La saga du LIT
11H13 - dimanche 7 février 2021

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Le règne de Louis XIV fut marqué par sa magnificence et sa longévité. Devenu roi à 5 ans en 1643, il mourut en 1715.

Ce n’est qu’en 1705, à l’âge de 67 ans qu’il entre, à Versailles, dans la chambre qu’il ne quittera qu’à sa mort. Le sol est tapissé de velours, un lit à baldaquin trône en son milieu, une table devant une cheminée, entourée de 3 fauteuils, 12 tabourets et 2 carreaux (poufs) réservés aux membres de la famille royale et aux duchesses.

C’est vers 1490 que le lit à baldaquin est adopté. Construit avec des bois précieux, il est placé sur une estrade.

Il a deux rôles utilitaires, préserver l’intimité et grâce aux courtines, rideaux qui peuvent clore complètement le lit, protéger du froid.

Les armoiries royales s’étalent sur le ciel de lit, les oreillers et le dossier.

Louis XIV possédait plus de 400 lits qui se répartissaient dans ses nombreuses demeures royales. Il ne se contentait pas d’y dormir mais y tenait souvent audience et y délivrait ses ordonnances. 

Une balustrade divise l’espace de la chambre (qui fait près de 40 m2) transformant l’espace autour du lit en espace sacré. Pour participer à un rituel particulier, le lever et le coucher du monarque qui sont public. Les courtisans s’y pressent.

Ce cérémonial est codifié dans ses moindres détails comme en atteste dans son livre, l’historien Joël Cornette.

 Pour le lever, à 8 heures, un valet de chambre réveille le roi. Son médecin entre puis ceux qui vont lui servir une tisane, lui faire toilette avec une éponge, lui faire choisir perruque et l’habiller ; pudique le roi cache sa nudité avec sa robe de chambre tenue par les valets.

Vers 10 heures, Louis XIV, paré de son chapeau, de ses gants et de sa canne sort de sa chambre et la Cour s’ébroue.

Avant minuit, le roi regagne sa chambre et commence devant le public, le rituel du coucher. Le roi est déshabillé, fait sa prière, revêt sa chemise de nuit, un noble qu’il a choisi, lui remet son bonnet de nuit et deux mouchoirs, un autre gentilhomme lui remet une serviette humide avec laquelle il se nettoie le visage et les mains. Les seigneurs saluent le roi et prennent congé. Le roi est-il enfin seul ?  Pas tout à fait…

Les valets sont omniprésents, parce que le roi les apprécie malgré leurs origines modestes et aussi pour l’utilité qu’il en fait. Il les utilise comme confidents, messagers ou espions. Ils sont aussi les complices de sa vie nocturne en le conduisant, bougeoirs et pot de chambre à la main, au lit de la reine ou se ses maîtresses. A l’aube, le roi retourne dans sa chambre pour la cérémonie du lever.

Les historiens sont partagés sur le fait de savoir si le premier valet, Alexandre Bontemps, dormait dans la chambre royale, sur un lit pliant, et si son poignet était relié, par un ruban, à celui du roi. Relié au lit probablement, au roi, non.

Certes, la tradition faisait que beaucoup de seigneurs dormaient avec un domestique près de leur lit ou à leur porte.

Mais si le lit fut important pour le roi Soleil, il le doit aussi à la maladie. Dès 1701, la goutte attaqua son pied gauche et au fil du temps, ce fut la gangrène, maladie mortelle, qui rongea sa jambe. Les dernières années de son règne ne furent que douleurs physiques.

Si l’on en croit les écrits du marquis de Dangeau sur les derniers jours du roi, en août 1715, tout ce que le roi faisait, prenait une saveur unique : nominations d’ambassadeurs, semaine sainte, toucher des écrouelles, promenade à Marly, pièce de théâtre alors que toute l’Europe spéculait sur la date de sa mort.

Le 1er septembre 1715, à 8 heures 23, après 72 ans de règne —le plus long de l’histoire de France -, le roi s’éteignit. 

Avant son dernier soupir, il prononça cette phrase : « je m’en vais mais l’Etat demeurera toujours ».

 

Michel Scarbonchi

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er