La saga du LIT
19H09 - vendredi 29 janvier 2021

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

Son esprit pétillant, son goût et son élégance naturelle, remarqués par Jules Janin, dans la première préface de La Dame aux camélias, ne firent pas la fortune de Marie Duplessis, mais sa taille « souple et belle ; ce visage d’un bel ovale un peu pâle [qui] répondait à la grâce qu’elle répandait autour d’elle comme un indicible parfum »

Les charmes de cette courtisane, comme on nommait autrefois, avec pudeur, les filles de joie – joie pour qui ?, là est la question –, lui gagnèrent train de vie et bijoux qu’elle devait rembourser en ébats dans son lit.

Marie Duplessis inspira une passion immense à Alexandre Dumas fils ainsi que le personnage de Marguerite Gautier – celle qui n’apparaissait jamais sans un bouquet de camélias –, et à Giuseppe Verdi celui de Violetta, héroïne de La Traviata.

Le lit de cette prostituée, autant user d’un mot cru pour une crue réalité, jamais ne semble souillé. Sans doute parce que Marguerite, bien que le pied dansant et la jambe légère, avait su garder à l’abri de son corps à louer une âme et un cœur purs.

Notons d’ailleurs que ce n’est pas sur le lit de débauche que s’étend le roman de l’ancien amant éploré mais sur celui de l’agonie de celle qu’il a adorée. Ce lit qui voit le corps de la belle se faner, qui assiste impuissant à ses nuits d’insomnie, à sa bataille à mort contre la maladie. Le lit où elle réfléchit, alors que la vie l’abandonne, la laissant seule avec le temps, sur les desseins du Tout-Puissant ; où elle écrit à son amant, contre l’avis des médecins. D’où elle entend, à travers les brumes de la fièvre, l’huissier venu saisir ses biens. Ce lit enfin où elle se dresse deux ou trois fois « tout debout » avant de retomber, épuisée, et mourir.

Certains diront que les larmes versées par Marguerite ont lavé le lit du péché qu’elle y a invité ? Une pensée bien cruelle. Plus encore que la souffrance qu’il lui a fallu endurer.

 

Catherine Fuhg

Photo : La Dame aux Camélias. Ballet. Opéra Garnier. Aurélie Dupont.

Dans votre lit ou non, lisez « La Dame aux camélias » d’Alexandre Dumas, et écoutez la Traviata de Giuseppe Verdi.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er