 7 mars 2021

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

C’est le titre d’une chanson sulfureuse de Gérard Bourgeois et Gloria Lasso, en 1964, chantée par Brigitte Bardot et dont certaines paroles étaient « ma vie se passe toujours en ciel de lit ». D’ailleurs, dans une autre de ses chansons intitulée « Faite pour dormir », ne disait-elle pas, « moi, je suis faite pour dormir au fil de l’eau qui se défile et rien ne peut me retenir à part mon sommeil tranquille ».

C’est dire si dans sa vie, lit et sommeil vont être importants pour la fille de La Muette, à Paris, née dans une famille bourgeoise à l’éducation stricte.

En trois films, « Et Dieu créa la femme » de Roger Vadim, « Le Mépris », un chef d’œuvre—de Jean Luc Godard, et « La Vérité » de Georges Clouzot, Brigitte Bardot va devenir un symbole de l’émancipation féminine et de la liberté sexuelle, l’incarnation du désir et du plaisir pour des millions d’adolescents et d’hommes. Dans une France conservatrice, elle devient un « sex-symbol ».

Pourtant quand on l’interroge, la collectionneuse d’amants, déclare « Je me fous de l’émancipation féminine. Je m’assieds dessus ». Quant à la liberté sexuelle, elle insiste : « les femmes ne m’ont pas attendues pour se libérer » …

Sincère, naturelle, franche, provocatrice, l’icône était souvent « hors les clous ». Pour accepter de tourner dans « le Mépris », n’obligea-t-elle pas Godard à marcher sur les mains ? Elle se maria à Las Vegas un 14 juillet, fit déverser des centaines de roses d’un hélicoptère sur sa maison de la Madrague à Saint Tropez, par son amoureux, Gunther Sachs, arriva à l’Elysée, pour une réception avec le Général de Gaulle, habillée en pantalon et veste de hussard à Brandebourg, dansa avec Dario Moreno, lança la mode des cuissardes, chevaucha une Harley-Davidson, joua Anouilh, refusa le film « l’Affaire Thomas Crown » pour ne pas tourner aux Etats-Unis, et n’accepta de jouer dans les films de James Bond que si elle avait le rôle de Bond

A l’issue de « Viva Maria », Jeanne Moreau qui lui donnait la réplique déclara « la regarder marcher, c’est comme écouter de la grande musique ».

Le « sex-symbol » qu’elle était devenue inspira même de nombreux écrivains comme Cocteau, Moravia, Sagan, Nourissier ou Bernard Frank. 

Elle inspira aussi des folies comme celle de John Lennon : à Londres où elle tournait, Bardot revenant d’un dîner à l’hôtel Mayfair, découvre dans son lit, le célèbre Beatles, nu et drogué et le fait évacuer par la sécurité.

On en oublierait presque que le cinéma ne fut pas sa passion première, juste un « acte de libération ». En fait, elle rêvait d’être danseuse.

D’être une star ne l’empêcha pas, à 38 ans, d’arrêter le cinéma.

 

De l’homme à l’animal, tellement moderne, Brigitte Bardot

Les conditions de cette fin de carrière méritent explications tant ils soulignent l’acte fondateur de son autre vie, la cause animale.

Sur le tournage de « Collinot-Trousse Chemise » de Nina Campanez, Bardot tombe sur une vieille dame tenant en laisse une jeune chèvre.

Lui demandant le pourquoi de cette promenade, elle s’entend répondre : « j’ai hâte que cela se termine car cette chèvre doit finir en méchoui, dans 3 jours, pour la communion de mon petit-fils ». Choquée, Bardot lui achète aussitôt la chèvre qu’elle ramène avec elle dans sa chambre d’hôtel.

Le soir même, elle annonce à l’équipe de tournage que ce sera son dernier film. Nous sommes le 6 juin 1973.

Personne ne la prend aux sérieux et pourtant elle ne reviendra jamais sur sa décision. Elle va même aller jusqu’à vendre ses biens aux enchères pour créer sa fondation.

« J’ai donné ma jeunesse et ma beauté aux hommes, je donne maintenant ma sagesse et mon expérience aux animaux » proclame-t-elle, excitée par sa nouvelle vie.

Pendant 35 ans, elle va se donner corps et âme à la protection des animaux maltraités. En 2020, il y a dans ses centres, 1000 équidés, 1000 bovins, 500chèvres, 250 cochons, 2500 moutons et toutes sortes d’espèces animales.

En février 2021, face à l’afflux d’animaux de ferme, elle est obligée de lancer un SOS au ministre de l’Agriculture pour obtenir une aide financière pour la fondation. Elle se bat pour que le plan de relance uniquement réservé aux animaux de compagnie et les équidés prenne en compte les animaux de ferme.

La loi sur l’animal reconnu comme un être vivant doué de sensibilité et qui n’est plus considéré comme un bien meuble dans le code civil, voté en 2015, lui doit beaucoup.

La femme « la plus belle et la plus scandaleuse du monde », quand on lui demande, aujourd’hui, à 87 ans, ce qu’elle aime le plus, répond « l’éclosion d’une fleur, la danse d’une abeille, le regard de mon âne et l’immensité de la mer ».

Sur son lit pour une belle sieste ou la nuit pour se reposer, Brigitte Bardot peut regarder scintiller les étoiles de sa vie et se remémorer les paroles de son amie Françoise Sagan : « Brigitte aime que les hommes trouvés et les chiens perdus posent leurs têtes sur son épaule ».

 

Michel Scarbonchi

 

A l’occasion de la Journée de la femme, et désormais chaque année, Opinion Internationale publie deux palmarès : « Les goujats 2021 » dimanche 7 mars et « Les championnes 2021 de la cause des femmes » lundi 8. A découvrir à la une de www.opinion-internationale.com

 

Quand le Lit prend vie

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller