IRAN c'est une Révolution !
06H24 - mardi 11 octobre 2022

Iran 2022 : une « nation capable »

 

La tour Azadi ou Mémorial des rois, un des symboles de la ville de Téhéran

La soif de la démocratie n’a jamais été apaisée par les processus avortés de démocratisation en Iran qui ont commencé il y a plus d’un siècle. Ces soubresauts témoignent du profond malaise politique qui frappe ce pays. 

Dans ce contexte, il faut garder en tête la situation géopolitique du pays, entremêlé d’un côté entre la présence des ressources d’énergies fossiles et de l’autre sa proximité régionale avec l’ancien bloc de l’Union Soviétiques et Israël. À cela s’ajoute également l’interprétation dogmatique du chiisme par les clergés comme outil de propagande du régime. 

Sans ces éléments spatio-temporels, les vestiges de ce mal politique seraient bien différents. Par le mal politique, j’entends la révolution, l’installation du totalitarisme religieux et son durcissement progressif, la guerre, la désobéissance religieuse comme crime, les morts en masse, les sanctions dévastatrices, le refus de la parole… Ainsi et dans ce contexte, l’exigence de suivre et de respecter la morale islamique et la surveillance imposée à chaque comportement individuel n’ont pour but que de rendre les hommes « superflus », pour reprendre la formule d’Hanna Arendt, c’est-à-dire de trop. Ces hommes dites « superflus » sont considérés et jugés dans la société sur la base de leur pratique religieuse. L’accès à l’éducation et au travail est aussi défini sur cette même base.

Nous voilà au cœur d’un nouveau type de totalitarisme issu de la révolution islamique ayant été déterminé par des croyances—conscientes voire inconscientes —de la population. Gardons ce point et essayons de nous rappeler rapidement les événements ayant formé l’histoire contemporaine iranienne depuis la révolution islamique des ayatollahs :  il est intriguant de voir que cette dernière se déroule comme dans un film de science-fiction dépassant toute imagination destructrice et effroyable où l’horreur s’ajoute à l’horreur. 

L’incommensurabilité des crimes commis par le régime islamique rend la communauté internationale impuissante et provoque une sorte du nihilisme envers les Iraniens. Mais cette ultime étape, ce que nous vivons en ce moment, doit briser tout nihilisme. Or elle dit oui au désir le plus profond d’une nation assoiffée de démocratie.

Voilà une nation capable constituée des femmes et des hommes capables. Une nation à l’image de l’homme capable de Paul Ricoeur. Celui qui a le pouvoir, non pas un pouvoir qui s’exerce sur quelqu’un… mais un pouvoir qui est de dire, d’agir et de raconter. Cette nation veut tenir sa promesse à savoir être enfin libre.

Elle engage ainsi devant les yeux du monde entier « la promesse de la promesse », la promesse de sa parole qui exprime son désir pour la liberté.

 

Azadeh Thiriez-Arjangi

Philosophe franco-iranienne, spécialiste de Paul Ricoeur 

زن ، زندگی، آزادی : دعوت به تجمع دوشنبه ۲۸ نوامبر ساعت ۶ به بهانه رای مجلس ملی فرانسه به طرح قطعنامه در حمایت از مردم ایران همراه با ترجمه متن طرح قطعنامه – Appel à rassemblement lundi 28 nov à 18h à Paris à l’occasion du vote par l’Assemblée Nationale d’une résolution de soutien au peuple iranien, suivi du texte de la résolution en persan

دوشنبه آینده، بیست و هشتم نوامبر ۲۰۲۲، طرح پیشنهادی قطعنامه ای به هدف هر چه بیشتر تحت فشار قرار دادن دولت جمهوری اسلامی و حمايت از اعتراضات و انقلاب مردم ايران، در مجلس…

Iran 2022 : les enfants assassinés par la terreur

Dans la cinquième semaine de la révolte contre la république islamique, les Iraniens découvrent qu’encore « plus de violence est à l’ordre du jour ». Amnesty international avait déjà déploré la mort d’au moins…