La saga du LIT
21H00 - samedi 12 décembre 2020

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Nous sommes à San Francisco, quartier Haight Ashbury, sanctuaire du mouvement hippie. En 1967, année du Summer of Love, au rythme de « Sgt Peppers » des british Beatles, quelques innovateurs ont sans doute songé à un amour qui se vivrait sur l’eau, sans quitter sa chambre.

À vrai dire, c’est un peu par hasard que Charles Prior Hall et quelques autres étudiants en design élaborèrent l’année suivante un Waterbed, un lit à eau. Nous connaissons ces poufs remplis de billes de polyester, et qui peuvent prendre diverses formes. L’idée de Charles Hall était de créer une sorte de siège souple qu’il remplit de différents matériaux, sans obtenir le confort recherché. Et puis lui vint l’idée d’utiliser l’eau, dont on peut imaginer qu’elle le fit naturellement voguer vers l’idée du matelas.

Le reste fut un coup génial de marketing, comme on sait en faire en Californie (rappelons-nous le Macintosh d’Apple, « la machine qui apprend l’homme ») : le waterbed devint « Pleasure Island » (Ile du plaisir) ou même « fosse aux plaisirs ». « Groovy and sexy », disait-on. Un instrument de plaisir autant que de confort, et la garantie de nuits agréablement agitées.

Au début, les hippies, grands adeptes du « sex, drugs ans rocknroll », mais certains hôtels pour leurs chambres ou suites nuptiales, étaient les premiers clients Charles Hall et de ses concurrents (ses brevets ne surent protéger son invention). Hugh Hefner, fondateur du magazine Playboy, icône de l’hédonisme, était fier de son waterbed king size. Mais aux États-Unis, le phénomène prit de l’ampleur à l’orée des années 1970, jusqu’à représenter 22 % des ventes de matelas en 1987.

Outre-Atlantique, le lit à eau fut un des objets emblématiques de la Pop culture, avant de tomber quasiment en désuétude au milieu des années 1980. Il faut dire que quelques épisodes de crevaison inopportune ont fait chavirer l’objet si sexy dans la moquerie, et que l’évolution des technologies des ressorts ensachés, des mousses ou latex ont bousculé la hiérarchie du confort allongé. Pourtant, les lits à eau avaient quelques avantages, en particulier celui de faire varier la fermeté du matelas en jouant sur la quantité d’eau. En outre, l’eau pouvait être chauffée ou refroidit à volonté, avec la contrepartie d’une surconsommation électrique. À cela s’ajoute un inconvénient de poids, au sens propre comme au sens figuré : avec plus de 500 kilos par personne, la chose est indéplaçable sans vidange préalable. Et il faut espérer que le plancher tienne en cas d’ébats trop tempétueux. Le clou (dans le matelas) est peut-être le film d’horreur « le cauchemar de Freddy », où une victime du célèbre tueur finit noyée dans son matelas !

Le souci de vérité historique oblige toutefois à préciser que l’idée d’allonger une personne sur une sorte de fine poche remplie d’eau est européenne : on la doit à un médecin écossais, Neil Arnott, qui conçut au début du XIXème siècle une toile imperméable contenant de l’eau, au bénéfice des invalides et malades obligés de garder la position allongée. L’objectif poursuivi fut notamment de prévenir les escarres. Le lit traversa ensuite l’atlantique, et on en retrouve trace dans un article de Mark Twain publié dans le New York Times en 1871.

Finalement, même si on trouve encore des lits à eau, ce mode de couchage était peut-être plus adapté à son usage sanitaire primitif. Mais reconnaissons qu’il sut faire fantasmer une génération d’Américains. Quel lit n’en rêverait pas ?!

 

 Raymond Taube

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er