La saga du LIT
07H48 - dimanche 1 novembre 2020

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Il peut paraître curieux de consacrer une rubrique au lit à la une d’Opinion Internationale. Ce sera même une véritable saga ! Un tour du monde. Et un premier geste annonçant de plus en plus de sujets « Art de vivre », en plus de nos éditos et de nos articles « news et politique ». Histoire d’éclairer les enjeux de valeurs et d’avenir au plus près de la vie et du quotidien de nos concitoyens.

Le lit donc ! Existe-t-il beaucoup d’autres objets avec lesquels nous entretenons une relation si intime et si durable, parfois même à vie ? Même si, santé et confort obligent, il faut régulièrement renouveler sa literie.

Le lit, on y passe entre un quart et un tiers de sa vie, principalement à dormir, mais aussi à se prélasser, à faire la grasse matinée, à méditer, à lire, à regarder la télé, et à assurer la pérennité de l’espèce humaine…

Qui dort dîne, dit un vieux dicton. Dormir, bien dormir est en effet une source d’énergie et de bien-être fondamental. Mal dormir, c’est mal vivre, à commencer par le réveil, véritable souffrance physique ou morale, après une nuit pénible. Le lit, c’est donc la santé.

Et plus encore, c’est le rêve et parfois le cauchemar, c’est la poésie et l’aventure, c’est l’histoire, grande ou petite. Combien de mauvaises décisions politiques ont été prises à la suite d’une mauvaise nuit ? Peut-être que des guerres auraient étés évitées si celui qui l’a déclenchée à tort ne s’était pas levé d’un mauvais pied ? La petite histoire (à moins que ce soit, finalement la grande), cela peut être le « Bed-in for Peace » de John Lennon et Yoko Ono dans un hôtel Hilton, à Amsterdam et à Montréal, au printemps 1969, pour protester contre la guerre du Vietnam. Cela peut aussi être Louis XIV, dont le coucher (et le lever) fut une cérémonie publique très ritualisée. Et au-delà, le lit des Grands et des puissants, César, la Reine d’Angleterre, le Général de Gaulle. Et Napoléon bien entendu dont Michel Scarbonchi nous dévoile le lit de camp.

Et Emmanuel Macron, au fait, il dort comment ?

De la poésie et de l’aventure, avons-nous dit : le lit qui voyage (ou nous qui voyageons avec lui, sur lui, dans lui) : de la couchette SNCF qui rappelle tant de souvenirs de jeunesse, à la luxueuse première classe des vols long-courriers, en passant par les trains prestigieux. La magie de l’Orient-Express au lever du jour… On en frissonne déjà. Si cela ne suffit pas, on pourrait aller jusqu’à la capsule et à la navette spatiales (on se sent comment, avec 12 G de poussée ?) et la station orbitale (on dort comment, en apesanteur ?)…

Revenons sur terre à notre bon lit.

Le lit, c’est aussi de la technique, de la recherche même, pour que notre cocon soit douillet, confortable et réparateur. « Dis-moi comment tu dors et je te dirais qui tu es » ! Mousse ou ressorts, pour commencer ? Un vieux débat, comme Mac ou PC. Nous y revenons dans la chronique « Tendances Lit » de Raymond Taube…

Le lit, un art de vivre. Notamment à la française avec un Pierre Elmalek, fondateur de Maison de la Literie, et qui est en train de conquérir le monde, en passant notamment par la Chine ! Chapeau l’artiste !

Le lit, les Français en sont friands, comme les Américains, les Chinois, les Japonais (et leurs célèbres futons) et tous les êtres de la planète. Comme nous le confie Pierre Elmalek : « il y a peut-être une différence. Les Allemands renouvellent leur literie tous les huit ans, les Français seulement tous les 14 ans. » Avec le Covid, les confinements à répétition, une chose est sûre : les gens se replient sur eux-mêmes, dans leur cocon familial. Bref, nous passons plus de temps dans notre lit… Et sur notre lit pendant les heures de télétravail. De quoi booster ce marché de renouvellement qu’est la literie.

Le lit, c’est aussi du design, des formes excentriques (en cœur, et pas seulement), des matériaux inattendus (le water bed, on y dort comment ?). On l’expose ou on le cache, dans un canapé, bien sûr, mais aussi dans un mur. Il devient élément d’architecture intérieure.

L’homme préhistorique et un Vincent Pesquet qui taquine les étoiles ont en commun le soin qu’ils accordent à leur couche. Le lit est au cœur de la vie, parfois pour la sauver. L’actualité a hélas braqué les projecteurs sur les lits de réanimation. Pas un jour sans qu’on y fasse référence depuis la crise du Covid. Mais c’est quoi, exactement, un lit de réanimation ?

Dans notre saga du lit, nous pourrons revenir aussi aux premiers instants de notre vie, dont nous ne conservons aucun souvenir, redevenir bébé, retourner dans ce minuscule lit, presque de poupée, voire dans une couveuse, lit « d’animation » à la vie.

Au cours de ces épisodes dominicaux, nous vous entraînerons dans une valse nocturne pour vous murmurer, au creux de l’oreille, la formidable saga du lit, notre meilleur ami qui nous tend ses bras et ses draps à l’issue d’une riche et harassante journée.

Nous sommes dimanche. Réveil matinal, grasse et douce matinée dans notre lit. Bienvenue dans la saga du lit.

Michel Taube