Liban
09H05 - dimanche 20 octobre 2019

Edition spéciale Liban : notre rédaction au cœur du soulèvement

 

Un fil d’actu coordonné par Sofia Farhat pour Opinion Internationale

 

Retour en images sur les deux premières journées de manifestations au Liban (les photos ont notamment été prises par Jad Ghorayeb).

001
002
003
004
005
006
007
008
009
010
011
012
013
014
016
015
017
018
019
020

 

11h : lisez l’analyse de Sofia Farhat, « oui au Liban, non aux partis ».

 

9h : 2,2 millions de Libanais dans les rues

Selon Reuters, 2,2 millions de Libanais, soit près de la moitié de la population, était en train de manifester hier samedi 19 octobre.

8h30 : première fissure dans le gouvernement libanais

Hier, dans la soirée, selon l’AFP, le chef du parti chrétien  « Les forces libanaises », Samir Geagea, a annoncé le départ de son mouvement du gouvernement. « Nous sommes maintenant convaincus que le gouvernement est incapable de prendre les mesures nécessaires pour sauver la situation. En conséquence (notre) bloc a décidé de demander à ses ministres de démissionner », a-t-il expliqué. 

 

Dimanche 20 octobre :

22 h : Tripoli, grande fête avec des DJ dans une ville très rigoriste 

A Tripoli (Nord-Liban), une ville où règne un islam pas très modéré, une grande fête a été organisée hier soir avec des DJ pour animer les manifestations : 

 

14h30 : la diaspora libanaise se mobilise et organise des rassemblements dans de nos nombreuses villes dans le monde.

13h : deux cartographies de la mobilisation

Le site Lebanonprotest publie une cartographie des foyers de manifestations dans l’ensemble du Liban et atteste que la mobilisation se stabilise et s’’étend même autour de Beyrouth et dans le sud Liban. La première carte date de samedi 19 octobre à 12h et la seconde de vendredi 18 octobre à 8H. Plus d’infos sur https://lebanonprotests.xyz/.

 

 

12h30 : tensions entre manifestants et milice de Nabih Berri à Tyr

Pendant une manifestation aux cris de « Nabih Berri voleur », la milice du président de la Chambre des députés et chef du mouvement Amalse dirige vers Tyr pour réprimer les manifestants. Des échauffourées ont lieu comme en attestent trois vidéos : https://www.facebook.com/riad.kobaissi/videos/10157297385300239/

et https://www.facebook.com/1617833955145386/posts/2798474727081297?sfns=mo 

 

11h : dans tous les foyers de mobilisation, de nombreux portraits de leaders politiques et de chefs de partis sont détruits par les manifestants

 

10 h : rassemblement à Montréal de Libanais de la diaspora au Canada

La manifestation de soutien à Montréal a réuni hier soir près de 500 personnes selon L’Orient-Le Jour. Les slogans fusent : « On ne peut pas se sentir Libanais sans être solidaire des Libanais qui vivent au Liban et qui sont dans la rue. » ou « Le peuple veut la chute du régime ».

A lire : https://www.lorientlejour.com/article/1191780/a-montreal-pres-de-450-libanais-manifestent-pour-revenir-un-jour-au-liban.html

 

Samedi 19 octobre 2019

22h : altercations entre manifestants et forces de l’ordre

De fortes altercations entre les manifestants et les forces de l’ordre sont en cours, notamment à Wadi Chahrour (Mont-Liban) comme en témoigne cette vidéo : https://www.facebook.com/lebanonnews/videos/380277489541865/ 

20h30 : discours du premier ministre Saad Hariri

Dans une allocution télévisée à la nation, le Premier ministre Saad Hariri a donné 72h à sa fragile coalition gouvernementale pour soutenir ses réformes économiques, face à la colère de milliers de Libanais manifestant pour le deuxième jour dans tout le pays.

©WAEL HAMZEH/EPA/MAXPPP – epa07930885 Lebanese Prime Minister Saad Hariri speaks during a press conference in the Government palace at downtown Beirut, Lebanon, 18 October 2019. Hariri gives political parties 72 hours to agree on a solution to the country’s crisis, on the second straight day of nationwide protests against the state. EPA-EFE/WAEL HAMZEH

 

17h A Tripoli (Liban), des manifestants brandissant des banderoles plus politiques.

Sur ces deux photos, on peut lire : « Nous demandons un gouvernement de spécialistes reconnus pour leurs compétences et leur intégrité pour sauver le pays. » [photo 1] et « Chute des autorités corrompues et demande d’élections parlementaires avancées » [photo 2].

 

 

16h20 : manifestations contre les dirigeants chiites

À Tyr et à Nabatieh, deux villes du Sud-Liban, majoritairement chiites, les voix se lèvent contre les dirigeants chiites libanais : un fait inédit. Nabih Berri, président de la Chambre des députés du Liban depuis 1992, ainsi que le chef du mouvement Amal, sont plus particulièrement visés.
Et en direct de la ville de Saksakieh (près de Saïda au Sud-Liban), des manifestants font tomber les drapeaux du parti politique chiite Amal

16h : « 🔴🇱🇧 Un reportage de L’Orient Le Jour souligne la diversité des Libanais qui manifestent.

 

15h : des religieux de toutes confessions assistent à l’une des manifestations à Beyrouth.

De gauche à droite, un religieux druze, un chrétien, un sunnite. Source : Mirna Khaled, groupe Libanais à Paris. 

 

14h30 : Photo de la place des martyrs à Beyrouth à l’instant, prise par un manifestant pour Opinion internationale. Seuls des drapeaux libanais supplantent la foule.

 

13h30 : une analyse à la une du quotidien L’Orient Le Jour

« La décision de taxer les communications via les applications de messagerie en ligne de type Whatsapp est-elle la cause directe des nombreux mouvements de protestation ? » L’universitaire et enseignant chercheur Karim el-Mufti donne sa lecture des événements à L’OLJ.

13h : à la une d’Instagram, une mère et sa fille expriment leur colère

Une dame prend la parole en manifestation : « Je veux prendre la parole parmi ses jeunes parce que je suis une mère. J’ai 58 ans, j’ai élevé mes enfants de mes propres larmes. Et maintenant on veut me prendre mes enfants, ils partent tous les deux. Ils leur ont volé leur avenir. Où est-ce-que je vieillirais moi ? Mes deux enfants me laissent seule ici. » Et, en arrière plan, on entend Révolution, révolution… Puis sa fille prend la parole : « Il me reste encore deux mois maximum dans ce pays (…) J’ai 27 ans, ça fait 5 ans que j’ai fini mes études, je n’ai pas réussi à trouver du travail ni planifier mon avenir. Je leur laisse le pays et je m’en vais. C’est un pays qui ne respecte rien ! (…) Où sont les droits de leur peuple ? »

 

11h50 : une pétition sur Change.org est déjà signée par plus de 70 000 personnes, stipule :

« Je suis un citoyen libanais 

Je m’oppose à tout ce qui a porté atteinte et qui porte atteinte au citoyen libanais et son pays

J’ai encore un espoir pour le changement

Je ne les laisserai pas hausser les taxes et nous voler sans rien nous proposer en échange 

Je veux une révolution ! 

Et toi ? Te tairas-tu ? »

 

11h40 : des appels à manifester dans toutes les diasporas libanaises se multiplient. Après Paris (cf. notre info de 10h30), appel à rassemblement à Bruxelles et Londres pour dimanche 19 octobre.

 

11h25 : Les Libanais organisent leur soulèvement : ils cherchent images et slogans ainsi qu’un nom. Le choix semble se porter sur le phénix, animal mythique qui renaît de ses cendres, qui est le plus proposé. Un symbole fort après les incendies qui ont ravagé le pays ces derniers jours. 

 

11h05 : Sur les réseaux sociaux, le drapeau et la nationalité libanais sont mis en avant, reléguant les divisions communautaires et partisanes au second plan. 

 

« Sunnite, chiite, chrétien, druze #Unis au nom du Liban »

 

« Déshabillons nos uniformes partisans et habillons-nous de l’uniforme libanais »

 

10h45 : les femmes se mobilisent

L’image d’une femme donnant un coup de pied à un membre de l’équipe de sécurité d’un politicien circule amplement sur les réseaux sociaux : c’est aussi le soulèvement des femmes. En arabe : عليهم د veut dire : « Sur eux » 

Le hashtag de la photo originale : ##أجرك_بالسلطة Littéralement « Ton pied sur l’autorité' » Expression libanaise qui veut dire #Contre ces autorités »

 

Cette photo d’une femme s’en prenant à un policier circule très largement et suscite des caricatures sur les réseaux sociaux.

Sur celle-ci, la femme dit : « Nous somme le peuple, la ligne rouge à ne pas franchir » 
Le T-shirt de l’homme : « Mon zaïm (chef), mon chéri »

 

10h30 : rassemblement dimanche 20 octobre à Paris

Diaspora libanaise à Paris : la Préfecture de Paris vient de donner son autorisation pour organiser une manifestation le dimanche 20 octobre 2019 de 12h à 14h, sur la place du Trocadéro, en soutien aux protestations en cours au Liban.  

 

10h : de jeunes Libanais de France soutiennent le soulèvement

Peu après le début des manifestations au Liban, la page Facebook « Libanais à Paris » propose de soutenir les Libanais sur place. Des photos de soutien circulent. 

 

 

9h20 : le Liban se soulève-t-il ?

 

A lire également :

Vendredi 18 octobre 2019

Le Liban se soulève-t-il ?

 

 

 

 

 

 

Mercredi 16 octobre :

Incendies au Liban – Lebanon fires

« le Liban brûle, le Phénix libanais renaîtra-t-il de ses cendres ? », par Sofia Farhat

 

 

 

 

 

Chroniqueuse monde arabe d’Opinion Internationale