Ensemble contre le coronavirus
11H05 - samedi 11 avril 2020

Face au confinement, un élan de solidarité intergénérationnelle à consolider d’urgence. Tribune de Manon Laporte

 

Les mesures exceptionnelles de confinement mises en place par le gouvernement pour contrer l’épidémie de COVID-19 suscitent un élan spontané et inédit de solidarité intergénérationnelle. Manon Laporte, Conseillère régionale d’Ile-de-France, Déléguée spéciale en charge de l’intergénérationnel auprès de la Présidente Valérie Pécresse, explique en quoi il est crucial que cette solidarité puisse être organisée et pérennisée au-delà de la crise : des enjeux sociaux et économiques cruciaux en dépendent.

La pandémie qui frappe sévèrement l’Europe a un effet pour le moins inattendu : elle éveille un mouvement sans précédent de solidarité intergénérationnelle – laquelle restait jusqu’alors très frileuse. Dans chaque ville, dans chaque quartier de France, on voit les plus jeunes se porter volontaires pour apporter courses ou médicaments aux personnes âgées, fragiles ou peu mobiles.

Cette mobilisation est favorisée bien sûr par les réseaux sociaux : des boucles d’entraide locales, spécialement mise en place pour faire face à cette situation exceptionnelle, proposent des conseils, des informations, des mises en relations entre aidés et aidants. Les réseaux de solidarité s’organisent également « en physique » : les affichettes fleurissent dans les halls d’immeubles pour proposer des services aux seniors, les associations se mobilisent – comme Voisins Solidaires qui préconise un « panneau des voisins » où chacun peut noter ses besoins ou ses disponibilités.

 

On ne peut que se réjouir d’un tel mouvement. Toutefois à l’heure où la France compte un million de seniors supplémentaires tous les cinq ans, la solidarité intergénérationnelle ne peut rester une simple option, un phénomène passager en temps de guerre ou d’épidémie. Elle représente non seulement un enjeu sociétal majeur, en prise avec l’emploi, les compétences, le logement, le numérique et le sport, mais aussi un maillon de consolidation essentiel du pacte républicain. L’activer face à une crise, de façon intermittente, ne suffit pas. C’est chaque jour que nos aînés ont besoin d’aide et de contact, chaque jour qu’ils peuvent partager leur expérience et eux-mêmes aider les plus jeunes : la vitalité du lien entre les âges doit devenir un enjeu permanent. 

 Ajoutons à cela que la crise a plus que jamais révélé les faiblesses du système d’accueil et d’hébergement des personnes âgées dépendantes : en EHPAD, notamment, qui pâtissent d’un manque dramatique de moyens et de personnel, nos seniors souffrent trop souvent de conditions de vie indignes. Ce modèle, daté, doit être entièrement repensé. Là encore, le logement intergénérationnel peut offrir une alternative extrêmement intéressante.

 Or force est de constater que la France, à l’endroit de la solidarité intergénérationnelle, accuse un retard sérieux au regard de ses voisins de l’OCDE – notamment de l’Allemagne ou du Canada, pionniers des politiques publiques en la matière. En France, il n’existe à ce jour aucune instance chargée de coordonner les actions en faveur du rapprochement des âges de la vie au niveau national. Dans les territoires, les Conseils intergénérationnels existent, mais uniquement à petite échelle : les Régions ou les Départements financent des actions intergénérationnelles ponctuelles et isolées, et ciblées principalement sur le logement. Malgré une recrudescence des actions intergénérationnelles bénéficiant d’un financement régional, aucune instance consultative de type conseil intergénérationnel n’a été créée dans les régions.

Les instances consultatives au sein des départements d’Île-de-France ne tiennent qu’au Conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie : cette instance ne concerne que les seniors et les personnes handicapées. Les jeunes et l’intergénérationnel ne sont nullement pris en compte. 

Face à la crise toutefois, les collectivités territoriales innovent et multiplient les initiatives pour favoriser le lien. Le conseil régional d’Île-de-France, par exemple, met à disposition de l’État certains lycées franciliens pour la garde des enfants et des personnels de santé, adresse des kits à ses élus pour favoriser les liens entre voisins, ouvre des locaux de la Région pour les personnes les plus vulnérables – notamment à travers l’initiative Maisons Solidaires, en partenariat avec l’association Voisins Solidaires. 

Cet élan doit être consolidé. Compte tenu des enjeux économiques et sociaux qu’elle suppose, la solidarité intergénérationnelle doit faire au plus vite l’objet d’une coordination à titre permanent et d’une politique publique régionale, sinon nationale. 

La crise terrible que nous vivons, au milieu de conséquences sanitaires et économiques dramatiques, ouvre tout du moins une fenêtre d’espoir sur ce sujet. Nous devons saisir le vaste élan de solidarité intergénérationnelle qu’elle suscite pour le pérenniser dans notre culture, nos réflexes quotidiens, nos institutions. Les liens noués en temps de confinement doivent être organisés et s’inscrire dans la durée : il en va de l’avenir de notre cohésion sociale.

 

Manon Laporte

Conseillère régionale d’Ile-de-France, Déléguée spéciale en charge de l’intergénérationnel auprès de la Présidente Valérie Pécresse

 

 

 

Corée, la guerre oubliée du Covid-19

Des échanges de coups de feu ont eu lieu le dimanche 3 mai au niveau de la Zone Démilitarisée (DMZ), frontière qui sépare les deux Corées. Initiés par la Corée du Nord,…