Actu
04H44 - samedi 19 juin 2021

Désignation du Président en Iran : quand la vérité tue…

 

Découvrez les versions en FR, ENG et PERSAN de l’article.

 

Article paru le 17 juin 2021

Depuis 1978 et la révolution islamique en Iran, le monde est revenu à une nouvelle ère moyen-âgeuse où la théocratie islamique tente de conquérir le monde. Hier vendredi 18 juin, ce qui devait être une élection aura été la désignation par les caciques du pouvoir d’un nouveau président, ultra-conservateur. 

Ultime rebondissement : 210 parlementaires iraniens venaient de signer un manifeste demandant aux cinq candidats restant en lice de se désister au profit d’Ebrahim Raïssi, l’ultraconservateur chef du système judiciaire iranien et vice-président de l’Assemblée des experts. Il a notamment joué un rôle déterminant dans les massacres de prisonniers politiques.

L’abstention aura été record ! Car pendant ce temps, les Iraniens vivent avec, malgré le régime, et développent des trésors d’ingéniosité pour vivre une vie normale, malgré tout et continuer à résister, avec notamment avec un # qui monte fortement sur les réseaux sociaux : #NonàlaRépubliqueIslamique – نه به جمهوری اسلامی).

D’où le titre aussi de la campagne #Vie_normale lancée par Ali Ebrahim Zadeh, un jeune immigré iranien qui vit aux Etats-Unis. Il a comparé les standards de qualité de vie en Iran avec les pays dits « normal » et conclut : « Cette vie que mène le peuple iranien n’est pas normale ! Chaque liberté, chaque opportunité qui leur a été retirée fait partie de leur droit fondamental ! »

Ali Ebrahim Zadeh a fait déployer une affiche géante dans le quartier de Manhattan devant le siège du New York Times. Nous la reproduisons en l’adaptant pour dire : « peuple iranien, nous ne vous oublions pas ! ».

 

 

 

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

Antivax : attention danger !

Instrumentalisation démocratique : Philippe Charlez s'interroge sur la démarche des antivax et ce qu'elle révèle de notre société.

L’Afrique au rendez-vous d’Avignon

L’Afrique est bel et bien représentée cette année au Festival d’Avignon avec des metteurs en scène venus des quatre coins du continent, de Guinée ou du Rwanda, du Sénégal ou de Côte…
Deborah Rudetzki