La saga du LIT
17H14 - samedi 9 janvier 2021

Hauts perchés les lits.

Nous nous étions déjà intéressés au sommeil en très très haute altitude, plus précisément dans la station orbitale, avant de redescendre d’un cran, celui de l’avion, mais pour accéder au summum du confort volant en première classe.

Nous sommes désormais au cœur de l’hiver, époque où d’ordinaire, la montagne est reine. Mais avec les remontées mécaniques condamnées à l’immobilité pour cause d’épidémie de Covid, l’occasion est donnée d’envisager l’escalade à pied, vers les sommets, avec la possibilité d’une escale nocturne dans un refuge plus ou moins confortable.

A quelle altitude notre partenaire Maison de la Literie, depuis sa création, a-t-il donc installé son lit le plus haut perché ?

Pour escalader encore plus haut et trouver les lits les plus hauts en altitude, notre premier périple nous ramène à l’été, car il se situe dans l’hémisphère sud. Pour un montagnard chevronné habitué à la haute altitude, escalader l’Aconcagua, plus haut sommet d’Argentine et d’Amérique, au cœur de la Cordillère des Andes n’est pas considéré comme un sommet (certes) de grande difficulté technique. Il faut surtout choisir la bonne saison et une période météorologique favorable, pour échapper à des vents à 250 km/h. Mais bien que ce sommet cumule à 6 962 mètres d’altitude, son ascension s’apparente plus à celle du Mont-Blanc (et encore) que de l’Annapurna ou de la face nord de l’Eiger. Vaut mieux tout de même éviter le tee-shirt et les tongues. Après avoir traversé de gigantesques territoires arides, on aimerait s’offrir une nuit dans le plus haut refuge du monde, l’Independencia, localisé à 400 et quelques mètres du sommet.

Par Albert Backer

Le plus haut lit du monde se trouve donc à 6 546 mètres au-dessus du plancher des vaches (du niveau de la mer, en réalité). Mais ce refuge andin est à l’abandon. Il n’est plus qu’une ruine, et il est donc peu probable d’y trouver un lit douillet pour recharger ses batteries avant l’ascension finale (400 mètres à cette altitude, sans apport d’oxygène, c’est énorme pour le profane).

Ceux qui ne veulent pas dormir sous la tente avant de goûter à l’ivresse des sommets voudront peut-être passer la nuit au refuge Elena, sur le replat de Plaza Cólera, à 6000 mètres d’altitude, au croisement de plusieurs routes conduisant au toit des Amériques.

C’est aujourd’hui le refuge, et donc le lit le plus haut du monde. Hélas, la ruée vers l’Aconcagua, comme celle vers le Mont-Blanc ou l’Everest, étant victime d’un certain tourisme de masse, le refuge Elena est réservé aux urgences. Personne ne peut donc rêver d’y passer la nuit !

Le refuge ouvert à tous le plus haut est aussi dans les Andes, à seulement 30 kilomètres de La Paz, capitale de la Bolivie. Perché à 5.300 mètres d’altitude, il était destiné à accueillir les skieurs de la plus haute piste de la planète, jusqu’à ce que le réchauffement climatique en décide oblige à sa fermeture, en 2009. Reste toutefois la possibilité de passer une nuit au chalet Chacaltaya Lodge, un dortoir pouvant abriter une vingtaine de personnes pour une poignée de dollars.

Si l’on est en quête d’un niveau de confort supérieur, tout en étant réellement dans une ambiance de haute montagne, c’est dans nos Alpes qu’on trouvera son bonheur. Au-dessus de 3000 mètres, les refuges abondent. Le plus haut, et l’un des plus pittoresques est la Cabane Margherita, dans les Alpes italiennes, plus précisément dans le Massif du Mont Rose, deuxième sommet le plus haut des Alpes.

L’Histoire retiendra que la reine Marguerite de Savoie, qui donna son nom à la cabane, l’inaugura personnellement en 1893. Environ 70 € la nuit, petit déjeuner compris, à 4554 mètres d’altitude, n’est-ce pas un service d’hôtellerie exceptionnel ?

Côté français, on trouvera sur la route du Mont-Blanc le Nouveau refuge du Goûter, à 3835 mètres d’altitude, au tarif voisin de celui de la cabane Marguerite. Mais pour le pittoresque, il faudra voir ailleurs.

 

Le refuge ressemble à une soucoupe volante mystérieusement échouée près d’un sommet enneigé. 120 lits attendent les alpinistes dans ce haut lieu (!) du tourisme des sommets. Bonne escalade et bonne nuit !

 

 

Raymond Taube

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.