Edito
07H26 - lundi 13 avril 2020

Coronavirus, les engagements de la France pour sortir du confinement : le discours d’Emmanuel Macron

 

Mes chers compatriotes,

Les 12 et 16 mars, je m’adressais à vous solennellement pour déclarer que la France entrait en guerre contre le coronavirus. Presque un mois plus tard, la France est dans l’œil du cyclone : avec le pic de la pandémie, nous sommes sur un plateau de la pandémie. Quelle sera la suite ? Chacun d’entre nous, mes chers compatriotes, détient la réponse : le respect scrupuleux du confinement et des gestes barrière est la première condition à toute sortie de la crise.

A ce jour, nous savons que la crise sanitaire va malheureusement durer longtemps ! La raison est simple : il semble bien que seuls 15% au maximum de la population ait été contaminée et immunisée. Donc, il faut le craindre, le virus continuera à rôder, à circuler, invisible mais mortel. La conclusion est simple : nous ne pouvons rester confinés pendant six mois, un voire deux ans comme l’avancent certaines études. Nous devons vivre avec le coronavirus, c’est-à-dire apprendre à vivre autrement pour vivre avec. Réapprendre à vivre dans cette nouvelle ère est désormais ma préoccupation première.

Une prime exceptionnelle pour les soignants d’ici fin avril

La guerre sanitaire, j’ose le dire, est en train d’être gagnée. Toute notre action avec le gouvernement, et notamment le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran, et l’ensemble des forces sanitaires a consisté à nous organiser pour retarder le pic épidémique et permettre à l’hôpital d’encaisser le choc des arrivées massives en services de réanimation. Le défi est relevé ! Et nous devons nous incliner devant le dévouement et le professionnalisme des soignants en France. C’est pourquoi la première des mesures que je vous annonce ce soir s’adresse à ces derniers : le 25 mars à Mulhouse, j’ai annoncé que je demandais « au gouvernement d’apporter une réponse claire et forte de court terme pour l’ensemble des personnels soignants comme pour l’ensemble des personnels mobilisés afin de majorer les heures supplémentaires et sous forme d’une prime exceptionnelle pour pouvoir accompagner financièrement cette reconnaissance. »

Je vous annonce que chacune et chacun des 700.000 personnels soignants que compte notre pays touchera d’ici la fin du mois d’avril une prime exceptionnelle de 2.000 euros, entièrement défiscalisée. Cet effort d’1,5 milliards d’euros, c’est le merci que la nation vous doit au-delà des mots !

 

Les médecins pourront à nouveau prescrire l’hydrochloroquine

Vous le savez, j’ai rencontré vendredi le professeur Didier Raoult à Marseille. J’ai décidé de lever l’interdiction faite à tous les médecins de prescrire l’hydrochloroquine à leurs patients. Ce médicament pourra être prescrit par les médecins traitants, sous leur surveillance et leur responsabilité. J’ai demandé au professeur Didier Raoult, qui l’a accepté, d’établir sous 24 heures les protocoles qui encadreront ces prescriptions.

Ce traitement jouera désormais un rôle décisif dans l’allègement des premières souffrances respiratoires, moment clé pour freiner la pression sur l’hôpital. Ainsi nous serons mieux parés pour répondre à un éventuel deuxième pic épidémique.

En temps de guerre, tous les traitements proposés par des équipes connues et sérieuses doivent être appliqués et facilités. Ainsi, l’essai clinique avec le sang de ver marin développé par la la société bretonne Hemarina sera relancé dès la fin de semaine.

 

Une sortie du confinement à partir du 11 mai

Mais l’heure est à compléter cette réponse sanitaire par toute une série de mesures d’ajustement qui nous permettront de sortir au plus vite du confinement. Ô, ce ne se sera pas pour demain matin mais, afin de tracer la voie, de donner une perspective, de sonner aussi la mobilisation générale, oui, la France va sortir du confinement. J’en prends l’engagement solennel.

Ainsi, parce que je crois en vous, parce que dans votre immense majorité vous respectez ces règles vitales que sont les gestes barrière, parce que je sais que vous tiendrez parole en redoublant d’efforts pour les respecter, j’ai décidé qu’entre le 11 mai et le 1er juillet la France sortira du confinement par étapes mais de façon résolue. Le gouvernement précisera dans les jours qui viennent les étapes de sortie du confinement. Mais d’ici l’été la France aura réappris à vivre autrement.

 

La généralisation du port des masques, le nouveau geste barrière

Pour ce faire, nous devons prendre une série de mesures draconiennes et audacieuses….

Le professeur Eric Caumes, chef du Département des Maladies Infectieuses et Tropicales de l’hôpital Pitié-Salpêtrière à l’AP-HP, déclarait samedi dernier sur BFMTV : « si chaque Français avait deux masques par jour, nous pourrions envisager le déconfinement très rapidement ». Eh bien, mes chers compatriotes, nous allons relever ce défi. La cinquième puissance mondiale a toutes les ressources pour fabriquer tous les masques nécessaires.

Le port des masques fera désormais partie des gestes barrière. A partir du 27 avril, toute sortie autre que celle d’une heure maximum autour de chez soi sera interdite sans port du masque. Et à partir du 4 mai, toute sortie, même de simple voisinage, exigera le port du masque.

 

Un commissariat général à la réindustrialisation d’abord sanitaire

Pourquoi ce double délai de mise en œuvre ? C’est le temps qu’il nous faut pour produire suffisamment de masques. Vous le savez, l’effort est déjà lancé et des milliers d’entreprises se sont mises à la tâche. Je les en remercie en votre nom. Mais il faut aller plus loin.

C’est pourquoi je vous annonce la création d’un commissariat général à la réindustrialisation de la France dont la première mission, dans les six mois à venir, sera de mobiliser toutes les ressources pour fabriquer des centaines de millions de masques chirurgicaux et alternatifs et relocaliser toute la chaîne de production médicamenteuse, pharmaceutique et sanitaire. Je m’en suis notamment entretenu avec Jean-Pierre Chevènement qui avance des propositions courageuses et visionnaires.

J’ai confié cette mission vitale à Arnaud Montebourg, ancien ministre de l’économie, que je remercie sincèrement d’avoir fait primer l’intérêt général sur des querelles passées. Ce commissariat général sera ensuite transformé en ministère de plein exercice.

 

Isoler les personnes contaminées, la deuxième priorité absolue avec les masques pour sortir du confinement

J’ai décidé d’engager immédiatement cinq milliards d’euros pour que, dans un temps record, les mesures de températures à l’entrée des commerces et bâtiments privés et publics (la fabrication en France de millions de thermomètres va être relancée), les tests virologiques pour les personnes potentiellement infectées, les tests sérologiques pour toute la population, la désinfection des lieux publics (cent mille jeunes seront embauchés à cette tâche vitale), la fourniture généralisée de masques puissent permettre aux entreprises et aux administrations de revenir à la normale.

S’agissant des tests et des masques qui peuvent être en tissu résistant au virus, l’objectif est de les fabriquer immédiatement, en France ou en Europe, sans nous limiter à un nombre restreint d’entreprises dans le cadre des marchés publics traditionnels, véritables usines à gaz administratives qui n’ont pas lieu d’être en période de guerre. Un test de dépistage comme un masque doit être efficace, rapidement disponible à un prix honnête. Le reste n’est que bureaucratie inutile.

 

Un Fonds mondial contre le coronavirus, un plan de relance massif et une Conférence politique de sortie de l’état d’urgence sanitaire

Enfin, je vous annonce trois mesures :

sur les conseils notamment de Philippe Douste-Balzy, ancien ministre de la République, la France proposera aux G20 et au G7 la création d’un Fonds mondial pour financer et diffuser dans tous les pays les traitements contre le coronavirus. Evitons l’expérience tragique de la lutte contre le SIDA : les traitements souvent coûteux ont trop longtemps été réservés aux pays les plus riches.

En France, mercredi prochain, le 15 avril, à l’issue du conseil des ministres, c’est moi-même, avec le premier ministre et le ministre de l’économie Bruno Le Maire, qui vous annoncerai un plan de relance massif pour éviter les faillites d’entreprises et le chômage massif.

Et le week-end prochain, une Conférence politique exceptionnelle avec toutes les forces et institutions politiques de la nation se réunira pour acter de la sortie de l’état d’urgence sanitaire. Il faut qu’au plus vite le gouvernement ne dirige plus la France par ordonnances. Nous préparerons aussi ensemble les prochaines étapes de la vie politique de notre pays qui ne pourra plus être comme avant cette crise !

Le Covid-19 veut nous obliger à choisir entre la catastrophe sanitaire et la catastrophe économique ?  Même si la récession dans laquelle nous sommes plongés et les milliers de victimes du Covid-19 à ce jour sont déjà dramatiques, nous saurons ensemble échapper à cette double crise et en sortir grandis !

Mes chers compatriotes, le mois qui s’annonce sera décisif si nous voulons rapidement sortir du confinement. Nous avons rendez-vous avec notre avenir. C’est le moment de répondre présents !

Vive la République ! Vive la France !

 

Emmanuel Macron

 

Vous venez de lire la cinquième livraison de notre série de politique fiction : « les grands discours – fiction d’Emmanuel Macron ». Ces textes sont commis par Michel Taube et Raymond Taube lorsque la situation de la France se crispe trop…

–       le 3 décembre 2018 : « Mes chers compatriotes… Ma réponse aux gilets jaunes » par Emmanuel Macron.

–       Le 15 mars 2019 (jour de la clôture du Grand Débat national consécutif au mouvement des gilets jaunes) : « Mes chers compatriotes…  Je vous ai entendus : je crée un Haut Comité pour la refondation de la République »

–       Le 20 décembre 2019, Emmanuel Macron : « Mes chers compatriotes… Pourquoi je ne céderai pas sur la réforme des retraites. »

– le 17 février 2020, Emmanuel Macron : « Mes chers compatriotes, voici enfin mes choix pour la laïcité et l’islam de France »Les engagements de la France contre le coronavirus : le discours (fictif) d’Emmanuel Macron

Directeur de la publication
Directeur de l'IDP - Institut de Droit Pratique / rédacteur en chef d’Opinion Internationale