La saga du LIT
06H45 - dimanche 7 mars 2021

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

La Journée de la femme devrait surtout être celle de la Journée de la femme et de l’homme. Et notamment la Journée du couple dont les relations sont largement mises à mal par quelques évolutions profondes de notre monde.

Le couple ? Le lit en est-il le secret reflet ? Voyons plutôt…

D’abord, lit à part et chambre à part ne font pas toujours de pair. Ensuite, dans un lit pour un couple, certains préfèrent deux matelas côte à côte sur un sommier unique, voire deux ensembles matelas-sommiers dans un même cadre de lit, ou même deux lits accolés, ce qui n’est pas la solution la plus élégante. En matière de matelas, les techniques modernes, qu’elles s’appuient sur les ressorts ensachés ou sur la mousse ou le latex, réduisent considérablement l’impact des mouvements d’une seule personne sur l’ensemble de la surface du matelas. Les avantages de chacune d’elles sont expliqués en détail sur le site du partenaire de cette saga du lit, Maison de la Literie. L’intérêt d’avoir deux matelas, a fortiori deux lits distincts, s’en trouve amoindri, même si cela reste la solution la plus radicale si l’un des membres du couple veut faire du trampoline pendant que l’autre dort. Mais attention, il ne doit viser juste et retomber au bon endroit !

Faire le choix du lit séparé peut se justifier par des raisons quasi sanitaires, dans la mesure où il peut influer sur la qualité du sommeil. Nous y reviendrons dans un prochain article. Mais lorsque l’on veut faire chambre à part, alors que l’on pourrait faire lit à part dans la même chambre, la raison doit souvent être recherchée ailleurs. Nous écartons ici l’hypothèse du ronflement intempestif de Monsieur ou Madame (mais si, cela existe aussi !) dont on pourrait limiter les effets de diverses manières : des traitements plus ou moins efficaces sur lesquels nous nous pencherons également dans un futur article, ou des bouchons d’oreilles pour la « victime ».

Non, ce matin, c’est la question de la relation entre le fait de faire chambre ou lit à part et la solidité du couple qui nous intéresse, sans toutefois empiéter sur le terrain des psychologues conjugaux ou des conseillers en amour. Lequel est la cause de l’autre ?

Sociologues et psychologues experts en mamours (bon, on va tout de même un peu lorgner sur leurs études) s’accordent à dire que le lit est révélateur de l’état du couple. Une relation au beau fixe ne se traduit pas forcément par des nuits enlacées, corps (nu) contre corps, dans une pulsion passionnelle (ou une passion pulsionnelle) ardente. En général, après quelques années ou décennies de vie (et de nuits) commune, la plénitude nocturne s’évalue surtout à la capacité à s’accepter mutuellement. Un matelas standard pour deux personnes, c’est 1,4 mètre de large. Sans amour, une pareille intimité semble impossible. Sous cet angle, nul besoin de consultation mamourienne pour évaluer la santé du couple. In lectulo veritas, dirait-on en latin (et non in litro veritas, qui rappellerait in vino veritas), pour souligner que la vérité est dans le lit.

Bien sûr, faire chambre à part à la suite d’une dispute conjugale est assez banal, sauf pour ceux qui la vivent ! La soudaineté de l’événement conduit l’un des membres du couple à finir sa nuit sur le canapé. Ce serait évidemment un moindre mal (pour le dos, par pour le cœur) s’il s’agit d’un canapé-lit. Tout le monde n’a pas de chambre d’ami prête à l’emploi.

Mais faire chambre à part peut aussi être un choix délibéré, hors de tout conflit de couple. Certains vont même jusqu’à faire appartement à part, ce qui ne les empêche pas de se faire des mamours chez l’un ou l’autre, au gré de leurs humeurs et de se retrouver pour les seuls bons moments que sont les vacances, les anniversaires et autres rendez-vous festifs. Il faut donc se garder de tirer des conclusions hâtives et surtout générales sur des choix pouvant apparaître anachroniques ou révélateurs de la vie de couple.

Néanmoins, nous n’irons peut-être pas jusqu’à dire que faire chambre ou lit à part est le secret des couples qui durent. Ni l’inverse d’ailleurs. L’amour est comme la cuisine : une infinité de recettes, de formules, d’accommodements. Certains préfèrent les plats épicés, d’autres privilégient la douceur. Certains ont leurs habitudes, d’autres veulent goûter à tout (c’est-à-dire à tous les types de lits, bien entendu !).

Ce dimanche matin, que vous soyez au lit, collé à votre moitié, que celle-ci se prélasse à quelques encablures, ou que vous soyez à vous seul les deux moitiés, nous vous souhaitons un excellent dimanche et demain une belle Journée de la femme.

À dimanche prochain !

 

Michel Taube

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er