Ensemble contre le coronavirus
16H12 - mercredi 20 mai 2020

Covid-19, n’oublions pas Saint-Barth ! Céline Carsalade et Michel Taube

 

Dans le prochain Live Opinion Internationale lundi 25 mai à 18h30 (Paris) et 12h30 (Antilles) sur Zoom, Paris time (les inscriptions sont ouvertes),  la rubrique « Opinion Outre-Mer » sera lancée et consacrée à la France ultra-marine. Rayonnement de la deuxième puissance maritime au monde grâce aux Outre-Mer, diversité des enjeux de chaque territoire, intérêts stratégiques à Paris et Bruxelles, géopolitique et pouvoirs, droit, tourisme, culture et gastronomie, et surtout les femmes et les hommes des Outre-Mer, seront au coeur de cette nouvelle rubrique. « Opinion Outre-Mer » sera animée par Laurent Mairesse, professionnel du tourisme et conseiller éditorial d’Opinion Internationale, avec Céline Carsalade, avocate, chargée de Saint-Barthélémy, qui nous propose un premier article sur la crise du Covid-19 à Saint-Barth, et très vite de nombreux contributeurs partout dans le monde.

 

VERSION FR – ENGLISH VERSION

Depuis le mois de mars, l’urgence sanitaire a été déclarée en France et une période de confinement a été mise en place du 16 mars au 11 mai 2020. Dès le début de l’annonce du confinement par le gouvernement, le président de la COM (le nom juridique de la collectivité qui administre le territoire) de Saint-Barthélémy, notre fameuse Saint-Barth, Bruno Magras, a indiqué que ledit confinement ne devrait pas s’appliquer sur l’île, peu ou pas de cas ayant été recensés à cette date. Le gouvernement a donc dû prendre un arrêté pour préciser que les mesures de confinement s’appliquaient à l’île. 

Si aujourd’hui le plan de déconfinement national se veut progressif, il en est autrement à Saint-Barthélemy où le virus semble ne plus être actif. En effet, aucun nouveau cas n’a été enregistré depuis le 26 mars et l’île ne compte plus de cas actif depuis le 21 avril, selon les informations officielles de l’ARS (Autorité Régionale de Santé).

Toutefois, les médecins locaux ont, eux, décompté 68 cas suspicieux, qui n’ont pas pu être testés. Le doute existe.

Une campagne de tests générale est prévue avec l’acquisition d’un automate de dépistage qui permettra de faire la clarté sur la situation réelle de la pandémie à Saint-Barth.

Vivez le monde d’après… 

Je m’inscris le 25 mai au Live spécial Outre-Mer et Sois belle et ouvre la

 

Notre indépendance, c’est vous ! Parrainez, exprimez-vous, faites un don défiscalisé 

Sans attendre, le Président de la Collectivité Bruno Magras souhaitait un déconfinement total dans le but d’un retour à la normale au plus vite. Ce déconfinement total a été approuvé par le Président de la République Emmanuel Macron et la Ministre des Outre-Mer Annick Girardin à condition de respecter les gestes barrières. Il est donc entré en vigueur le 11 mai.

De nombreux commerces, bars et restaurants ont donc accueilli du public alors qu’aucun arrêté préfectoral n’avait été publié. De plus, les gestes barrières et mesures de sécurité exigés n’étaient pas suffisant selon la préfète des Iles du Nord Sylvie Feucher. Ce n’est que le 12 mai que l’arrêté a été signé, entrant en vigueur dès le 13 mai. Ce texte autorise l’ouverture des commerces, bars et restaurants et interdit celle des boîtes de nuit en raison de leur incompatibilité avec la distanciation sociale.

Cette crise sanitaire a notamment rappelé ou mis en lumière le partage de compétences entre l’Etat et la COM de Saint-Barthélemy, notamment en rappelant à la COM qu’elle ne jouit pas de délégation de compétences en matière de santé.

La fin brusquée du confinement a été motivée par la volonté de relancer la saison touristique, vitale pour le territoire. Il faut dire que l’épidémie de COVID-19 a entraîné un arrêt du tourisme qui est l’activité principale de la Collectivité. Par conséquent, l’économie locale a été fortement touchée.

D’un point de vue économique, l’île étant exclusivement basée sur le tourisme, la situation est délicate pour les commerçants, les hôtels, restaurants, les commerces. D’autant plus que l’île est tournée principalement vers le tourisme américain, et que l’aéroport de Sint- marteen ( partie hollandaise de Saint- Martin), par lequel doivent passer les passagers américains, est à ce jour fermé. La COM essaie donc de négocier sa réouverture, mais elle se heurte là encore à un problème de compétence, l’aéroport étant situé sur le territoire hollandais.

Pour l’heure, les frontières restent fermées et les entrées sur l’île sont limitées à des motifs impérieux. L’île reste donc coupée du monde et surtout de ses touristes et résidents américains qui la font vivre toute l’année. Saint-Barth est très prisée des Américains et l’on sait que le coronavirus frappe durement les Etats-Unis. Tant que les autorités américaines n’autoriseront pas les vols internationaux, la situation risque de rester bloquée.

 

Céline Carsalade et Michel Taube

Avocate et Saint-Barth depuis douze ans, Céline Carsalade inaugure une section Saint-Barth dans la rubrique « Outre-mer » qui sera lancée le 8 juin à la une d’Opinion Internationale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vivez le monde d’après… 

Je m’inscris le 25 mai au Live spécial Outre-Mer et Sois belle et ouvre la

 

Notre indépendance, c’est vous ! Parrainez, exprimez-vous, faites un don défiscalisé 

 

 

Corée, la guerre oubliée du Covid-19

Des échanges de coups de feu ont eu lieu le dimanche 3 mai au niveau de la Zone Démilitarisée (DMZ), frontière qui sépare les deux Corées. Initiés par la Corée du Nord,…