Apocalypse Now
11H07 - mercredi 26 août 2020

Israël Iran : guerre et paix. Notre série Apocalypse Now.

 

 

Apocalypse now. La série estivale chaude chaude chaude de Marginal Ray

La fin du monde ? Certains y croient. Et ils sont de plus en plus nombreux. Mais pas la rédaction d’Opinion Internationale. En revanche, que cela aille de mal en pire sur certains fronts, comme le réchauffement climatique, la montée des communautarismes ou le transhumanisme, c’est une certitude.

Alors, lâchons nous. Marginal Ray, musicien, est aussi conteur à ses heures, et nous propose un mois de montagnes russes avec, chaque lundi et jeudi, des scénarios fous mais qui, à l’américaine cette fois-ci, se finissent en Happy End (peut-être pas pour tout le monde !).

1. L’effondrement de la Bourse

2. Le moustique tigre envahit la France

3. Neymar quitte le PSG.

4. Paris sous les eaux.

5. Michael Jackson cloné.

6. Google et Intel inventent l’Homme augmenté.

7. Feux de forêt au Bois de Boulogne

8. Mohammed Moussaoui Président de la République

9. Fin de la série avec Israël-Iran : guerre et paix.

 

 

Lundi 28 septembre 2020. En Israël, le jeûne de kippour a débuté la veille au soir. Au même moment, sur les contreforts vallonnés du sud Liban, non loin de la frontière israélienne, les commandos du Hezbollah, agissant sur ordre des Gardiens de la révolution iranienne, versent dans les cours d’eau souterrains alimentant les nappes phréatiques du nord d’Israël d’énormes quantités de plusieurs souches virales, notamment le choléra, Ebola et une version génétiquement modifiée du Covid-19.  

La première épidémie qui se déclencha fut celle du choléra, suivie d’Ebola, frappant indifféremment Juifs et Arabes, y compris Palestiniens. 

Plusieurs centaines de personnes succombèrent en quelques semaines. Le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas, accusa Israël d’être responsable des épidémies, dont l’objet serait d’exterminer le peuple palestinien.

Le 17 octobre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou fait une déclaration solennelle annonçant que la preuve de l’implication iranienne est accablante, invitant tous les étrangers à quitter l’Iran, la Syrie et le Liban. L’Iran réfute l’accusation, reprend la rhétorique de Mahmoud Abbas, menace de réduire Israël en cendres, mais est trahi par un cadre du Hezbollah se félicitant de la « courageuse mission d’éradication des Juifs » conduite par son mouvement.

Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit en extrême urgence et décide à l’unanimité d’une intervention militaire en Iran pour y détruire toutes les installations militaires, chimiques, bactériologiques et nucléaires. La Chine et la Russie mettent leur véto, tout en exigeant de l’Iran l’arrêt immédiat de toute activité hostile à l’égard de tout pays membre de l’ONU.  

Le 18 octobre, Donald Trump se rend en Israël, afin de dissuader Netanyahou de toutes représailles nucléaire, mais le lendemain un missile thermonucléaire d’une puissance équivalente à 20 fois la bombe d’Hiroshima, tirée par un sous-marin israélien, explose dans le désert iranien du Lut, dans une zone non habitée. Au moment précis de l’explosion, le Premier ministre israélien exige le dépôt des armes par toutes les forces militaires. L’exigence s’applique également au Hezbollah libanais et au Djihad Islamique agissant à Gaza. A l’exception des Etats-Unis, les membres du Conseil de sécurité de l’ONU, ainsi que la Ligue arabe, condamnent Israël, pour son tir de semonce, mais admettent que l’Iran a fait usage d’une arme non conventionnelle mettant en péril la sécurité de la région. L’Ayatollah Ali Khamenei répond immédiatement par une déclaration enflammée, annonçant la dernière bataille de la guerre sainte de l’Islam contre Israël, les Croisés et les traîtres sunnites.

Mais excédé par un régime qui risque de précipiter le peuple dans l’abîme, le peuple de Téhéran se souleve. Les Gardiens de la révolution n’hésitèrent pas à tirer sur la foule. Ce fut la faute de trop, celle qui conduisit l’armée régulière et la police à se retourner contre le régime.

Les 21 et 22 octobre, de violentes explosions détruisent plusieurs centres du pouvoir de la République islamique et des Gardiens de la révolution, sans qu’il soit possible de déterminer leur origine, mais dans les milieux bien informés, il se dit que l’opposition iranienne, le Mossad israélien et l’US Air Force ont oeuvré de concert. Le 28 octobre, la République islamique d’Iran a vécu. Ali Khamenei abandonne sa demeure officielle et se terre dans une maison en périphérie de Téhéran, où il est arrêté par la police. 

Vladimir Poutine déclare que la guerre bactériologie déclenchée par l’Iran et le Hezbollah, tout comme la répression sanglante des autorités iraniennes contre le peuple les discréditent définitivement et constituent un danger pour la paix sur la planète. Il met en garde le Hezbollah, désormais isolé, contre tout attaque contre un pays voisin, ou contre les forces armées russes en Syrie. Sans dépôt des armes, et indépendamment de la réaction israélienne, l’armée russe entrerait au sud Liban pour le débarrasser du Hezbollah. 

Vladimir Poutine obtint de Donald Trump l’assurance que les Etats-Unis n’enverraient aucune nouvelle troupe dans la région, permettant ainsi à la Russie de consolider ses positions, avec la bienveillance d’Israël.

Début novembre, Hassan Nasrallah et les cadres du mouvement chiite prennent la fuite, en compagnie de leurs conseillers iraniens. L’armée régulière libanaise prend alors le contrôle du Sud Liban et récupère l’arsenal militaire abandonné par les fuyards. Hassan Nasrallah, rasé et habillé à l’occidentale, est retrouvé par des miliciens chrétiens, et arrêté. Entre temps, le peuple libanais a réussi sa révolution et de nouvelles élections libres sont annoncées dans un mois avec comme seuls candidats de jeunes leaders qui n’ont jamais gouverné sous l’ancien régime.

Quatre mois plus tard, Israël et le nouvel Etat de Palestine signent un traité de paix et de coopération. Jérusalem Est est la capitale des deux Etats. Israël consent à redessiner la carte des territoires et un Etat palestinien viable sort enfin de terre. Le conflit israélo-arabe est terminé. Des discussions commencent entre Liban et Israël pour envisager un traité de paix.

 

Marginal Ray
Auteur compositeur conteur

Marginal Ray sur Bandcamp
Marginal Ray sur Youtube

FIN DE LA SERIE APOCALYPSE NOW

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale