La saga du LIT
17H51 - samedi 19 décembre 2020

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

C’était le monde d’avant, ça l’est encore un peu et vivement la sortie de la crise pandémique pour retraverser la planète librement… En attendant, fêtes de fin d’année obligent, rêvons un peu…

« I’m in the high-fidelity first class traveling set, and I think I need a lear jet », chantait le célèbre groupe anglais Pink Floyd en 1973 dans son tube planétaire « Money ». Car voyager en première classe dans un avion est un de ces symboles de la réussite, voire du luxe. Contrairement au train, ne pensez pas réserver en ligne deux mois avant le départ pour espérer obtenir une première classe au prix de la seconde.

Là, on serait plutôt sur du 10.000 € pour un aller-retour Paris-Tokyo avec Air France (moins de 600 € en classe économique), voire 17.500 € pour un aller simple entre Abu Dhabi et Londres. Pour certains voyageurs, c’est la routine. Tant pis pour eux, car ils n’apprécient peut-être plus ce niveau de confort et cette qualité de service exceptionnels pour le commun des mortels. Ce serait un peu comme manger du caviar et du foie-gras tous les jours. Le luxe, qui est toujours ce qui semble inabordable ou inaccessible, en deviendrait presque un jambon beurre ou un MacDo. Presque !

Au prix de la première classe en avion, on se dit qu’il serait trop dommage de dormir durant tout le voyage. C’est un peu comme dans un hôtel de prestige, un palace hors catégorie : trop cher et trop beau pour n’en profiter que le temps de s’endormir et au réveil. Pourtant, même sur un trajet de jour comme un Paris-New York, ne pas savourer le vrai lit dans espace individuel, que seule offre la première classe, serait bien dommage, en tout cas source de regrets. En long courrier, vers le Pacifique ou les antipodes, une partie de voyage se déroule nécessairement dans les bras de Morphée. Autant donc qu’ils soient accueillants. Et quel plaisir de s’endormir, rêver et se réveiller dans les nuages, sans avoir de vis-à-vis. Cette impression de petit chez soit volant, seule la première classe peut la procurer, hormis bien sûr les jets privés.

Certaines compagnies asiatiques et du Golfe Persique ont la réputation de proposer un confort hors normes mais bien réel. Air France, n’est pas en reste, sans toutefois atteindre le même niveau de luxe. Certes, la qualité du lit n’est pas le seul critère important, Air France en particulier s’efforçant d’offrir une gastronomie à la hauteur du pays qu’elle représente, mais le lit est bien un élément prépondérant que le client sait apprécier à sa juste valeur.

Image (3D) : site internet Air France

Une cabine individuelle de première classe rappelle celles des plus luxueux paquebots de croisière. La sensation exquise de se glisser en toute intimité dans un vrai lit, avec de vrais draps, à plus de 8000 mètres au-dessus du plancher des vaches, à une vitesse d’environ 1000 km/h, est exquise. L’expérience n’est pas la portée de toutes les bourses, mais infiniment plus accessible qu’un vol orbital. Cette saga du lit, décontractée et dominicale, a aussi vocation de faire rêver et s’évader. Mais en première classe !

Alors, rêvons de nous envoyer en l’air à 10.000 pieds d’altitude dans un super lit ! Le pied, quoi !

 

Raymond Taube

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er