La saga du LIT
07H50 - dimanche 8 novembre 2020

Quand John Lennon réinventa le bed-in

Les « bed-in » de John Lennon et Yoko Ono en 1969 ou quand le lit devint le lieu privilégié de la protestation politique.

1969 : Alors que les Beatles demeurent relativement à l’écart de la chose politique en tant que groupe, John Lennon, très inspiré par sa compagne Yoko-Ono, va s’engager dans un combat certes pacifique, mais très médiatisé, contre l’engagement militaire américain dans ce conflit, jusqu’à irriter au plus haut point les autorités américaines qui envisageront de l’expulser, après que le couple se soit installé à New York en 1971.

L’année d’avant, Mick Jagger, co-leader des Rolling Stones, avait participé à la Vietnam Solidarity Campaign et chanté « Street Fighting Man », en écho aux révoltes urbaines. Les Beatles chantaient « Revolution », mais les paroles de John Lennon marquaient déjà son hésitation devant le phénomène révolutionnaire. Son engagement politique serait donc pacifique et aurait pour cadre la guerre de Vietnam.

Ainsi, en ce printemps 1969, le co-leader du groupe le plus célèbre, le plus écouté et le plus influent du monde, dégaine deux armes non violentes pour mener son combat : la musique, ce qui n’a rien d’étonnant, et le lit, ce qui qui est plus surprenant.

En mars, à l’occasion de leur mariage hyper médiatisé, le coupe Lennon-Ono convoque la presse à l’hôtel Hilton d’Amsterdam, où il passera sa lune de miel. Tous les jours, du 25 au 31 mars, les journalistes occupent leur chambre de 9h à 21h, John Lennon et sa femme répondant aux questions et dissertant sur les méfaits de la guerre dans le lit de leur suite présidentielle. Ce show inédit, appelé « bed-in », fit le tour du monde, car comme Lennon l’avait dit lui-même trois ans plus tôt, les Beatles étaient « plus populaires que Jésus », propos alors interprété comme un blasphème (tiens, tiens !) par une certaine frange de la population américaine. Il fallut donc amplifier l’événement, et porter le fer en territoire « ennemi », les États-Unis.

Mais au prétexte d’une condamnation pour possession de cannabis l’année précédente, John Lennon n’obtint pas de visa, si bien que le second bed-in fut organisé à l’hôtel Queen Elisabeth de Montréal à la du mois de mai 1969. Rebelote durant une semaine : nombreux journalistes dans la suite nuptiale, avec les jeunes mariés au lit, ou sur leur lit, mais toujours en pyjama, qui dialoguent, expliquent et militent.

Pour pimenter le message, Lennon invite Timothy Leary, apôtre de la contreculture américaine et du LSD, et d’autres people, comme Petula Clark. Il compose la chanson Give Peace a Chance, et convie les journalistes à la chanter avec lui, dans sa chambre.

Le musée Grévin de Montréal immortalisa, lui aussi, cette manière si originale de faire de la politique.

Au printemps 1969, le lit est devenu un haut lieu inattendu de la protestation politique et de la création artistique, puisque, outre « Give Peace a Chance », John Lennon y composera d’autres chansons qui figureront sur un album solo, ou sur Abbey Road, point d’orgue de l’œuvre des Beatles.

Aujourd’hui, ces bed-in peuvent sembler naïfs et puérils. Mais leur impact sur l’opinion ne fut pas négligeable, précisément du fait de leur nature pacifique et pédagogique. Anoblis par le Reine d’Angleterre, incarnation de la musique populaire, puis de la musique classique du XXème siècle, les Beatles, alors à l’apogée de leur art, furent désormais écoutés non seulement par les jeunes, mais aussi par leurs parents. 

C’est pourquoi les bed-in de John Lennon, sans avoir à eux seuls mis fin au conflit, contribuèrent à installer dans les esprits des jeunes et des moins jeunes l’idée que la guerre du Vietnam était une injustifiable boucherie. Elle ne prit fin qu’en 1975, par la défaite et la débandade de l’armée américaine. Mais elle commenca à vaciller dans un lit d’hôtel d’Amsterdam, puis de Montréal, six ans auparavant. 

 

Raymond Taube

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

La sieste d’Hugo

La sieste, oui, mais quelle sieste ?

La sixième heure

Le sommier-coffre, un gain de place pour tous !

Solution ultime pour les petites chambres et les petites...

Comment se lever du bon pied ?

Se lever tôt peut vite devenir un parcours du combattant....

Les secrets de la Maison de la Literie : 40 ans de succès à la française

Depuis 1975, la Maison de la Literie a su se hisser...

À quoi le lit du futur ressemblera-t-il ?

Burton and Cross, ou les nouvelles technologies des matelas

Le sommier-coffre, un gain de place pour tous !

De la chambre à la politique : le duc d’Orléans fait le grand écart

Qui aurait crû que le lit pouvait refléter notre...

Faut-il vraiment faire son lit ?

Selon certains spécialistes, il n'est pas bon de faire...

Fake news : la mort de Léonard de Vinci

Un lit de génie

Tout à Amboise rappelle le génial Léonard de Vinci...

Depuis quand dort-on à deux ?

Le lit et l’enfant : des bienfaits du cododo (sauf en France ?)

Le sommeil dans le monde : le hamac mexicain

Parmi les préjugés que les Occidentaux ont sur des...

Confidence pour confidence

Mata Hari, l’espionne fatale

Saga du lit : confessions sur l’oreiller. Mata Hari aurait-elle fait parler James Bond ?

Dormir comme des Inuits

Fais dodo, Colas mon p’tit frère… Éternelles berceuses (en 4K – Dolby 5.1)

Le changement d’heure perturbe-t-il votre sommeil ?

Manque de concentration, irritabilité, appétit perturbé...

Changement d’heure à la sauce européenne

Quand le Lit prend vie

Lit médicalisé : Innover sans cesse pour le confort du patient

Triclinium et lit de table : ils sont fous, ces Romains !

Le lit à deux places

Le dessous des couettes

Trouver le sommeil : cela n’a pas de prix, mais...

28 au lit ou les Dormeurs de Sophie Calle

Les têtes de lit

King Size Bed

La Comtesse de Ségur : sociologie de la chambre d’enfant

Les pieds de lit : entre esthétique et commodité

Qu'il s'agisse de prendre son pied ou de choisir celui...

« Insomnie » by Marginal Ray

Une oeuvre musicale inspirée par la Saga du Lit

Ces lits qui nous font marrer

Déterminé à demeurer les deux pieds dans le même...

Le lit électrique

Literie, les tendances de la rentrée 2.

Literie, les tendances de la rentrée : 1. La location avec option d’achat

Le lit de reines en impératrice

Heredia célèbre le lit

Poète cubain, José-Maria de Heredia incarne à merveille...

Quand Napoléon faisait du glamping

Le lit de la rentrée

Belmondo, le lit et nous

Le matelas des temps modernes

Le lit selon Pierre Perret

Hôtel, location… que valent les lits de vacances ?

Pour le client, c’est l’aventure !

L’origine du matelas ou petite histoire du lit

Le lit au cinéma, partie 2 : Sensualité sous les draps

Le Lit dans la littérature : Guy de MAUPASSANT

Mick Jagger : un immense expert… du lit !

Les couturiers du lit. Reportage photos

Bizarre, bizarre… quand le cinéma fait valser les lits.

La literie dans le monde. Deuxième volet : le Brésil et ses hamacs

Les bonnes âmes de matelas

Les stars au lit : In bed with Madonna !

Protéger la planète en dormant, le rêve !

La literie dans le monde. Premier volet : le Japon

Métier Tapeedger

Dormir, une activité culturelle ?

Le flagship de la Victoire avec Maison de la Literie

La Chambre double de Baudelaire. Chronique littéraire du lit, partie 2

Les lits où s’est forgée l’Histoire : De Gaulle au Trianon

Le lit, la nuit, les trains selon Jean Castex.

Le lit dans la peinture : Buffet et lit…

Proust, l’infini depuis son lit

Maison de la Literie, ou l’art de monter en gamme avec Tousalon et Place de la Literie

Actu’Folies : tout va désormais dépendre de la résistance du sommier ! 

L’art de faire son lit

Le lit dans l’Art : un peu de beauté ne nuit pas avec les Préraphaélites. La chronique de Jean-Philippe de Garate

Faire ou ne pas faire son lit ?

Japon, la chambre-lit ou la chambre à coucher « dernier cri »

La bonne position du lit ou la quadrature du cercle

Dalida, Balavoine, Dutronc, Hardy… Le lit, inspiration des vedettes de la chanson française.

Pendant les fermetures, la vie… et les achats continuent

Le lit et les démons de minuit

Sous le lit, à l’heure des démons

Les mystères de l’oreiller : révélations

L’oreiller selon Larousse (ou le Petit Robert)

L’oreiller dans la peinture. Petit florilège…

Le lit de Pâques

L’enfumage du Made in France ?

L’inspiration au creux du lit

Vous avez dit lits-ing ou leasing ?

Les matelas, une banque(tte) sans découverts

Dormir au creux de ses passions, comme les enfants

Le canapé-lit, l’ingéniosité au service du confort

Alain Delon le rebelle. De l’alcôve à la gloire.

Avec les matelas non réversibles, une corvée en moins

Brigitte Bardot : « Ciel de lit ! »

Faire chambre ou lit à part, le secret des couples qui durent ? L’édito de Michel Taube

De bons lits pour la paix des ménages

Elizabeth II, la reine qui dormait seule.

Lit de rivière, rivière de lit

Le lit de père en fille

Le lit, au cœur du Nouvel An chinois. L’édito Vœux de Michel Taube

Jean-Claude Darmon, le repos du guerrier

Manger au lit, c’est oui ou non ?

Amour de lit et lit d’amour

Louis XIV, le Roi Soleil aux 400 lits

Édouard Nahum, le lit, son allié bonne humeur