Edito
07H45 - vendredi 8 avril 2022
France

Le sursaut du Front républicain ? L’édito de Michel Taube

 

Comme à chaque veille de scrutin où Marine Le Pen ou le Front national menace de remporter une élection, les corps constitués se mobilisent pour mettre en garde les citoyens : la peste brune menace !

En 2020, lors des élections régionales, la mobilisation de dernière minute avait été efficace : dans les Hauts-de-France, des directeurs de grandes rédactions régionales et des chefs d’entreprises régionaux avaient interpellé ouvriers, salariés et citoyens pour les alerter sur les risques économiques et sociaux que la victoire du Rassemblement National leur feraient courir. L’alerte avait été efficace. Le RN n’avait gagné aucune Région, démentant une fois de plus les sondages.

En cette année 2022, il faut s’étonner du silence des grands corps constitués : la plupart sont discrets. Les grands chefs d’entreprises, les organisations patronales et syndicales n’ont pas fait front commun pour alerter sur les dangers qu’une victoire de la droite nationalise ferait courir à l’économie française. Peut-être que le résultat du premier tour de l’élection présidentielle les réveillera entre les deux tours…

Est-ce vraiment étonnant, certaines communautés se mobilisent pour faire barrage à la tentation nationaliste : dans la communauté juive, de nombreux institutionnels comme le. CRIF et le grand Rabbin de France s’en prennent, parfois très violemment, à Marine Le Pen et Eric Zemmour. Mais à la base, de nombreux juifs saluent le courage de ces candidats qui ont osé dénoncer l’islamisme et le wokisme qui génèrent un nouvel antisémitisme virulent et poussent à l’exode de nombreux juifs français. Le grand écart qui fracture la communauté juive n’est que le reflet des doutes qui traversent la société française dans son ensemble.

Parmi les Français issus des diasporas africaines et des Outre-Mer, ces Français qui se disent eux-mêmes africains ou afro-américains, la mobilisation tourne à plein régime, notamment sur les réseaux sociaux. A l’instar de Claudy Siar, parmi les grandes voix de RFI, les appels à voter dimanche se font pressants. La relation qu’ils font entre une histoire de France jugée comme coupable voire assassine à l’égard des minorités de couleur et une France de 2022 qu’ils perçoivent,  à travers la poussée de la droite nationaliste, comme raciste et discriminatoire,  contentera certainement les plus militants d’entre eux. Mais ces discours (il faut écouter la vidéo de Claudy Siar jusqu’au bout) ne risquent-t-ils pas de renforcer les partisans d’un vote nationaliste et identitaire français ?

Malgré ces sursauts, le « Tout sauf Le Pen » n’a jamais été aussi fragile. Un sursaut d’un front citoyen et républicain est-il seulement encore possible ?

Au final, pour des personnes comme l’auteur de ces lignes qui vient du milieu des droits humains et a milité contre le Front national pendant des décennies, le regret est immense : si les leaders démocrates avaient eu le courage de combattre à la racine les deux maux majeurs de la société française, le séparatisme islamiste communautariste et les pannes de l’ascenseur social, nous n’en serions pas à une élection où Marine Le Pen est donnée en ballotage serré avec Emmanuel Macron le 24 avril.

A trois jours du premier tour, et un peu à l’américaine, chacun rameute ses troupes dans son milieu d’influence. Les communautarismes prospèrent et se préparent à des lendemains qui chanteront pour quelques-uns et déchanteront pour beaucoup.

 

Michel Taube

 

 

Le Serment de Strasbourg

Préambule.
Je ne me résigne pas à laisser notre beau pays aux mains des extrêmes. Notre droit sacré d’aller voter est avant tout un devoir sacré.
Le « Serment de Strasbourg »
« À la majorité silencieuse, aux amoureux de la démocratie, aux retraités désabusés, aux jeunes incompris, ce serment de Strasbourg doit sauver la démocratie.
Je m’engage entre aujourd’hui et dimanche soir à aller sonner chez tous mes voisins pour les convaincre d’aller voter !
Je m’engage à convaincre mes enfants, mes parents à faire la même démarche.
Je m’engage à aller samedi sur tous les marchés pour promouvoir ce serment !
À la mosquée vendredi, à la synagogue samedi, à l’église dimanche, je m’engage à convaincre l’imam, le rabin et le curé et le pasteur dappeler à voter pour la democratie.
Je m’engage à relayer ce post à tous mes réseaux.
A appeler les médias pour qu’ils le relayent.
A contacter les élus, les artistes et les influenceurs pour qu’ils le diffusent.
L’heure est grave où la France peut basculer dans l’extrémisme.
Les amoureux de la démocratie, de la France des lumières doivent se dresser contre l’obscurantisme.
Ce « Serment de Strasbourg » nous engage jusquà ce dimanche 20h puis jusqu’au deuxième tour de l’élection présidentielle, puis jusqu’au législatives.
Le.serment de Strasbourg, car Strasbourg est une ville libre depuis 2000 ans, une ville humaniste qui a connu aussi l’enfer fasciste.
Je m’engage à partager ce post, à le copier et le coller partout sur tous mes réseaux.
Pour nos enfants, notre devoir est de porter ce serment comme on porte le drapeau français ».
La photo est reprise du tableau « le serment des trois suisses » de Grutti.

Paru dans le journal Facebook de Daniel Aaron

Directeur de la publication

Refonder ? L’édito de Michel Taube

Emmanuel Macron, comme tout bon communiquant, a l’art d’abuser des mots : il promit la « révolution » en 2016 dans son livre de candidat à l’élection présidentielle. Voici qu’il lance demain le Conseil National…
Michel Taube