Edito
07H26 - jeudi 23 avril 2020

Philippe Douste-Blazy, l’invité de Michel Taube : « ce que nous n’avons su faire lors de la contamination au coronavirus, il est vital et encore temps de le réaliser lors du déconfinement ».

 

En mai 2005, en pleine épidémie asiatique de grippe aviaire H5N1, il était ministre de la santé et des affaires sociales en France. Il présenta alors devant l’Assemblée Nationale des mesures pour un plan de prévention d’une pandémie virale… Tout y était : l’isolement des personnes symptomatiques, des gestes-barrière… Les politiques comme la hiérarchie sanitaire n’ont pas suivi…

Le moins que l’on puisse dire est qu’il a repris du service avec la crise du coronavirus. L’ancien maire de Toulouse et ancien ministre de Jacques Chirac est sur tous les fronts : volontaire dans le cadre de la réserve sanitaire dans un centre de régulation du 115 dans les Hauts-de-Seine, très présent dans les médias pour défendre un jour le traitement au Plaquénil du professeur Didier Raoult et le lendemain l’urgence d’une réponse internationale en matière de traitement contre le Covid-19.

Son message est clair : « ce que nous n’avons su faire lors du déclenchement de la pandémie du coronavirus, il est vital et encore temps de le réaliser lors du déconfinement ». Dépistage très en amont, isolement des personnes fragiles, masques, traitements spécifiques dès les premières détresses respiratoires.

La France n’a pas encore mis en œuvre une politique de santé publique, seule à même d’endiguer durablement une telle pandémie. La France a préféré miser, dans la précipitation de surcroît, sur une réponse hospitalière. Là se situe la faille de la gestion française de cette crise !

Et puis, fort de son expérience sur les financements innovants dans la lutte contre les grandes pandémies, – il a été secrétaire général adjoint de l’ONU et président pendant dix ans d’Unitaid, Philippe Douste-Blazy pointe quelques faiblesses structurelles de l’OMS et propose une mobilisation générale des Etats pour trouver les moyens de financer les traitements contre le coronavirus. Sinon nous aurons avec le Covid-19 ce que l’on a connu avec le SIDA : les pays les moins développés seront servis les derniers et compteront leurs morts avant que leurs concitoyens ne profitent de tout traitement.

Philippe Douste-Blazy est le premier invité de Michel Taube et d’Opinion Internationale pour un grand entretien de 30 mn. Vidéo…..

 

 

Directeur de la publication

Nicolas Bedos assassin ? L’édito de Michel Taube

Trop de « fils de… » accèderaient-ils à la célébrité par ce qu’ils sont fils de… ? Jean-Marie Bigard, futur candidat à l’élection présidentielle, parlerait de « fils de p… ». Si…
Michel Taube