La saga du LIT
08H56 - dimanche 6 juin 2021

Dormir, une activité culturelle ?

Oeuvre de Lord Frederic Leighton

Objet de nombreuses recherches, le sommeil, clé d’une bonne hygiène de vie, se retrouve souvent disséqué dans les journaux santé. Les règles de l’art de dormir nous y sont exposées, de la durée idéale aux conditions les plus propices, en passant par la qualité de la literie évidemment.

La science s’intéresse à tout. Née de la curiosité indomptable de l’homme, celle-là même qui lui a coûté sa place au jardin d’Eden, elle répond à ses peurs, à son désir de contourner, voire d’abolir, les lois de la « création » et à son besoin de contrôle. Elle incarne pour lui la promesse d’être un jour le maître de son destin et pourquoi pas de l’univers. Nul mystère n’est donc à l’abri de sa manie de fouiner.

On pourrait imaginer à cette introduction que je déteste la science et que je m’en défie. Que nenni ! Je l’adore. Je ne suis pas ingrate. Je reconnais ses bienfaits. En matière de santé, de confort, en particulier. Cependant, elle a ses limites. Ou plutôt, nos limites. En effet, ceux qui la servent tendent, en son nom, à nier ce qu’ils ne peuvent pas expliquer, à généraliser et à dogmatiser, lui vouant une foi exclusive qui ne manque pas de rappeler, par son intolérance, celle que d’aucuns vouent à leur Dieu.

Les spécialistes du sommeil n’échappent pas à ce travers. Heureusement qu’il arrive que leurs avis divergent. Heureusement aussi que l’homme voyage, explore et communique. Car, grâce à ces incursions dans d’autres civilisations, nous comprenons que notre manière de dormir ne dépend pas seulement de notre physiologie, mais aussi de nos traditions, elles-mêmes fortement impactées par notre environnement, notamment le climat.

Ainsi, selon les études réalisées en occident, nous aurions besoin de passer une demi-heure au calme avant l’endormissement afin de profiter au mieux de notre nuit. Les professionnels considèrent le silence et l’obscurité comme garants de notre repos et préconisent huit heures de sommeil en moyenne, d’une seule traite, autant que possible. Sous l’influence croissante de l’orient dans le domaine du bien-être, la sieste, ces dernières années, a redoré son blason, mais elle demeure principalement le privilège de certains âges – les très tendre et très grand. Enfin, jaloux de notre intimité, nous ne partageons notre couche qu’avec un heureux élu et quelquefois, rarement, aussi avec nos enfants.

Pourtant, ce que je viens de décrire, silence, solitude, obscurité, serait un pur cauchemar pour nos frères humains du Grand Nord ou de certaines régions d’Afrique, et d’autres encore sans doute. Par exemple, les Inuits, qui vivent autour du cercle polaire, dorment ensemble, parents, enfants, grands-parents, amis parfois aussi, serrés les uns contre les autres afin de se tenir chaud, sur une plate-forme et des peaux de bêtes, avec une veilleuse allumée. Durant l’été polaire et ses nuits blanches de mai à août, ils profitent de chaque instant de vie et de lumière, rognant sur les heures de sommeil qui, chez eux, a mauvaise presse. Dans beaucoup d’autres cultures, il ne fait pas bon dormir seul, dans certaines, c’est un grand malheur, comme chez les Balinais qui vont jusqu’à « prêter » leurs enfants aux anciens sans famille, pour leur épargner cette souffrance.

Quant aux rythmes du sommeil, ils varient eux aussi. Chez les Kung du Kalahari, il n’y a pas d’horaires. Même pas pour les enfants. On s’y couche à tout âge quand on en a envie, quand la conversation tarit, que les chants ou danses cessent. Et l’on est prêt à s’y lever dès qu’une activité intéressante s’annonce. Il n’y est pas rare de sauter plusieurs nuits d’affilée. Il sera toujours temps de récupérer plus tard. La vie passe en premier. En Asie, par ailleurs, se pratique la micro-sieste. On s’assoit, se couche n’importe où, sans se préoccuper de la présence d’autrui, des regards ou des jugements, et on repart d’attaque, après quelques minutes.

Au fond, il semblerait que la manière de dormir, soumise aux évolutions et exigences des sociétés, en reflète aussi les valeurs. Et que, finalement, comme tout le reste, bien dormir est relatif.

 

Catherine Fuhg

 

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er