La saga du LIT
18H54 - samedi 13 mars 2021

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Il fut un temps où l’on pouvait dire, sans risque d’être traité de gougeât, que toutes femmes rêvaient de se retrouver dans le lit d’Alain Delon. Aujourd’hui, un certain néoféminisme en perdition considère sans doute que l’un des plus grands acteurs du cinéma français, voire du cinéma tout court, fut avant tour un prédateur sexuel, parce qu’il était aussi considéré comme un idéal masculin et qu’il faisait effectivement rêver tant de femmes.

Pour comprendre comment Alain Delon est devenu une icône mondiale du cinéma, il est plus pertinent de revisiter son enfance et son adolescence plutôt que d‘énumérer ses conquêtes féminines (enfin un peut tout de même !), celles qui sont passées ou non par ses lits ! Mais au-delà du lit, et au lendemain d’une calamiteuse et vulgaire cérémonie des Césars 2021 qui déshonore le cinéma français (et le cinéma tout court !), rendre hommage à Alain Delon raisonne comme une sorte de compensation, de consolation presque nostalgique. Alain Delon, reviens et sors de ton lit et de ton isolement !

 

Retour sur une vie de cinéma

Les conditions de ses jeunes années éclairent comment s’est forgé cette personnalité exceptionnelle, ce « diamant brut » de talent. Né le 8 novembre 1935, Alain Delon a hérité de la beauté de sa mère corse, Edith, surnommée « Mounette » qui va adorer ce bébé si beau. Entre la mère et le fils va se développer un lien « adoration-dévoration » … Quand elle le promène, n’a-t-elle pas accroché sur son landau l’écriteau : « regardez le mais ne le touchez pas ».

L’amour de ses parents va se transformer en discorde et il a 4 ans quand le couple se sépare. Il en sera très affecté et cela restera une blessure à jamais. Interrogé sur cette période de sa vie, il aura cette formule : « La solitude, elle vient des larmes de la petite enfance. Elle fait partie de ma vie, je vis bien avec, j’en ai besoin ».

Il est placé en nourrice chez Madame Nero, à Fresnes. Son mari étant gardien de prison, le jeune Alain va passer son temps derrière les murs de la prison. Puis il ira en pension. De 8 à 14 ans, il va écumer 6 établissements où, enchaînant les bêtises, il sera renvoyé et passera des mois sans voir ses familles. Solitaire, naîtra alors chez lui le » mutisme » comme mode d’expression. La solitude, propice à un repli sur soi, sur son chez moi, dans sa chambre et dans son lit pour mieux gérer ses propres démons.

Aain Delon retourne chez « Mounette » qui a épousée en secondes noces, un charcutier réputé de Bourg la Reine. Alain Delon y travaille et passe son CAP de charcuterie.

A 14 ans, il joue dans un court-métrage » le rapt », film muet dans lequel il a le rôle d’un gangster qui meurt à la fin. Prémonitoire ! À 17 ans, il devance l’appel et s’engage dans la marine qui n’était pas son choix. À l’arsenal de Toulon, il aide un de ses potes à voler des composants électroniques ; ils se font prendre. Virés de la marine, il a le choix entre la charcuterie familiale et l’Indochine. Il choisit l’aventure, la guerre.

A 20 ans il croupit dans le cachot d’une prison militaire après avoir emprunté une jeep pour aller faire la fête. Chien fou, sans peur, il assurera des patrouilles sur le fleuve Mékong, y apprivoisant le danger et la peur. Il écrira sur cette période : « Tout ce que je suis devenu, tout ce que j’ai pu faire pendant cette vie d’homme, je la dois à mon enfance, à mon adolescence, à mes 4 années dans l’armée. L’ordre, la famille, le sens de l’honneur, le goût des armes » ; la légende est en marche.

Retour d’Asie, renvoyé dans ses foyers (RDSF) pour « conneries » multiples, il s’installe à Paris, dans un hôtel de Pigalle et vit de petits boulots, – manutentionnaire aux Halles, garçon de café—et améliore l’ordinaire grâce à sa « gueule d’amour ». Animal magnétique, il devient un playboy des nuits parisiennes et rencontre celle qui va lui ouvrir les portes du cinéma, Brigitte Auber.

La célèbre actrice dont il est l’amant et Jean Claude Brialy l’invitent au Festival de Cannes où il fait un bout d’essai concluant. Mais, son destin cinématographique va se jouer à Rome où il est hébergé chez le photographe Gian Paolo Barbieri, il se fait remarquer par le grand producteur américain de films, David O Selznick, qui lui propose un contrat de 7 ans aux États-Unis, à une condition, qu’il apprenne l’Anglais.

Le réalisateur, Yves Allégret, dont il est l’amant de sa femme, Michèle Cordoue, le convainc de rester en France et l’engage pour un petit rôle dans le film « Quand la femme s’en mêle » puis dans « Sois belle et tais-toi ». Et c’est la rencontre avec son premier amour, Romy Schneider pour le film « Christine ». « Les fiancés de l’Europe, jeunes, beaux magnétisent le public et le monde du cinéma. « Plein soleil » de René Clément et « Rocco et ses frères « de Luchino Visconti consacre la star Delon. La machine à succès est lancée. Guépard, insoumis, battant, samouraï, centurion, flic, félin, sicilien, le mythe est en marche.

Les femmes de sa vie vont compter dans sa popularité tout autant que sa filmographie : Romy Schneider, Brigitte Bardot, Nathalie Delon, Claudia Cardinal, Catherine Deneuve, Anne Parillaud, Dalida, Mireille Darc… L’amour, la séduction, – le lit n’est jamais très loin, ont décidément une place particulière dans la vie de l’acteur !

Acteur français le plus célèbre au monde, adulé en Asie, en Russie et en Italie, Delon ne s’est pas contenté d’être un acteur, il a aussi été un remarquable chef d’entreprise, maître de sa propre image, créant et produisant de nombreux produits de luxe à son nom. Sa fortune n’était-elle pas estimée, en 2019 à près de 250 millions d’euros ? Et n’était-il pas, encore en 2020, l’acteur français le mieux payé du cinéma français avec 51 millions d’euros alors qu’il ne tourne plus depuis « La maison vide » en 2018.

60 ans de carrière marqués par des chefs d’œuvres, Alain Delon victime d’un AVC vit, entouré de ses trois enfants, de ses chiens et de ses souvenirs, dans son domaine de Douchy.

N’oublions pas qu’il fut le gaulliste qui racheta, en décembre 1970, le manuscrit du texte de l’affiche « À tous les Français » que le Général de Gaulle fit placarder sur les murs de Londres, le 20 juin 1940.

Cette légende du cinéma mondial qui fit une carrière exceptionnelle prétendait, paradoxe, ne pas être un comédien ! « Ma carrière n’a rien à voir avec le métier de comédien. Comédien, c’est une vocation. Je suis un acteur. Un comédien joue ; un acteur vit.

Moi, je n’ai jamais joué, j’ai vécu mes rôles ».

 

Michel Scarbonchi et Raymond Taube

Quand le Lit prend vie

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller