La saga du LIT
20H25 - samedi 5 décembre 2020

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Guy de Maupassant (1850-93) ? Nombre de Français réservent une place à part à l’auteur de Boule de suif. Chacun à sa manière. L’immortel Giscard expose qu’il découvrit le romancier grâce à son… chauffeur, fou de chasse comme lui (in Le Pouvoir et la vie, tome 2, éditions le Livre de poche, 1991, p. 208). Il est au passage révélateur qu’un membre de l’Académie française ne sache pas pousser la porte d’une librairie : « (…) j’ai fini par céder (sic), en demandant à Gabriel Lavaire (le chauffeur) de m’acheter les Contes de la bécasse, dans une édition de poche. »  Ce qui explique au passage qu’en ces temps de Covid, la librairie ait pu ne pas figurer au nombre des « commerces essentiels » pour ces majors de promotion, remarquables régurgiteurs de cours, « gendres idéaux » élus grâce à un magistral quiproquo et n’ayant en vérité jamais montré une réelle appétence pour la littérature, française ou pas. Soyons clair : à l’exception de Mitterrand, vrai amoureux de la langue et lecteur assidu, on aura bousculé assez peu de présidents devant les bouquinistes, encore moins à Médan-Zola ou dans l’ermitage de Croisset-Flaubert, où Mitterrand vint en 1988, seul, en pèlerinage. Ou à Miromesnil, où naquit Maupassant.

Maupassant, il est vrai, demeure un peu prisonnier de ses œuvres les plus célèbres, Bel-Ami, Fort comme la mort ou la sublime Miss Harriet, par-delà ses contes. Mais il se révèle aussi par la part que nombre de ses brefs -ou moins brefs- récits réservent au lit. Grand sportif au cou de taureau, canotier et marin, dormeur à ses heures, le Normand raconte dans La Patronne (Pléiade, Contes et nouvelles II) l’aventure d’un jeune Breton, qui se retrouve étudiant à Paris, rue des Saints Pères. 

L’adolescent est placé par la volonté de ses parents sous la férule de la propriétaire d’une maison d’étudiants du pays, Madame Kergaran, une sorte d’adjudant qui « surveillait tout avec un étonnant fracas de paroles, regardait si les lits étaient bien faits » … mais se montre en réalité aux petits soins.

L’histoire est riche mais courte, et on ne privera pas le lecteur de sa découverte… hormis la chute, toute à la gloire de la literie ! Car la patronne surprend le jouvenceau effeuillant une cousette, un soir d’été et de douces moiteurs. Il est presque minuit, et chacun se trouve peu vêtu. Pour autant, la patronne n’entend pas que soit mise à mal son autorité. La lorette est vite expédiée et s’enfuit dans la nuit. Dans la foulée, le jeune locataire est convoqué, sur le seuil de la propre chambre de la payse : « Ah ça, Monsieur, vous prenez donc ma maison pour une maison publique ! » Et l’adjudante de lui asséner vingt minutes d’un fougueux réquisitoire.

Tout le génie de Maupassant tient en quelques phrases et en l’espèce, quelques mots. « Moi (l’homme est un animal singulier) au lieu de l’écouter, je la regardais. Je n’entendais plus un mot, mais plus un mot. Elle avait une poitrine superbe, la gaillarde, ferme, blanche et grasse (…). Je ne me serais jamais douté vraiment qu’il y eût de pareilles choses sous la robe de laine de la patronne. Elle semblait rajeunie de dix ans, en déshabillé. (…) Et derrière elle, là-bas dans l’alcôve, je regardais son lit. Il était entrouvert (c’est un lit breton NDR), écrasé, montrant, par le trou creusé dans les draps, la pesée du corps qui s’était couché là. Et je pensais qu’il devait faire très bon et très chaud là-dedans, plus chaud que dans un autre lit. (…) Quoi de plus troublant et de plus charmant qu’un lit défait ? »

 

Le lecteur excusera la brutale coupure du texte. Parue en 1884, la Patronne connaîtrait de nos jours les foudres de la censure bien-pensante ; culbuter une honnête propriétaire bretonne, pas encore syndiquée, entraînerait la levée de boucliers féministes, armoricaines et qui sait ? la saisine des tribunaux militaires… Une si belle adjudante !

 

 

Jean-Philippe de Garate

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

Le matelas des temps modernes

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er