Sois belle et ouvre la
08H00 - lundi 4 mars 2019

Liza Fetissova, l’âme russe à Paris : Sois belle et ouvre la spéciale Journée de la femme

 
Copyright Yuliya Luneva

Elle représente le meilleur de la photographie russe en France : la galeriste Liza Fetissova trace son sillon parisien professionnel depuis douze ans et l’élargit à l’artisanat d’art.

Si la vocation de l’art est de dire le monde, et si l’artiste n’est que le produit de son existence, les photos et les œuvres que défend Liza Fetissova disent la Russie, ses forces et ses faiblesses. Et mieux, elles expriment l’âme d’un peuple…

L’âme russe ? Mélancolie, acceptation du destin, résignation, logique illogique y composent une âme trop souvent incomprise, mais une belle âme, une grande âme. Les photographes russes contemporains subliment une tension rentrée qui nous interpelle et nous déstabilise.

Copyright Yuliya Luneva

Ici Liza pose avec « Le plus grand sous-marin au diesel au monde », épave héritée des années soviétiques, œuvre de 2013 issue de la série « Restricted Areas » de Danila Tkachenko

Michel Taube

Pour découvrir l’univers de Liza Fetissova : http://www.rtrgallery.com ou Russiantearoom, gallery & curating agency.

Nos portraits de la semaine pour la journée de la femme :

Sois belle et ouvre la selon Sihem Souid Felten, la nouvelle pasionaria des RP diplomatiques – spéciale Journée de la femme

Et si les femmes prenaient le pouvoir en Afrique ? Le « Sois belle et ouvre la » d’Alphonsine Mikouiza

« Soyons audacieuses ! » : le manifeste culinaire et politique de Mathilde Fachan pour « Sois belle et ouvre la » et la Journée de la femme

Liza Fetissova, l’âme russe à Paris : Sois belle et ouvre la spéciale Journée de la femme

Cécile Plaisance explose les préjugés : Sois belle et ouvre la spéciale Journée de la femme

Sois belle et ouvre-la : la limousine ou l’excellence du monde paysan au féminin

Directeur de la publication

Au-delà de la beauté

La tête haute, 19 amputés ont défilé dans des vêtements haute couture, en présence de Madame Macron.
Deborah Rudetzki