Monde / World
Monde /
06H26 - mardi 11 septembre 2012

« Avec Obama, nous ne sommes pas sortis de l’après-11 septembre » nous confie Patrick Baudouin, président d’honneur de la FIDH

mardi 11 septembre 2012 - 06H26

Patrick Baudouin, vous êtes président d’honneur de la Fédération Internationale des Ligues des droits de l’homme et représentez, comme avocat, des victimes de torture devant les juridictions françaises. 11 ans après les attentats du 11 septembre, en quoi cet événement tragique a-t-il durablement freiné la progression des droits humains dans le monde ?

La régression constatée se fait à deux niveaux : tout d’abord dans les textes avec l’adoption aux Etats-Unis avec le Patriot Act, en Grande-Bretagne et partout dans le monde de législations restreignant les libertés individuelles et les droits de la défense et affranchissant les Etats de bon nombre de leurs obligations. Il y a ensuite la pratique des Etats qui ont aussi considérablement évolué avec le développement, parfois la systématisation, de mauvais traitements, d’actes de torture, de disparitions de personnes soupçonnées d’actes ou d’intentions terroristes.

La France a-t-elle participé de ce mouvement ?

La singularité de notre pays est que de ces législations attentatoires aux libertés avaient été mises en place dès 1986 et la vague d’attentats de l’époque. Certaines mesures se sont installées dans notre paysage quotidien, comme du plan Vigipirate qui devait être ponctuel et exceptionnel… Sans parler des cours d’assises spéciales composées uniquement de magistrats. Nous espérons que le président Hollande saura…

Le Président Obama a-t-il changé la donne ?

Nous ne sommes plus dans les années Bush et le président Obama a, selon nos sources, mis fin aux pratiques de torture et de mauvais traitements qu’avait autorisées l’administration précédente. Mais là où Obama a grandement déçu, c’est que Guantanamo, cette prison de non-droit, n’a pas été fermée comme il s’y était engagé il y a quatre ans. Des dizaines de détenus, certains pourtant libérables puisqu’aucune charge n’est plus retenue contre eux, y croupissent toujours.

Est-on encore dans l’après 11-septembre ?
Nous ne sommes plus du temps de Georges Bush mais bien des reculs engendrés par le 11-septembre sont encore en place. Et pour quels résultats ? La restriction de nos libertés n’a pas empêché le terrorisme et la violence de prospérer dans le monde.

Propos recueillis par Michel Taube

 

La Fidh, le Center for constitutional rights des Etats-Unis et le Barreau de Paris organisent une conférence publique, « 11 ans après le 11 septembre : droits de l’homme et lutte anti-terroriste aux Etats-Unis et en France »/ Mercredi 12 septembre à 14h à la Maison du Barreau. 2, rue du Harlay 75001 Paris. Réservation : fidh@fidh.org