La saga du LIT
06H50 - mardi 1 juin 2021

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

De lui, on sait à la fois tout et rien. Charles de Gaulle (1890-1970) aura accompagné le vingtième siècle et réussi, qui l’ignore ? une certaine résurrection de la France. Mais si on en connaît jusqu’à certains épisodes anecdotiques, voire nombre de détails confidentiels exhumés des archives, on oublie le quart de la vie du général. Le temps de son sommeil.

Cyclothymique, le « petit Lillois de Paris » s’était plié dès son adolescence à un mode de vie spartiate, sur un lit de courroies. Nul doute qu’il trouvât ensuite dans la discipline militaire et la poursuite d’une pratique religieuse, un remède à ses tourments, ces « plongées » – souvent sans préavis- qui lui devinrent ses plus fidèles compagnons. Fumer abondamment, notamment pendant sa captivité – et ses évasions manquées – lors de la Première Guerre mondiale, ou recourir à une médication de choc après la déroute de Dakar, en septembre 1940, ne suffisait pas. Ce grand corps est fatigable. Et l’organisation de ses journées exclura, autant que possible, les mondanités inutiles. De Gaulle ? Vraiment le contraire d’un noctambule…

On ne peut pas dire que Charles aime dormir. Mais il en a besoin. Surtout, il peine, une fois éveillé, à se rendormir. Aussi donnera-t-il l’ordre express de le laisser en paix, hors « conflit nucléaire ». Le personnel militaire qui constitue son premier cercle est rompu à l’obéissance. Et il faudra, en avril 1961, le putsch des généraux d’Alger pour que le principal des ministres ose se présenter dès potron-minet et s’interroge devant les plus proches : doit-on sortir le président de son lit ? On attendra un peu…

Ce n’est pas un scoop : se sentant plus proche des monarques royaux que des Lebrun, Auriol et autres inaugurateurs de chrysanthèmes, le général s’était interrogé dès le début de son gouvernement (1er juin 1958) sur un lieu qui rendit au chef de l’Etat la grandeur de sa mission. Grandeur : ce mot-clef de son vocabulaire, de ses tourments face à un pays exclu du monde de Yalta. L’Elysée, que de Gaulle atteignit le 8 janvier 1959, demeurait un lieu frappé d’une réputation peu envieuse : pied-à-terre de la Pompadour, puis des six maîtresses du sieur Beaujon, puis encore d’une Bathilde d’Orléans livrée à la débauche, il avait tour à tour servi de salle de bals publics, de café pour un marchand de glaces et sorbets, la liste s’allongeait comme se raccourcissaient les atours transparents de Madame Hamelin et d’une certaine Joséphine, une veuve comme la Révolution savait en produire… En un mot, rien qui y put retenir le général attaché aux bonnes mœurs et surtout, et avant tout : la grandeur. Rien de grand ne s’était fait à l’Elysée !

Le château de Vincennes, où Saint Louis faisait oublier les fossés du duc d’Enghien, avait sa préférence, mais l’homme d’ordre – en vérité le grand tourmenté – s’était rendu aux raisons de Jacques Foccart, le maître de l’ombre, lui ayant opposé que l’Est parisien n’était pas sûr, et qu’en cas d’émeute, a fortiori d’insurrection, aucune solution permettant l’exfiltration du grand homme ne s’avérait satisfaisante, encore moins sûre.

Par une inclination naturelle, Charles de Gaulle reprit donc le chemin de Versailles. Les travaux s’avéraient tout sauf simples, et ce n’est qu’en 1966 que l’inauguration des appartements présidentiels de Trianon put intervenir, assez étrangement, en présence de l’Académie des Sciences, vrai paravent du rêve monarchique.

L’appartement du général n’est pas d’une grande beauté, pour ne pas dire bien terne, et tout aussi étrangement, assez bas de plafond. Mais la véritable nouveauté résidait dans la taille des deux lits jumeaux destinés au monarque et à sa femme. Ils avaient été conçus à l’identique, mais le long corps de l’homme pouvait se déployer dans un espace inhabituellement grand.

Le microclimat versaillais aidant, le calme du parc cadenassé, l’absence de toute circulation autre que celle des patrouilles de gendarmes et de quelques animaux échappés de la forêt, permettaient un vrai repos, encore que l’humidité liée notamment à l’environnement sylvestre et les pièces d’eau trop proches, constitua dès le début une question récurrente, pour ne pas dire insoluble. Même la reine Elisabeth II d’Angleterre -qui connaît un peu la pluie- reçue dans l’autre aile de Trianon, s’était fait précéder de ses propres appareils pour ne pas se croire logée derrière les murailles transpirant l’eau du repaire de Macbeth…

Ici, à Trianon, de Gaulle brisa une des lois non écrites des républiques. Il allait volontairement signer divers décrets portant le lieu de leur signature. Dans le domaine de nos rois. Certains avaient pour objet divers aspects de la défense nucléaire. La souveraineté se trouvait ainsi réaffirmée, même si Charles de Gaulle, dans ses rêves tourmentés, dans son lit de Trianon, ressentit, par-delà sa cyclothymie, un des éléments-clefs expliquant son comportement politique ultérieur : le doute profond que lui inspiraient ses compatriotes.

 

Jean-Philippe de Garate

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er