La saga du LIT
11H57 - mardi 2 novembre 2021

Dormir comme des Inuits

Plus le temps passe et plus les Français semblent être en désaccord avec leur sommeil. Mais il n’en est rien par rapport aux Inuits peuplant le cercle polaire, là où règne de mai à août la « nuit lumineuse ». Adeptes de pratiques bien éloignées des nôtres, ce peuple autochtone visualise le passage au lit d’une façon extrêmement différente.

 

Le lit en option

Tandis que le choix de la literie s’impose comme essentiel dans les traditions françaises, les Inuits paraissent moins exigeants. Preuve en est qu’ils peuvent dormir à peu près partout. À l’exception peut-être de la banquise… Des Esquimaux d’Alaska aux Inuits du Groenland, tous sont unanimes : dormir dans un lit est une option. Trouver Morphée peut se faire n’importe où. À même le sol ou bien sur un canapé, dans la culture inuit, s’assoupir peut même se faire durant une activité. D’ailleurs rares sont les Inuits qui dorment seuls.

Contrairement à nos lits doubles, souvent occupés par une seule personne, les autochtones des régions arctiques s’entassent les uns sur les autres lorsqu’ils choisissent le lit comme lieu de repos. La pratique porte le drôle de nom de cododo, pratique qui consiste à dormir à plusieurs, et non pas avec son nouveau-né comme en France. Mais du côté des Inuits, la coutume s’est perdue avec le temps. Elle va de pair avec les igloos, jadis utilisé durant l’hiver comme abri temporaire, désormais d’usage plus récréatif qu’utilitaire.

 

Dormir quand le Soleil ne se couche pas

Les Inuits ont également un rapport très particulier à la luminosité. Dans la chambre à coucher, la tradition veut qu’une lampe, une veilleuse, soit constamment allumée pour veiller sur le sommeil des Esquimaux. Mais si cette habitude est si tenace, à l’inverse du cododo, c’est parce qu’elle est en accord avec le climat arctique. De mai à août, les habitants du cercle polaire vivent en complicité avec la « nuit lumineuse ». Une jolie tournure pour expliquer que la nuit n’existe tout simplement pas durant cette période. Les Inuits doivent donc dormir coûte que coûte en coopération avec le Soleil.

Face à cela, la communauté d’environ 150 000 âmes est contrainte d’adapter ses habitudes. Les nuits blanches sont ainsi très bien vues pendant ces quatre mois. Les hommes profitent par exemple des heures nocturnes pour faire le plein de poissons. Il arrive même parfois que les pêcheurs passent plusieurs nuits d’affilée sans s’assoupir. Mais après l’effort vient toujours le réconfort, et la récompense est de taille puisque les Inuits se donnent le droit de dormir sans compter, parvenant certaines fois à s’endormir plus de 18 heures durant. D’ailleurs, le clan s’inspire des pêcheurs en modifiant eux aussi leur cycle de sommeil quand vient la « nuit lumineuse ». Contrairement à l’hiver, période pendant laquelle les Esquimaux dorment un peu après midi, l’été est consacré à des « nuits matinales ». Le lit est alors occupé de 4-5 heures du matin jusqu’en fin de matinée.

Ce changement s’accompagne également de modifications dans le style de vie des clans. L’essentiel de l’activité dans les villages se déroule ainsi pendant les heures « de nuit ». Les voisins se rendent visite, des cérémonies autour de la danse, pratique très importante chez les Inuits, sont organisées… Et même quand la « grande obscurité » plonge durant la banquise dans le noir 24 heures sur 24, les Inuits tiennent leurs positions. Ils adaptent à nouveau leur rythme de vie, en se couchant plus tard, acclimatant leurs activités au climat, mais le clan demeure aussi soudé.

 

Noé Kolanek

Journaliste Opinion Internationale

Fake news : la mort de Léonard de Vinci

Un lit de génie

Tout à Amboise rappelle le génial Léonard de Vinci...

Depuis quand dort-on à deux ?

Le lit et l’enfant : des bienfaits du cododo (sauf en France ?)

Le sommeil dans le monde : le hamac mexicain

Parmi les préjugés que les Occidentaux ont sur des...

Confidence pour confidence

Mata Hari, l’espionne fatale

Saga du lit : confessions sur l’oreiller. Mata Hari aurait-elle fait parler James Bond ?

Dormir comme des Inuits

Fais dodo, Colas mon p’tit frère… Éternelles berceuses (en 4K – Dolby 5.1)

Le changement d’heure perturbe-t-il votre sommeil ?

Manque de concentration, irritabilité, appétit perturbé...

Changement d’heure à la sauce européenne

Quand le Lit prend vie

Lit médicalisé : Innover sans cesse pour le confort du patient

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.