La saga du LIT
10H45 - dimanche 29 novembre 2020

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Les « Grands Hommes » seraient-ils fâchés avec leur lit ? Il se dit qu’ils dormiraient peu, ou très peu, qu’ils n’auraient pas de temps à perdre ou que leur métabolisme serait si exceptionnel qu’il en rendrait le sommeil superfétatoire. Mais sur quoi est fondée cette assertion ? Et d’abord qu’est-ce qu’un « Grand Homme » ? La notoriété est un critère incontournable. Elle est une condition nécessaire, mais évidemment pas suffisante de la « grandeur ». Personne ne sait comment dorment les illustres inconnus, si géniaux soient-ils. Un scientifique au fond de son laboratoire qui oublie que les heures tournent et qu’il va bien falloir dormir quelques heures, le webmaster génial qui dort (un peu) le jour et travaille la nuit sur ses trois écrans d’ordinateurs alignés devant ses yeux fatigués. Mais, c’est vrai, la grandeur doit être bien visible pour que l’on puisse se pencher sur le lit de ceux qui la personnifient.

Commençons par quelques hommes d’État célèbres : Benjamin Franklin, un des Pères fondateurs des États-Unis d’Amérique, considérait le sommeil comme une perte de temps, car après son décès, il aurait l’éternité pour s’y consacrer. Napoléon Bonaparte ou Winston Churchill, dont la Saga du lit a déjà visité leurs lits entrés dans l’histoire, étaient aussi de petits dormeurs : trois ou quatre heures par nuit, tout au plus. Ils trouvaient toutefois le temps de quelques petites ou grandes siestes (jusqu’à deux heures pour le héros britannique de la Seconde Guerre mondiale). Jacques Chirac, dont les nuits étaient courtes, était aussi un adepte de la sieste. Emmanuel Macron et, plus étonnant, Donald Trump, ne seraient pas non plus de grands adorateurs de la grasse matinée. Bon, évoquer Trump et Macron après Napoléon et Churchill pouvant être considéré comme une conception extensive ou généreuse de la grandeur. L’Histoire jugera…

Quittons le terrain de la politique pour aller sur celui des génies absolus. Albert Einstein était un gros dormeur, puisqu’on lui prêtait l’habitude de passer 11 heures sur 24 dans son lit. Mais dormait-il vraiment ou imaginait-il les théories qui révolutionneront la physique ?

À l’opposé, Victor Hugo ou Léonard de Vinci dormaient peu, ce dernier faisait même dans l’originalité : une sieste de 20 minutes par tranche de quatre heures, ce qui nous fait deux heures par jour (et nuit) au total. Au moins sait-on qu’il n’avait pas inventé le matelas !

Si les besoins en sommeil varient d’un individu à l’autre, en fonction non seulement de son activité, mais aussi de son métabolisme, il apparaît que la thèse du Grand Homme qui dormirait si peu tient plus du mythe que de la réalité. En revanche, ceux qui, grands ou petits, ont une activité très intense auraient peut-être besoin d’une journée, et non d’une semaine, de 35 heures, si après leur travail, ils voulaient encore s’occuper de leurs proches et s’offrir quelques loisirs. D’autres sont si stressés qu’ils peinent à s’endormir ou se réveillent en pleine nuit. Mais l’insomnie est un autre sujet, que nous traiterons une autre fois, lorsque nous en serons victimes, par exemple. Il en va de même de la durée idéale du sommeil, si elle existe.

Certains grands hommes sont de grands hommes normaux devant le sommeil et leur lit : Bill Gates, fondateur de Microsoft, Jeff Bezos, P.-D.G. d’Amazon, Carlos Tavares, P.-D.G. de PSA ou Arianna Huffington, directrice générale du Huffington Post, elle qui avait fait un burn-out avant de comprendre que le sommeil est vital, dorment sept ou huit heures par nuit, comme la moyenne du commun des mortels.

Dans le domaine des arts et spectacles, plus que la durée du sommeil, ce sont quelques habitudes singulières qui peuvent être soulignées, des caprices de stars peut-être : le romancier américain Stephen King serait un maniaque du positionnement des oreillers. L’ancien footballeur anglais Wayne Rooney avait déclaré laisser l’aspirateur allumé pour s’endormir.

Finalement, la reine de la nuit est peut-être la chanteuse (et femme d’affaires) américaine Mariah Carey, non pas pour ses virées en boîtes de nuit, mais parce qu’elle dort jusqu’à 15 heures par nuit, entourée d’humidificateurs, pour reposer sa précieuse voix. Voici qui pourrait inspirer notre partenaire de cette saga du Lit, Maison de la Literie, s’il cherchait une égérie !

Et si au final, la clé de la grandeur tenait au confort douillet du lit de ces illustres mortels ? Nous n’avons pu le demander aux personnages historiques passés à la postérité mais nous promettons à nos lecteurs d’interroger régulièrement celles et ceux que nous aurons l’opportunité de rencontrer et de vous en rendre compte au terme d’une année d’enquête…

 Bonne nuit, donc. Longue ou courte, mais toujours douce et réparatrice.

 

Michel Taube

 

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

Le matelas des temps modernes

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er