France
France /
12H21 - mercredi 8 juin 2016

600 Euros, un film d’une actualité brûlante

mercredi 8 juin 2016 - 12H21

Avec 600 Euros, Adnane Tragha livre un premier long-métrage hors normes qui trouve une résonance particulière dans l’actualité sociale et politique.

6bzv_600eurosPhoto1_1

Tourné dans l’urgence entre avril et juin 2012 pendant les dernières élections présidentielles, 600 Euros met en scène les destins croisés d’un abstentionniste déçu, d’un ancien du PCF passé à l’extrême droite, d’une jeune militante qui va voter pour la première fois et d’un étranger politiquement engagé mais qui n’a pas le droit de vote. Réalisé caméra au poing et en décors naturels, 600 Euros est un premier long-métrage poignant et tout en finesse, à mi-chemin entre le documentaire et la fiction politique. Servi par une bande son originale signée Ridan, un casting réussi et un montage rythmé, le film nous emmène à la découverte d’une galerie de personnages hauts en couleur, loin des clichés habituels sur les banlieues ou la jeunesse française.

Lors de l’avant-première organisée à Paris le 5 juin en présence de l’équipe, le réalisateur Adnane Tragha confiait au public qu’il avait réalisé son film à l’instinct. Il est parti sans budget, avec six comédiens/comédiennes (Adlène Chennine, Lisa Cavazzini, Emilia Derou Bernal, Youssef Diawara, Max Morel, Adrien Saint Jore…), une caméra à l’épaule et un synopsis de trois pages. Poussé à la fois par le ras-le-bol de la difficulté à financer un premier long-métrage et l’urgence de raconter sa vision de l’histoire, ce jeune réalisateur a réussi le tour de force de sortir un premier film très réussi avec trois fois rien.

Lorsque nous l’avons questionné sur son intention de départ, il nous a expliqué qu’il souhaitait avant tout mettre des visages (ses visages) sur ceux dont les médias parlaient tous les jours dans les sondages pendant les présidentielles. « Les médias véhiculent aujourd’hui des images plus ou moins formatées de l’abstentionniste, de l’électeur d’extrême droite ou de l’étranger sans droit de vote. Avec ce film, j’ai voulu apporter un éclairage différent, un regard humain en abordant ces sujets sensibles à travers une galerie de personnages tout en nuances, des hommes et des femmes qui avancent tant bien que mal au cœur de la tempête. »

Tourné il y a pourtant déjà quatre ans, 600 Euros trouve une résonance très particulière dans l’actualité sociale et politique d’aujourd’hui. Projeté de manière exceptionnelle en extérieur place de la République pendant une « Nuit Debout », le film a provoqué de longs débats. « Ce film fait écho aux difficultés sociales et politiques que traverse notre pays depuis quelques années, nous explique Adnane Tragha. Avec ce premier long métrage, j’ai avant tout souhaité mettre l’accent sur des sujets de société qui me semblaient et me semblent toujours essentiels : l’espoir que représente une élection, le sens du vote… mais aussi la solitude, le désert affectif, le sentiment d’exclusion de la société et, par opposition, le vivre-ensemble. Si le film peut faire en sorte que les déçus de la politique soient compris, j’aurai gagné. »

 

600 Euros sort dans 15 salles et 7 villes (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Villeneuve d’Ascq…) ce mercredi, 8 juin 2016.

Une projection/débat est organisée en présence de toute l’équipe du film ce mercredi 8 juin à 20 heures au cinéma d’art et d’essai Espace Saint-Michel à Paris. L’équipe prépare également un programme national de projection/débat pendant un an, jusqu’aux prochaines élections.

Pierre est un spécialiste des médias et des nouveaux canaux de diffusion numérique