La saga du LIT
22H25 - samedi 14 novembre 2020

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Ah les couchettes SNCF ! Que de souvenirs, que de nostalgie. Les colos, les premiers émois amoureux, l’aventure…

La magie des trains de nuit peut aussi rimer avec le luxe des trains prestigieux, comme l’Orient-Express, trains dans lesquels nous vous convierons une prochaine fois.

Les voitures-couchettes ne sont pas réservées aux jeunes. D’ailleurs, à leur lancement en 1897, elles ne furent accessibles qu’aux passagers de 1ère classe. Il s’agissait en fait de voitures-lits, offrant un appréciable niveau de confort. Par la suite, les trains de nuit furent empruntés pour des raisons pratiques, car ils évitent la perte de temps d’un long voyage en journée, à une époque dépourvue de TGV.

Si, outre l’aspect pratique, les moins jeunes peuvent se laisser séduire par le doux bercement du train de nuit, il est vrai que le confort assez spartiate des étroites couchettes SNCF, la promiscuité, avec six personnes par compartiment en seconde classe, l’escalade vers les cimes des étages supérieurs (trois couchettes superposées) et les désagréments sonores (certains ronfleurs font trembler les vitres !) et parfois olfactifs qui en découlent, ne contribuent pas à séduire les plus tout à fait jeunes ! Eux préféreraient les voitures-lits, plus confortables, et non modulables (ils ne peuvent se transformer en banquette diurne).

Avec l’avènement du TGV et d’autres trains à grande vitesse en Europe, les voitures-lits et wagons-couchettes sont peu à peu tombés en désuétude, le coup (presque) fatal ayant été donné en France par l’avènement des « cars Macron » en 2015, s’ajoutant au développement du covoiturage et à la compétitivité des offres aériennes.

Pourtant, le train de nuit ne veut pas mourir. En avril 2017, la SNCF organise un voyage nocturne associant notamment des entrepreneurs et des stylistes pour repenser le train de nuit, de la décoration aux services à bord. En juillet le train Paris-Portbou est même remis en service. Mais l’embellie est fragile. En décembre, le nocturne Paris-Nice est arrêté. L’avenir semble s’assombrir irrémédiablement, la rentabilité n’étant pas au rendez-vous.

Alors que le matériel atteint le stade ultime de la vétusté, les funérailles du train de nuit semblent inéluctables… lorsqu’arrive le coronavirus ! Ou plus exactement le plan de relance gouvernemental faisant suite au confinement de la première vague de l’épidémie. Non seulement les deux lignes encore en service, Paris-Briançon et Paris-Rodez, ne seront pas condamnées, mais le train de nuit Paris-Nice sera ressuscité et le Paris-Tarbes-Hendaye inauguré, tous deux d’ici 2022, grâce à une enveloppe budgétaire de 100 millions d’euros pour renouveler le matériel.

Ministre de l’Économie, Emmanuel Macron avait été l’un des fossoyeurs des trains de nuit avec ses fameux cars. Devenu président d’un pays dont l’économie doit être relancée et dont l’écologie est devenue une préoccupation majeure, il annonça le 14 juillet dernier le nouveau départ de ce mode de transport, pour “faire des économies” et réduire nos émissions de CO2.

Malgré la montée en gamme des équipements (qui seraient en partie achetés ou loués aux chemins de fer autrichiens), ce sont évidemment les jeunes qui sont ciblés par le programme de renaissance des trains de nuit, tellement plus glamours et écolo compatibles que les bouffeurs de kérosène volants. Quoi de plus romantique que d’émerger de son sommeil au petit matin, de mettre un nez à la fenêtre pour voir le soleil se lever sur le littoral ou sur les cimes enneigées, et avec la satisfaction d’une empreinte carbone réduite. Et peut-être suivra quelque rencontre autour d’un premier café…

On peut aussi louer tout un compartiment pour un voyage en groupe, ou pour être seul au monde, si on en a les moyens. Une croisière ferroviaire, en quelques sortes, ce qui nous rapproche des trains de légende.

Voyager en train de nuit, c’est aussi aborder différemment le temps qui s’écoule, dans ce monde du rush, de la vitesse et de l’instantanéité. Alors bien sûr, les vagues successives de Covid n’incitent guère à partager un compartiment de train avec d’autres passagers. Par le truchement du plan de relance post Covid 1 (il n’en reste plus que 18 devant nous…), la nuit veut à nouveau laisser les trains s’engouffrer dans ses mystères. Par celui des Covid et suivants, elle pourrait être contrainte de les laisser à nouveau à quai. Mais sans doute pas au rebut ou à la casse.

Entre écologie et glamour, la couchette SNCF, même un peu embourgeoisée, n’a pas dit son dernier mot. Elle nous transportera encore, dans tous les sens (et tous les sens du terme) lorsque le coronavirus nous aura quittés ou aura été terrassé.

 

Raymond Taube

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur

Raphaël Mezrahi, le lit : en toute saison, l’enfer

La Dame aux camélias ou le lit de fortune et de misère

L’âme de nos lits. L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Popeck – avec le lit, on ne rigole pas !

La literie, un métier de passion. Entretien avec Michel Levivier

Le lit, activité essentielle ! L’édito de Michel Taube et Catherine Fuhg

Leonard de Vinci ou l’homme qui ne dormait que 90 mn par jour

Un week-end entre bonhomme de neige et lit douillet. L’édito de Michel Taube

Matelas pneumatique : et vogue le lit sur l’eau…

Donald au lit… ou le secret de Trump. L’édito de Michel Taube

Hauts perchés les lits.

La rentrée scolaire, nos enfants et leur lit.

Noël au lit ! L’édito de Michel Taube

Le lit à clous : et si nous étions tous des fakirs ?

Dormir dans un vrai lit sur un vol en 1ère classe ? Parce que nous le valons bien !

L’Accord de Paris sur le climat vu du fond de son lit… L’édito de Michel Taube

Le waterbed (lit à eau), icône de la pop culture et du plaisir

Abraham Lincoln, l’insomniaque. La chronique de Michel Scarbonchi

Le lit connecté : Quand dormira-t-il à notre place ?

Le lit au cœur de nos couples : entretien avec Muriel Chardin, Directrice générale opérationnelle de Maison de la literie

Maupassant, et l’histoire du lit breton. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Et si le secret des « Grands Hommes » était dans leur lit ? L’édito de Michel Taube

Position au lit selon le marquis. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Secrets d’oreiller

La France déprime ? Tous dans nos lits ! L’édito de Michel Taube

Lit de réanimation, lit de (sur)vie ?

Dormir en apesanteur : bienvenue dans le lit de la Station spatiale internationale !

Histoires de lit : dans la ruelle des précieuses. Chronique pour une nouvelle époque de Jean-Philippe de Garate

Erwan Donval, directeur général du groupe Maison de la Literie : « la Chine, c’est le contrat du siècle pour une PME française »

Le mal de dos ou le « mal du siècle » se soigne dans son lit…

Trains de nuit et couchettes SNCF : de l’agonie à la renaissance

Churchill, son lit et sa baignoire

Santé : le repos du guerrier se joue au lit. L’édito de Michel Taube

Pierre Elmalek, l’homme qui voulait que nos nuits soient plus belles que nos jours.

Quand John Lennon réinventa le bed-in

De Gaulle fidèle à La Boisserie et à son lit…

Bienvenue dans la saga du lit, notre ami pour la vie ! L’édito de Michel Taube

Alain Afflelou : « mon meilleur souvenir de lit, c’est 36h de sommeil sur mon bateau. »

Tendances Lit : matelas à ressorts ou en mousse ?
La guerre de religion n’aura pas lieu.

L’art du lit : le lit de camp de Napoléon 1er