La saga du LIT
10H40 - dimanche 29 novembre 2020

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Quand Göring, ministre du Reich, visita le Louvre avec l’idée bien arrêtée de le piller, il s’arrêta net devant la célèbre peinture de François Boucher (1703-1770) – dont le modèle, avait glissé un chroniqueur d’alors, s’était révélée la « plus rouée des catins » – et s’exclama : « C’est ça, la France ». Le conservateur général mena alors le nazi obèse devant une scène guerrière du baron Gros et lui répliqua : « C’est ça aussi, la France ».

Pour autant, François Boucher semble résumer un certain art de vivre à la française et notamment, le rôle qu’y tint le lit au dix-huitième siècle. La première chose que l’on oublie, et qui pourtant ne date pas du siècle de Louis XV, c’est la position du corps dans le lit.

On ne sait pas précisément la date retenue pour la position horizontale dans laquelle la plupart d’entre nous dormons, mais une certitude demeure : durant des siècles, l’usage et les enseignements des doctes exigeaient que l’on demeure, assis, bloqué par traversins, oreillers et autres polochons. Le sommeil venant, le dormeur glissait et se retrouvait dans une position ne sollicitant plus les vertèbres dorsales, mi-assis, mi-vautré. Pourquoi de tels préceptes ? La raison nous refroidit à sa seule idée. N’étaient allongés que les morts.

Le verrou de Fragonard

Les vivants se considéraient en état de veille dans ce large fauteuil, encombré de coussins et édredons de toutes sortes, dont les deux montants, de part et d’autre, les deux accoudoirs pourrait-on dire, rembourrés et doux, permettait de se blottir, dans l’angle formé par le mur avec le lit. Le peintre Fragonard (1732-1806) avait, dans l’érotique tableau « Le verrou », parfaitement résumé les « derniers instants avant la chute », chute voilée, enveloppée par d’amples rideaux. Des rideaux de velours cramoisi qui prenaient leur source dans un baldaquin et de solides patères. On l’oublie souvent, nombre de chambres n’étaient pas chauffées. Du moins les sujets de Fragonard contribuaient-ils à en tiédir voire enflammer l’atmosphère…

François Boucher, peintre de la marquise de Pompadour, avait longtemps préféré ces matelas superposés à l’architecture des lits de cour, a fortiori les roides couches bretonnes, dont nous reparlerons un jour. Mais celui dont on ne prononce le nom qu’avec, immédiatement, une moue de réprobation, un geste réflexe de recul, fut un des meilleurs dessinateurs de lits. Dans « Justine ou les malheurs de la vertu », Donatien-Alphonse-François de Sade, le « divin marquis » rappelle un des accessoires du lit, l’estrade : « Armande, qui était une créature fort douce, me baisa (m’embrassa) en versant quelques larmes, puis se remit à battre l’estrade, autour du lit de ce roué. » Les accessoires de ce lieu, ce lit où certains dorment, disent assez que dans ce temple du sommeil peuvent coexister divers cultes. On y accède par une, voire deux marches.

Et un maelstrom de sentiments, de sensations.

 

Jean-Philippe de Garate

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er