La saga du LIT
06H58 - samedi 20 novembre 2021

Depuis quand dort-on à deux ?

Passer du lit simple au lit double fait partie de l’évolution logique d’une existence. Mais le lit conjugal n’a pas toujours existé. À quand remonte son invention ?

D’instinct, on estime ses premières apparitions au Moyen-âge. C’est en tout cas ce que l’école nous a appris, rappelez-vous : les Rois recevaient habituellement la plèbe depuis leurs lits extrêmement larges – nous les appelons désormais king size. Et quand on interroge les récits historiques, tout concorde. En effet, lorsque l’Église catholique a fait du mariage un sacrement, au XIIIe siècle, le religieux Thomas d’Aquin a déclaré : « Le couple doit avoir son lit et sa chambre ». Faire chambre à part n’est ainsi plus approuvé par le clergé. De fait elle doit s’agrandir. Et son lit aussi.

Cependant, si passe au peigne fin des archives plus anciennes, des références au lit double apparaissent dès l’Antiquité. Dans l’Odyssée par exemple, Pénélope vérifie l’identité d’Ulysse en le questionnant. « Lequel a été nôtre ? », dit-elle en montrant du doigt plusieurs lits. Il est gage du bon temps passé par les tourtereaux et pour Pénélope, Ulysse doit nécessairement s’en souvenir. Mais dans l’Odyssée comme dans la Grèce antique, le lit pour les amants est perçu comme un lieu intime, à défaut d’être un lieu de repos. Les Romains verront plus tard l’emploi de ce meuble d’un même œil. Chacun dort de son côté sur son propre lit. Les moments passés sous la même couette sont uniquement relatifs à l’intime.

Une démocratisation poussive

Retour au Moyen-âge. L’évêque de Genève François de Sales, au XVIIe siècle, bénit le lit conjugal. Encouragée, sa démocratisation dans toutes les couches sociales s’intensifie. Il devient le port d’attache privilégié du couple. Son arrivée massive dans la société n’est en revanche pas du goût de tous. Les femmes deviennent en effet les proies de leurs maris qui, si on se réfère aux textes de confession de l’époque, possèdent alors un appétit sexuel déraisonnable. Le « lieu d’un amour tout sain, tout sacré, tout divin », décrit par François de Sales lors de sa bénédiction n’est pas tout à fait vrai, les femmes n’étant pas toujours d’accord pour partager le lit.

Dormir seul reste un luxe

Les plus fortunés continuent de dormir sans compagnie, à commencer par les Rois. Même s’ils reçoivent dans un lit d’apparat, les têtes couronnées persistent à faire chambre seules par goût de la solitude. Les aristocrates séparent d’ailleurs les appartements de l’homme et de la femme, car ce mode de vie se maintient toujours dans les mœurs.

La période charnière

La donne change fin XVIIIe siècle. Les grandes villes augmentent tandis que la surface de ses bâtiments diminue. Inévitablement, les chambres à coucher se rapetissent elles aussi. Pour pallier ce manque d’espace, le lit double s’impose en premier choix. De plus, il permet de nouer le lien du couple. Dans la bourgeoisie, cette situation amoureuse est très en vogue. Ce que l’on recherche alors, c’est avant tout la stabilité. Or, le lit symbolise bien ce concept fondamental des temps modernes. Tous les couples se mettent ainsi à acquérir des lits aussi grands que leur amour.

Depuis, la « tradition » s’est perpétuée. Par la praticité et le gain de place gagnés, le lit double a peu à peu effacé le succès de son rival « à une place » du côté des couples. Par ailleurs, il incarne toujours un symbole fort dans le couple. Constatez par vous-mêmes : renoncer à dormir à deux signifie bien souvent la fin du couple dans nos esprits. Comme l’écrivait Honoré De Balzac il y a pratiquement deux siècles, « le lit est tout le mariage », et cela n’est pas près de changer.

 

Noé Kolanek

Fake news : la mort de Léonard de Vinci

Un lit de génie

Tout à Amboise rappelle le génial Léonard de Vinci...

Depuis quand dort-on à deux ?

Le lit et l’enfant : des bienfaits du cododo (sauf en France ?)

Le sommeil dans le monde : le hamac mexicain

Parmi les préjugés que les Occidentaux ont sur des...

Confidence pour confidence

Mata Hari, l’espionne fatale

Saga du lit : confessions sur l’oreiller. Mata Hari aurait-elle fait parler James Bond ?

Dormir comme des Inuits

Fais dodo, Colas mon p’tit frère… Éternelles berceuses (en 4K – Dolby 5.1)

Le changement d’heure perturbe-t-il votre sommeil ?

Manque de concentration, irritabilité, appétit perturbé...

Changement d’heure à la sauce européenne

Quand le Lit prend vie

Lit médicalisé : Innover sans cesse pour le confort du patient

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.