La saga du LIT
01H54 - dimanche 24 janvier 2021

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Depuis trente ans qu’il dirige Market, organe d’information à l’adresse des professionnels de la distribution d’équipements du cadre de vie, qui comporte deux éditions, la bleue spécialisée dans l’électroménager et le multimédia, la jaune dans les meubles, la literie, la cuisine et la salle de bain, Michel Levivier ne s’est pas ennuyé un seul instant.

En tant que directeur général de ce journal, il a suivi de près la progression du secteur du lit et développé à son égard une véritable passion, nourrie du vent d’innovation qui souffle sur la profession. Parce que le lit, ce clou vieux de plusieurs milliers d’années, se réinvente sans arrêt.

Plein d’admiration, il évoque Maison de la Literie, première entreprise française à oser miser sur le lit, rien que le lit, et tout le lit. Depuis ses débuts, la Maison a fait beaucoup de petits, éparpillés dans le pays et au-delà, sans jamais cesser d’évoluer. L’enseigne n’hésite à pas secouer le secteur, notamment en lançant un nouveau produit – « une idée incroyable ! » – dont on n’imaginait pas, au début, qu’il pourrait marcher. « Je ne voyais pas comment. Une literie en leasing ?

Franchement ?! Eh bien, ça marche et c’est génial », conclut-il enthousiaste. Mais laissons-lui la parole.

Michel Levivier, c’est à vous !

 

Catherine Fuhg pour Opinion Internationale : Vous parlez d’évolutions dans le secteur du lit, pouvez-vous donner des exemples aux profanes que nous sommes ?

Michel Levivier : Commençons par la taille. Au fil du temps, les lits doubles se sont beaucoup agrandis. Auparavant, la mesure commune était 140 x 190. Aujourd’hui, on est passés à des longueurs de deux mètres pour des largeurs de 160 voire 180 centimètres. On ne peut même plus d’ailleurs parler d’une tendance « grandes largeurs », elles sont entrées dans les mœurs. Dormir à deux et à l’aise, c’est un confort précieux.

Mais maintenant, il y a mieux encore, même si ce n’est pas, loin de là, encore généralisé : chaque partenaire peut choisir le garnissage de son côté. Les deux parties du lit sont solidaires mais séparées. Ainsi, il devient possible de dormir côte à côte sans plus se déranger.

 

La taille du lit, je comprends, les côtés séparés aussi, mais pourquoi faudrait-il des garnissages différents ? 

Parce que ce qui convient à l’un ne convient pas toujours à l’autre. Il n’y a pas en la matière de produit universel. Chacun a sa morphologie. Or, pour un bon coucher, nous avons besoin d’une literie adaptée à la nôtre, avec au choix des ressorts, des mousses, ou d’autres matériaux encore. C’est pourquoi il est nécessaire, et même impératif, de tester son matelas avant de l’acheter. Et quand on est en couple, les deux personnes doivent l’essayer.

 

Vous venez d’évoquer « d’autres matériaux encore » que les ressorts ou les mousses. Quelles sont-elles ?

Là encore, ça bouge beaucoup avec de nouvelles technologies. Maintenant, on trouve des mélanges ressort-latex, ressort-mousse, de la mousse à mémoire de forme, des coutils innovants… Les fabricants travaillent aussi, notamment, sur l’épaisseur. Il faut savoir qu’un matelas est composé d’une âme pour soutenir le corps et d’un accueil, le garnissage. La recherche s’intéresse aux deux et avance remarquablement.

 

Vous recommandez de changer tous les sept ans de literie. Or c’est un investissement, presque comme une voiture. Sauf qu’elle ne nous emmène nulle part. Alors comment expliquer aux consommateurs son usure ?

D’abord, nous passons au lit un tiers de notre vie. Ensuite, nous y bougeons en moyenne quarante fois par nuit. Ces mouvements sollicitent énormément le matelas. De plus, nous transpirons tous en dormant. Pas des seaux, évidemment, mais en moyenne nous évacuons un demi-litre d’eau par nuit, qui seront en partie absorbés par le matelas, l’abîmant donc à la longue. Il est clair qu’au bout de dix ans il sera épuisé.

 

Finalement, une dernière question – tant qu’on parle de lit, on peut toujours rêver – le matelas remboursable par la Sécurité sociale, une idée farfelue ?

Je vous réponds par une histoire. Il y a quelques années, ma fille mariée souffrait du dos et dormait mal. Après son achat d’une literie de qualité, sur mes conseils, son sommeil s’est amélioré et ses maux de dos ont disparu. Je n’ai rien à ajouter. La literie, ce n’est pas du luxe.

 

Propos recueillis par Catherine Fuhg

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er