La saga du LIT
06H40 - dimanche 22 novembre 2020

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Les nuits gagnent sur nos jours. Et l’automne finissant, nos heures s’étirent parce que ce deuxième « confinement » interdit à peu près tout aux Français : nager, danser, prendre un verre ailleurs que sur le trottoir… la liste est longue. Et le quotidien se hérisse semaine après semaine de complications absurdistanesques.

Dieu soit loué, ils ne nous traqueront pas jusque dans notre sommeil ! On l’oublie souvent : ce sont dans les ruelles des lits, ces espaces ménagés sur ce qu’on nomme aujourd’hui « la descente de lit » que se réunissait dans des temps pas si lointains ce qu’il faut bien nommer la résistance.

En ces temps de valse confinement, penser est encore toléré mais… pour combien de temps ? Librairies interdites ! Interdiction confortée par une ordonnance du Conseil d’Etat dont la motivation méritera de rejoindre, non le recueil des Grands Arrêts de la jurisprudence administrative, mais le cent-vingtième tome des Perles de nos ronds de cuir. Cette fois, les rédacteurs se sont surpassés dans la collection des poncifs et vérités officielles controuvées par les faits, pour légitimer qu’un rideau de fer tombe ainsi, dans le pays de Voltaire, sur la pensée écrite. A ce rythme, on s’étonne que le sapeur Camember n’ait encore rejoint le Panthéon…ça ne saurait tarder, à ce rythme ! L’ENA demeure décidément aussi provinciale que Madame Bovary, l’élégance de sa fin en moins. Un décret suffira, il est vrai. Et un stage de cantonniers, suppléant le cours « d’éléments de langage », apprendra peut-être à nos Marmousets ce qu’est la résistance de la pierre…

Dieu merci, les Français sont moins inconséquents que leurs dirigeants actuels et rougiraient, eux, d’autoriser l’ouverture ininterrompue des tabacs depuis le début de la crise tout en fermant les bibliothèques. Si l’intelligence se définit par la « capacité d’adaptation », alors on demeure chez soi. Et, parce que le quatrième paragraphe de « l’attestation de déplacement dérogatoire » (un document accablant qui pèsera son poids de titane dans les procès impliquant nos brillants politiques « dans le monde d’après ») comporte la mention « déplacements pour l’assistance aux personnes vulnérables », alors les femmes de lettres et les hommes conservant quelques décagrammes de masse cérébrale se retrouveront, comme jadis.

Les ruelles, disions-nous d’entrée de jeu, furent donc des lieux de résistance. La résistance nobiliaire et intellectuelle du XVIIème siècle. Face au pouvoir écrasant du roi, du cardinal, la fronde n’était jamais loin, et dans les chambres, sur les pourtours du lit, les épisodes courtisans le disputaient à ce qui allait devenir « le bel esprit » français. Après les Frondes.

La Rochefoucauld rappelle ainsi dans ses Mémoires un épisode sur la « ruelle de la Reine » impliquant le duc de Buckingham : « Par un emportement que l’amour seul peut rendre excusable, il revint à Amiens le lendemain de son départ, sans prétexte et avec une diligence extrême. La Reine était au lit : il entra dans sa chambre et, se jetant à genoux devant elle et fondant en larmes, il lui tenait les mains ; la Reine n’était pas moins touchée, lorsque la comtesse de Lannoy, sa dame d’honneur, s’approcha du duc de Buckingham et lui fit apporter un siège, en lui disant qu’on ne parlait point à genoux à la Reine. »

Un duc ne roule pas dans une ruelle.

On y tient salon.

La marquise de Sévigné écrit ses lettres depuis sa couche, maintenue assise, confortée d’une masse de traversins, d’oreillers, et grâce à un pupitre qu’elle se fait porter pour y rédiger œuvres ou missives galantes. Les Précieuses Ridicules de Molière, quelques décennies plus tard, seront peuplées de ces cénacles où le bel esprit n’a d’autre rival que la résistance à la lourdeur des temps, l’écrasement des libertés qui porte la marque de Richelieu, de Louvois, et des monarques qu’ils courtisent.

Finalement, ces « salons » l’emporteront. Entendons-nous bien ! L’appartement bourgeois comporte une césure nette entre pièces de réception et pièces d’habitation, sur le modèle des appartements haussmanniens. Mais relisons nos plus grands auteurs, et découvrons ces femmes, ces hommes rassemblés dans la ruelle des lits. Tenir salon, c’est dans sa chambre.

Les épisodes grivois n’y sont pas exclusifs de vrais séances de réflexion : exemple parmi cent, Madame de Sévigné introduisit dans ses échanges, pas seulement épistolaires, une vraie réflexion sur l’éducation et la vie des femmes.

Les Précieuses n’étaient pas ridicules dans leur ruelle. Et puisqu’on finit par cela, n’ayons nulle inquiétude : en manière de ridicule, nous avons quant à nous tout ce qu’il faut.

 

Jean-Philippe de Garate

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

 

 

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er