La saga du LIT
20H45 - samedi 5 décembre 2020

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Qui n’aime pas dormir ? Se glisser dans des draps frais ? Quel plaisir de se jeter, après une longue journée, sur un matelas bien moelleux, sans risquer à l’atterrissage de se briser les os ! Le lit est le refuge où nous accueillons nos rêves – à moins que ce soit le contraire –, à condition qu’il soit le bon. Comme un ami, le lit doit être bien choisi. C’est à cela que veille Muriel Chardin avec passion.

Directrice générale opérationnelle de Maison de la Literie depuis janvier 2020, Muriel Chardin ne s’était pas destinée à travailler dans la vente ni dans le lit. Comme tous les parcours exceptionnels, le sien est en lacets qui montent, qui montent… Alors qu’elle étudie la puériculture, elle entre au BHV comme vendeuse, pour gagner son argent de poche. Et elle y attrape le virus. La vente, c’est le contact, l’humain. Elle adore. Entre le BHV et Maison de la literie, elle a sévi au Bon Marché, aux Galeries Lafayette, et quelques autres grandes maisons. Elle a même fait un détour par ses premières amours, se consacrant plusieurs années à la jeunesse délinquante, en tant qu’éducatrice spécialisée. La constante dans sa vie professionnelle : son intérêt pour l’autre.

De plus, quand on travaille dans le lit, pas question de s’endormir. Dans ce domaine, les connaissances évoluent constamment. Ça tombe bien, Muriel Chardin adore apprendre. La recherche œuvre sans cesse à améliorer les nuits et donc la vie du plus grand nombre. « Une mauvaise nuit peut ruiner complètement le jour qui suit. Et une bonne l’illuminer », explique Muriel Chardin.

Son rôle est de chapeauter plus de soixante magasins Maison de la Literie, Mobeco et Univers du Sommeil entre autres marques. Mais elle ne se contente pas de rester dans son bureau, à déguster son statut. Souvent, pendant le week-end, elle prend du service à la vente, dans une succursale parisienne. « On ne peut pas bien diriger si on perd le contact avec ceux qu’on dirige. » En plus, cela lui permet d’entendre les besoins des gens, de renouer avec l’échange, l’humain.

Entretien avec une femme passionnée.

 

Opinion Internationale : Pour vous qu’est-ce que le lit représente ?

Muriel Chardin : Le lit, c’est le cœur de la chambre à coucher, notre lieu le plus privé. Un cocon. Réservé aux intimes. On ne la fait pas visiter à nos invités par exemple, comme le reste de la maison, la cuisine ou le salon. La chambre est presque sacrée. Le lit est un acteur fondamental dans la vie du couple. Et même un facteur important de sa longévité. On y donne la vie, d’une certaine manière. D’ailleurs, en général, les gens choisissent leur lit ensemble. Même si l’un ou l’autre a pu faire un tour au magasin en éclaireur, la décision finale se prend à deux.

 

Quelles sont les aires de recherche dans le domaine de la literie ? Les directions ?

Dans le lit, tout est question de confort. Nous cherchons donc à l’améliorer au maximum. Par la nature des matériaux, la structure des matelas, des sommiers, d’un point de vue ergonomique. On reconnaît les besoins selon les âges, le sexe – hommes et femmes ne dorment pas de la même manière ni dans les mêmes positions –, la sensibilité. Et ces besoins, nous travaillons sans cesse à les satisfaire au plus près.

 

Quelles sont les tendances actuelles ?

D’abord, le naturel. La clientèle est de plus en plus consciente et exigeante en matière de respect de la planète et de l’écosystème. Mais ce n’est pas la seule raison de ce choix. Le naturel, c’est hypoallergénique, donc plus sain. Nous travaillons aussi au recyclage des matériaux utilisés et des recherches sont faites dans ce sens.

 

L’obsolescence des matelas est-elle programmée comme celle de tant d’autres produits ?

Programmée non, mais prévisible. Au bout de quelques années, l’usure est tout à fait normale. Un matelas qui vous a porté une dizaine d’années en moyenne a le droit d’être fatigué. D’ailleurs, s’il vous convenait quand vous l’avez acheté, il ne vous convient plus maintenant. En dix ans, vos besoins ont évolué. Il vous faudra un matelas plus moelleux, pour ménager votre corps.

 

Pour finir sur un point d’actualité, la crise Covid a-t-elle impacté le rapport de vos clients à leur lit ?

D’abord, comme tous les magasins de produits « non essentiels », nous avons souffert des confinements successifs. Cependant, pendant cette période, les gens ont passé beaucoup de temps chez eux et dans leur lit, bien plus que d’habitude, et ont donc pris conscience, parfois cruellement, que le confort est essentiel. Cela les a incités à revoir leur literie. Nous avons pu le constater dès notre réouverture. Cela nous permettra peut-être de réussir à compenser les pertes que nous avons subies.

 

Propos recueillis par Catherine Fuhg

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

Le matelas des temps modernes

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er