La saga du LIT
01H54 - dimanche 24 janvier 2021

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

Je l’attrape chez lui par hasard. Même si, en réalité, il ne court pas les rues. Entre la méchante bestiole qui menace sa santé et l’interdiction de jouer, encore à cause de la bestiole, il n’est pas débordé. Pourtant, il avait prévu de sortir aujourd’hui, pour une interview justement. Sauf qu’il l’a annulée. Il en a profité pour brûler son repas de midi, il n’est pas doué en cuisine, puis pour répondre à mes questions au nom de la haute estime en laquelle il déclare tenir l’entrepreneur Pierre Elmalek, président-fondateur de Maison de la Literie.

Mais venons-en aux faits : qu’attend donc cet acteur, cet humoriste au fort accent, parigot en civil et yiddish à la scène, ce grincheux – c’est lui qui le dit , qu’on ne présente plus, Popeck pour ne pas le citer, qu’attend-il de sa literie ?

Tout d’abord, qu’elle soit ferme, comme lui-même, sur ses positions. Il déteste, quand il saute dessus, s’enfoncer dans un matelas. Remarque, pour sauter sur le sien, épais de trente centimètres, il devrait prendre son élan. « C’est une histoire pour y grimper et une histoire pour en descendre. » Ce qui n’est pas si grave au fond, parce que, en ce moment, il y passe beaucoup de temps. « Je me couche de bonne heure pour amortir le prix », dit-il un sourire dans la voix. Amené l’air de rien, son petit trait d’esprit me prend de court, j’éclate de rire.

Son matelas est silencieux, un détail important, et composé de deux parties, séparées mais solidaires. Ainsi sa femme et lui peuvent gigoter la nuit sans risquer de réveiller l’autre. Ils ont passé une matinée à en tester des différents, ressorts ou mousse ou mélangé, avant de choisir chacun le garnissage de son côté. Un matelas sur mesure, surtout pour son épouse qui a le dos fragile. Et ça ne date pas d’aujourd’hui. Elle avait déjà des problèmes quand ils se sont rencontrés, à cause d’un accident. « Mais elle me l’a caché. Et elle a eu raison, je ne l’aurais pas prise d’occasion. » Sa femme, qui entend sur haut-parleur notre conversation, commente d’un « oui, bien sûr » complice.

Son exigence de bonnes literies ne date d’ailleurs pas d’aujourd’hui. Depuis qu’il peut se le permettre, il veille à toujours dormir sur des matelas de qualité, même quand il séjourne à l’hôtel. Quitte à créer l’événement et faire du déménagement. Souvent, « quand celui de ma chambre ne me convenait pas, je faisais du charme aux femmes de chambre pour qu’elles me laissent tester ceux des chambres d’à côté. » Après, avec son fils, « un athlète, une armoire à glace » précise-t-il avec fierté, ils faisaient l’échange en douce. « On remettait tout en place. Et le lit au carré. On a appris à l’armée. » Sa femme en rougissait de honte. Elle confirme et ajoute qu’il lui arrivait aussi d’échanger les téléviseurs, pour un écran plus grand… Il lâche un rire espiègle, pas gêné le moins du monde.

Mais au fond, pourquoi ne pas profiter de sa chance ? Il n’a pas eu, loin de là, une vie toujours rose. Dans les orphelinats, où il a pratiquement grandi, puis dans les foyers de travailleurs, il a appris à dormir à la dure, en dortoir. Et plus tard, jeune adulte, il n’avait pas les moyens de s’offrir des literies neuves. Il se les procurait d’occasion, dans les salles de vente. « J’achetais tout à Drouot. J’aurais pu faire marchand de meubles.

J’ai même trouvé là-bas un canapé Louis XIII que j’ai eu pour une bouchée de pain – Attention, un authentique ! On devait recevoir les Prévert à la maison – ; on l’a monté par la fenêtre dans notre 23 mètres carrés. Sauf qu’on ne pouvait plus bouger. Ma femme en a pleuré. J’ai dû m’en débarrasser. » Du canapé, rassurez-vous.

 

Catherine Fuhg

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er