Printemps arabe
Tunisie /
07H02 - mercredi 29 juin 2011

L’héroïsme des Femmes tunisiennes et leurs représentations dans la société, entre modernité et tradition

mercredi 29 juin 2011 - 07H02

Cet article rend hommage à toutes les pionnières qui, à l’aube des temps modernes, ont secoué les traditions et les coutumes désuètes et ouvertes les premières portes en permettant aux jeunes générations de s’y engager. Le 13 Août est un jour férié, il est décrété journée de la femme en Tunisie. La Tunisie est l’un des rares pays au monde à célébrer la femme deux fois dans l’année.


Les femmes en politique : figures marquantes et structuration

Maya Jribi est une femme politique tunisienne. Elle est née en 1960 et est biologiste de formation. Au début des années 1980, elle devient membre du groupe d’études sur la condition féminine du Club culturel Tahar Haddad puis en 2006, elle est élue à la tête du PDP, succédant ainsi à Nejib Chebbi qu’elle présente comme son « compagnon de route ». Elle devient ainsi la première femme à diriger un parti politique tunisien. L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates crée en 1989, s’est affirmée en tant qu’association féministe, elle se base sur l’autonomie, la pluralité et la solidarité. Elle milite pour l’égalité entre les sexes, la démocratie, la laïcité et la justice sociale. L’association s’est fixée pour objectifs de défendre les droits des femmes et de promouvoir l’égalité dans les domaines civils, politique, sociaux, économiques et culturels. L’association Tunisienne des Femmes Démocrates est une organisation membre de la Fédération Internationale des Droits de L’homme (FIDH).


Les femmes dans le secteur économique

On compte aujourd’hui 18 000 femmes chefs d’entreprise en Tunisie, selon le CNFCE, dont 11% d’entre elles travaillent dans l’artisanat, 42% dans le secteur des services, 25% dans l’industrie et 22% dans le domaine du commerce. « En tant que Présidente de la Chambre Nationale des Femmes Chefs d’Entreprises (CNFCE), je suis convaincue que nos femmes chefs d’entreprise contribueront au développement des régions défavorisées et ne ménageront aucun effort afin de les aider à surmonter ces moments difficiles, reprendre une activité normale et reconstruire l’économie dans les plus brefs délais », affirme Mme Faouzia Slama, présidente de la CNFCE lors d’un entretien accordé à African Manager. Neira Khouaja est chef d’entreprise, pour elle : « l’homme n’est rien de plus, je travaille autant que lui, je suis responsable autant que lui. La Tunisie na jamais fait la différence entre hommes et femmes. On peut même dire que la femme a plus de privilèges, étant donné qu’elle a des congés maternité ! ». Elle ajoute : « je suis dans l’art, je suis dans un milieu créatif, j’ai toujours été honorée en tant que femme, on sait bien que les femmes sont beaucoup plus créative que les hommes. Quand j’étais publicitaire, j’ai dû travailler avec beaucoup plus d’hommes et je ne me suis jamais sentie mal a l’aise ou discriminée. Les Tunisiens n’ont aucun stéréotype, il n’y a pas de discriminations. Par contre, au niveau de la femme politique, il y a plus d’homme que de femme. Mais en Occident c’est un peu pareil et par rapport au monde arabe on est en avance ! On est en train de voir de plus en plus de chefs d’entreprises femme et de hauts responsables, PDG banques. On peut remercier l’information et l’éducation. »


Femme dans le domaine culturel

La femme, dans le passé comme au présent a joué un rôle prépondérant dans la vie culturelle et sociale de la Tunisie. Faiza Majeri en est un exemple vivant, elle a été la première femme chef d’escale d’une compagnie aérienne au tout début de sa carrière. Elle est actuellement productrice d’émissions radiographiques en langue française sur la chaine RTCI. Son parcours personnel est riche et voué à la cause féminine. Elle a commencé par animer une émission féminine quotidienne intitulée « Entre nous Mesdames », traitant de sujets divers de la vie sociale et culturelle et l’insertion de la femme dans la société tunisienne. En 1996 elle a été coproductrice d’une série de six documentaires télévisés sur les femmes intitulées « BELLADONNA ». Enfin en 2001 elle a coproduit un documentaire télévisé intitulé « Halima : portrait de femme ». Ces éléments de son parcours ne sont que ceux directement reliés à la gente féminine, mais la carrière, de cette grande dame est impressionnante.


La femme tunisienne dans le monde

Le président de la République par intérim Foued Mbazaa, a souligné l’importance de la femme dans la réalisation du processus démocratique lors de sa rencontre avec Michelle Bachelet, secrétaire générale adjointe des Nations Unies et directrice exécutive de l’ONU-Femmes. Il a ainsi affirmé que : « Le consensus autour de la parité homme femme durant le processus de transition confirme de nouveau la place accordée à la femme en Tunisie. » Michelle Bachelet a en outre spécifié que « Les Nations Unies sont disposées à soutenir la femme tunisienne dans ses initiatives et à lui offrir de nouvelles opportunités de développement politique, économique et social. »


Sophie Alexandra Aïachi

Pour aller plus loin :

http://www.facebook.com/video/video.php?v=1856922912161

La Tunisie s’achemine vers une nouvelle crise de légitimité

Après l’incident de l’ambassade américaine à Tunis, la scène politique tunisienne se recentre sur l’épineuse question de la fin de la légitimité électorale de l’Assemblée constituante et, partant, de celle du gouvernement du gouvernement. En effet, le décret du 3 août 2011 sur la base duquel l’élection le 23…

Bahrein, la révolution oubliée

L’activiste bahreinite Zeineb al khawaja comparaîtra les jours a venir devant les tribunaux de la petite principauté. Elle aura à affronter 13 chefs d’inculpation dont ceux de « provocation à des troubles nuisant à l’ordre…

L’agitation gagne-t-elle la Tunisie ?

Hier lundi 10 septembre, à Sfax et Tunis se sont tenus des rassemblements en hommage aux victimes de la tragédie qui a coûté la vie à 78 jeunes au large de Lampedusa…